Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Langrune-sur-Mer (Calvados). Rue des Chasses

Responsable d’opération : Emmanuel Ghesquiere
p. 215-216

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1L’occupation médiévale mise au jour à Langrune est matérialisée par une première excavation grande de 50 m sur 30 m et une plus réduite de 20 m sur 15 m. Ces deux creusements sont adossés à une voirie aménagée entre deux murs partiellement conservés. La première excavation, à fond plat, profonde d’1 m sous le sol actuel, est creusée dans le calcaire pulvérulent. Dans cet espace, plusieurs constructions ont été identifiées : un grand bâtiment compartimenté de 20 m sur 13 m, un petit bâtiment carré de 5 m de côté et, probablement, deux autres bâtiments (rectangulaires ?) à peine explorés. Le grand bâtiment, situé à l’emplacement de la future voirie, a fait l’objet de toute notre attention. Il présente des murs extérieurs épais (0,8 à 0,9 m) montés en plaquettes équarries et de nombreux éléments de lapidaire ont été découverts, pour certains encore en place (moellons, rebords de niche, puits, entrées moulurées, jambage facetté de fenêtre, etc.).Tous ces blocs montrent des traces de rubéfaction et la zone médiane du bâtiment présente une couche d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur de lauzes rubéfiées mêlés à des fragments de chaux, de nombreux gros charbons et quelques tuiles faîtières en céramique vernissée. Ces éléments témoignent d’un incendie de la toiture qui s’est effondrée sur le sol et a provoqué l’abandon définitif du bâtiment dont l’intérieur n’a jamais été déblayé.

2Le plancher mis en évidence sous les déblais brûlés (en bois de hêtre et clouté) a été daté au 14C de 1216-1282 apr. J.-C. Sans exclure des réaménagements au cours de l’utilisation, on peut imaginer que la date pourrait correspondre à la fondation du grand bâtiment. Sa destruction, quant à elle, pourrait trouver un écho dans le contexte de la guerre de Cent Ans.

3Un petit bâtiment carré de 5 m de côté jouxte l’entrée de la cour, depuis la rue encadrée de murs, aux limites de la fouille à l’ouest. Les investigations dans ce bâtiment ont été limitées par la présence d’un pavillon et par l’organisation générale des sondages. Elle permet toutefois d’observer que le bâtiment n’a pas été incendié et que l’un de ses murs de 0,8 m d’épaisseur repose partiellement sur une petite fosse remplie de déchets de construction de toiture (fragments de lauzes brisées, généralement lors de leur perforation). Les éléments de datations sont toutefois assez pauvres concernant cette fosse et à plus forte raison le mur du petit bâtiment qui lui succède. Le mobilier mis au jour, bien qu’assez homogène, ne permet de dater que l’état d’abandon du bâtiment. Y sont mêlés quelques éléments appartenant à la phase de déconstruction et de récupération de matériaux de l’ensemble des structures, au xviiie s. Un troisième bâtiment très mal conservé pourrait être rectangulaire. Il présente une entrée massive côté est et une petite pièce partiellement elliptique au centre. La présence de plusieurs pavillons contemporains a empêché une lecture sûre de cet ensemble qui pourrait également être un mur de clôture du domaine, en limite du creusement de l’ensemble de la cour.. Aucun autre élément de datation n’est présent que les rares fragments de céramique blanche vernissée qui constituent l’ensemble du mobilier du secteur, attribuables pour la plupart au xive s. Cependant, le prolongement du mur de l’entrée massive et celui du grand bâtiment sont chaînés, ce qui témoigne de leur contemporanéité. La présence d’un quatrième bâtiment côté sud (rectangulaire ?) est vraisemblable, mais l’étude de ce secteur a été presque impossible.

4L’ensemble constitue le centre d’un domaine lié éventuellement au petit ensemble situé de l’autre côté du mur d’enceinte de la parcelle, à l’est de la zone de fouille, dont le bâtiment principal présente des éléments du xie (en réemploi) et du xive au xvie s.

Langrune-sur-Mer, rue des Chasses, céramique découverte dans le grand bâtiment lors des fouilles.

Langrune-sur-Mer, rue des Chasses, céramique découverte dans le grand bâtiment lors des fouilles.

DAO E. Ghesquière

Haut de page

Table des illustrations

Titre Langrune-sur-Mer, rue des Chasses, céramique découverte dans le grand bâtiment lors des fouilles.
Crédits DAO E. Ghesquière
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Ghesquiere, « Langrune-sur-Mer (Calvados). Rue des Chasses », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 215-216.

Référence électronique

Emmanuel Ghesquiere, « Langrune-sur-Mer (Calvados). Rue des Chasses » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16593

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ghesquiere

CreAAH UMR 6566

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Ghesquiere

CreAAH UMR 6566

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals