Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Fontainebleau (Seine-et-Marne). Le château – Les berges, la chaussée de l’Étang, le Grand Parterre

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 211-212

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0147329

Texte intégral

1Un projet de restauration des jardins du château de Fontainebleau a occasionné un diagnostic archéologique. La première tranche de l’intervention a eu lieu sur la chaussée de l’étang des Carpes et ses berges en novembre 2016, tandis que la deuxième tranche, dans l’emprise du Grand Parterre, s’est déroulée en février 2017.

2La tradition veut que la chaussée de l’Étang soit d’origine médiévale, œuvre des moines mathurins du couvent-hôpital de la Sainte-Trinité, fondé par Louis IX en 1259. Une lettre patente de 1529 mentionne plusieurs composants du couvent et du château dont « leurs jardins et leur grand Clos des Prés, celui où est de présent notre écurie avec leurs Étangs et Vivier ». Les données archéologiques sont insuffisantes pour confirmer cette hypothèse qui reste toutefois plausible du fait de la nature du terrain et de son hydrologie. Ce sont probablement les travaux de François Ier qui avaient fixé les dispositions actuelles des jardins du château, dont l’étang des Carpes avec le jardin de Diane, la grotte des Pins en amont de l’étang à l’ouest, et le Grand Jardin du roi en aval, à l’est.

3Deux sondages sur la chaussée ont permis de retrouver le mur de soutènement du xvie s. du côté du Grand Parterre, à l’est, et d’observer la stratigraphie sur une profondeur de 3 m par endroits. Le croisement des données archéologiques et iconographiques a permis de suivre l’évolution de cet espace, dont des campagnes de rehaussement de la chaussée et au moins deux phases distinctes de plantations d’arbres bordant l’allée principale. Il n’a pas été possible de retrouver de vestiges de l’hypothétique chaussée médiévale et nous avons constaté la nature plutôt sableuse des remblais. Un corroi d’étanchéité de la fin du xviiie s. a été observé du côté de l’étang. Un autre sondage dans les berges à l’ouest a permis de retrouver l’arasement du mur qui délimitait le pourtour de l’étang dès le xvie s. Cet ouvrage avait été en partie démoli dans les années 1860 pour faire place aux berges engazonnées actuelles et un lot de fragments de pots de fleurs de la fin du xviie s ou du xviiie s. a été trouvé dans un des remblais associés au mur.

4Le Grand Parterre, créé par Le Vau et Le Nôtre dans les années 1640, a été aménagé dans le terrain marécageux du fond de vallée, traversé par le ruisseau canalisé qui constituait le déversoir de l’étang. Deux dessins de Jacques Androuët Du Cerceau montrent que cet espace avait été aménagé en jardin sous François Ier et Catherine de Médicis. Il était divisé en deux parties inégales par un grand canal orienté E-O qui reprend le tracé probable du déversoir de l’étang. La partie nord est divisée en trois rangées de quatre petits parterres entourés de fossés ou de canaux tandis que la partie sud est composée de deux grands parterres rectangulaires. Sous Henri IV, les frères Francini unifient la partie nord en un seul parterre mais la structure générale, avec le canal E-O, est conservée. Cet état, figuré sur des plans de 1608 et 1611, perdure jusqu’aux grands travaux de Le Nôtre et Le Vau dans les années 1640. La superficie du nouveau Grand Parterre fut portée à 11 ha et sa forme actuelle définie.

5La deuxième tranche de l’intervention a consisté en une prospection géophysique de la partie sud de l’emprise et une série de huit sondages archéologiques. Malgré la grande rareté du mobilier, il a été possible d’identifier les horizons de sédiments tourbeux ainsi que des structures appartenant aux jardins du xvie et du début du xviie s. En effet, le bord nord du grand canal E-O semble avoir été localisé ainsi que deux tronçons des petits canaux figurés sur les plans de Du Cerceau. Ces vestiges ont pu être mis en relation avec des fossés observés dans la partie nord du parterre lors d’un suivi de travaux en 1997. L’analyse stratigraphique a permis d’identifier des probables niveaux de préparation du Grand Parterre des années 1640 dont l’épaisseur totale conservée est de l’ordre de 50 cm.

6Quelques structures en creux, comme des fosses de plantation, ont également été découvertes mais la faible étendue du décapage et les conditions difficiles de l’intervention nous ont empêchés d’avoir une vision en plan des alignements des aménagements superficiels du jardin formel. La prospection géophysique a mis en évidence la conservation potentielle des éléments de broderie du parterre ainsi que des structures hydrauliques creuses (fossés, canaux) et maçonnées (drains et « pierrées »). Si la transition entre les jardins de la Renaissance et ceux de Le Nôtre a pu être identifiée avec une certaine assurance, il a été nettement plus difficile d’isoler les derniers niveaux du jardin du xviie s. des transformations de la fin du xviiie s. et du xixe s. En effet, les sédiments et les aménagements superficiels ont été remodelés à plusieurs reprises, notamment pour les plates-bandes fleuries et les bordures de chaque quartier du parterre. L’état de conservation des vestiges les plus anciens est sans doute moins bon à cause de ce « télescopage » de la stratigraphie. Néanmoins, le potentiel archéologique offert par l’emprise totale reste à exploiter, plus particulièrement en ce qui concerne les états successifs des jardins du xvie et du début du xviie s.

Fontainebleau, vue de la coupe sud du sondage sur la face orientale de la chaussée de l'Étang, côté Grand Parterre.

Fontainebleau, vue de la coupe sud du sondage sur la face orientale de la chaussée de l'Étang, côté Grand Parterre.

Cl. S. Bryant, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fontainebleau, vue de la coupe sud du sondage sur la face orientale de la chaussée de l'Étang, côté Grand Parterre.
Crédits Cl. S. Bryant, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Fontainebleau (Seine-et-Marne). Le château – Les berges, la chaussée de l’Étang, le Grand Parterre », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 211-212.

Référence électronique

Simon Bryant, « Fontainebleau (Seine-et-Marne). Le château – Les berges, la chaussée de l’Étang, le Grand Parterre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16573

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals