Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Isle-sur-la-Sorgue (L’) (Vaucluse). Garage Manni/ancien couvent de Sainte-Élisabeth

Responsable d’opération : Maxime Dadure
p. 214

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Direction du patrimoine de L'Isle-sur-la-Sorgue

Texte intégral

1La destruction de l’ancien garage Manni préalablement à la mise en œuvre d’un projet d’immeuble d’habitation a offert l’opportunité d’explorer pour la première fois le sous-sol du centre ancien de L’Isle-sur-la-Sorgue sur une superficie importante.

2À la suite d’un diagnostic positif réalisé en 2015, une prescription a été établie pour une partie de la vaste parcelle qu’occupait le garage Manni (1 300 m²). L’endroit se trouvait déjà au xiie s. dans la ville intra-muros, dans un secteur réputé avoir longtemps été occupé par des installations artisanales profitant de l’énergie d’installations hydrauliques. Depuis la fin du Moyen Âge, l’ancien quartier juif et sa synagogue jouxtaient la parcelle au nord tandis qu’un important couvent s’est progressivement étendu à tout l’îlot à partir de la fin du xvie s.

3L’opération archéologique, menée conjointement par la direction du patrimoine de l’Isle-sur-la-Sorgue et l’Inrap, offrait également l’opportunité de s’intéresser à l’histoire du paysage. La ville est en effet fondée sur une ancienne zone humide dont on ne connaît ni la chronologie ni les raisons de l’assèchement (naturel ou artificiel ?). Les implications sont importantes pour l’histoire de la ville puisqu’elles conditionnent le contexte de peuplement ainsi que la profondeur stratigraphique potentielle des différentes périodes. À plus petite échelle, on retrouve vraisemblablement ici les conséquences des fluctuations de la Durance et des cours d’eau locaux (Sorgue, Calavon) qui ont radicalement modifié l’environnement.

4L’occupation la plus ancienne apparaît directement au sommet de l’argile tourbeuse qui constitue le terrain naturel. Au moins trois maisons appartenant à cet état, toutes trois munies de sols en terre battue rapportée, sont identifiées (fig.). Les murs ne sont fondés que sur une assise, laissant imaginer des élévations utilisant des matériaux légers (bois, terre crue, etc.). Plusieurs des supports en pierre utilisent une molasse gréseuse largement employée jusqu’au xiiie s. Le mobilier associé à cette phase témoigne d’une occupation domestique : restes de repas, céramiques communes grises antérieures au xiiie s. et quelques objets moins ordinaires (flûte en os, tête de saint Jacques ou de pèlerin percée, coquille Saint-Jacques percée). La répartition espacée de ces habitations, qui ne peut être expliquée par des lacunes, reste à interpréter. S’agit-il de l’extension d’un noyau plus ancien de la ville, antérieur à la construction des remparts ? Ou bien s’agit-il d’une alternance d’habitations et d’espaces de travail liés à une activité de production par ailleurs bien documentée pour les siècles suivants ?

5À partir de la fin du xiiie s. et jusqu’au xvie s., les structures se densifient. Les murs, désormais liés au mortier, délimitent des espaces en lanière essentiellement concentrés le long des anciennes lices de la ville. Des espaces ouverts où sont installés des caniveaux et des puits perdus ainsi qu’une vaste cuve maçonnée abandonnée à la fin du xvie s. sont identifiés. Ces installations sont sans doute associées à une production proto-industrielle qui reste à déterminer. On pense évidemment à la tannerie ou à la draperie, qui nécessite des batteries de bacs de trempage. Les analyses, notamment carpologiques, devraient permettre d’en préciser la fonction.

6Dans le courant du xviie s., le terrain change de vocation avec la construction du couvent de Sainte-Élisabeth dont le cloître surdimensionné (le jardin seul atteignant 24 m de largeur pour plus de 30 m de longueur) occupait toute la superficie jusqu’à la Révolution. On explique la prospérité de cette première communauté de Clarisses capucines et l’étendue de son couvent par les revenus issus des riches pensionnaires qu’elles accueillaient dans l’un des plus grands ensembles conventuels de la ville.

L'Isle-sur-la-Sorgue, Garage Manni/ancien couvent de Sainte-Élisabeth, photogrammétrie d’une des maisons antérieures au xiiie s.

L'Isle-sur-la-Sorgue, Garage Manni/ancien couvent de Sainte-Élisabeth, photogrammétrie d’une des maisons antérieures au xiiie s.

Cl. M. Dadure, DPI

Haut de page

Table des illustrations

Titre L'Isle-sur-la-Sorgue, Garage Manni/ancien couvent de Sainte-Élisabeth, photogrammétrie d’une des maisons antérieures au xiiie s.
Crédits Cl. M. Dadure, DPI
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Dadure, « Isle-sur-la-Sorgue (L’) (Vaucluse). Garage Manni/ancien couvent de Sainte-Élisabeth »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 214.

Référence électronique

Maxime Dadure, « Isle-sur-la-Sorgue (L’) (Vaucluse). Garage Manni/ancien couvent de Sainte-Élisabeth » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16589

Haut de page

Auteur

Maxime Dadure

Direction du patrimoine de L'Isle-sur-la-Sorgue

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Dadure

Direction du patrimoine de L'Isle-sur-la-Sorgue

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals