Skip to navigation – Site map

HomeNuméros48Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainLangrune-sur-Mer (Calvados). Rue ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Langrune-sur-Mer (Calvados). Rue des Chasses

Archaeological project director: Emmanuel Ghesquiere
p. 215-216

Index terms

Year of Investigation:

2017

Investigation code:

163814

Type of investigation:

rescue
Top of page

Editor's notes

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Full text

1L’occupation médiévale mise au jour à Langrune est matérialisée par une première excavation grande de 50 m sur 30 m et une plus réduite de 20 m sur 15 m. Ces deux creusements sont adossés à une voirie aménagée entre deux murs partiellement conservés. La première excavation, à fond plat, profonde d’1 m sous le sol actuel, est creusée dans le calcaire pulvérulent. Dans cet espace, plusieurs constructions ont été identifiées : un grand bâtiment compartimenté de 20 m sur 13 m, un petit bâtiment carré de 5 m de côté et, probablement, deux autres bâtiments (rectangulaires ?) à peine explorés. Le grand bâtiment, situé à l’emplacement de la future voirie, a fait l’objet de toute notre attention. Il présente des murs extérieurs épais (0,8 à 0,9 m) montés en plaquettes équarries et de nombreux éléments de lapidaire ont été découverts, pour certains encore en place (moellons, rebords de niche, puits, entrées moulurées, jambage facetté de fenêtre, etc.).Tous ces blocs montrent des traces de rubéfaction et la zone médiane du bâtiment présente une couche d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur de lauzes rubéfiées mêlés à des fragments de chaux, de nombreux gros charbons et quelques tuiles faîtières en céramique vernissée. Ces éléments témoignent d’un incendie de la toiture qui s’est effondrée sur le sol et a provoqué l’abandon définitif du bâtiment dont l’intérieur n’a jamais été déblayé.

2Le plancher mis en évidence sous les déblais brûlés (en bois de hêtre et clouté) a été daté au 14C de 1216-1282 apr. J.-C. Sans exclure des réaménagements au cours de l’utilisation, on peut imaginer que la date pourrait correspondre à la fondation du grand bâtiment. Sa destruction, quant à elle, pourrait trouver un écho dans le contexte de la guerre de Cent Ans.

3Un petit bâtiment carré de 5 m de côté jouxte l’entrée de la cour, depuis la rue encadrée de murs, aux limites de la fouille à l’ouest. Les investigations dans ce bâtiment ont été limitées par la présence d’un pavillon et par l’organisation générale des sondages. Elle permet toutefois d’observer que le bâtiment n’a pas été incendié et que l’un de ses murs de 0,8 m d’épaisseur repose partiellement sur une petite fosse remplie de déchets de construction de toiture (fragments de lauzes brisées, généralement lors de leur perforation). Les éléments de datations sont toutefois assez pauvres concernant cette fosse et à plus forte raison le mur du petit bâtiment qui lui succède. Le mobilier mis au jour, bien qu’assez homogène, ne permet de dater que l’état d’abandon du bâtiment. Y sont mêlés quelques éléments appartenant à la phase de déconstruction et de récupération de matériaux de l’ensemble des structures, au xviiie s. Un troisième bâtiment très mal conservé pourrait être rectangulaire. Il présente une entrée massive côté est et une petite pièce partiellement elliptique au centre. La présence de plusieurs pavillons contemporains a empêché une lecture sûre de cet ensemble qui pourrait également être un mur de clôture du domaine, en limite du creusement de l’ensemble de la cour.. Aucun autre élément de datation n’est présent que les rares fragments de céramique blanche vernissée qui constituent l’ensemble du mobilier du secteur, attribuables pour la plupart au xive s. Cependant, le prolongement du mur de l’entrée massive et celui du grand bâtiment sont chaînés, ce qui témoigne de leur contemporanéité. La présence d’un quatrième bâtiment côté sud (rectangulaire ?) est vraisemblable, mais l’étude de ce secteur a été presque impossible.

4L’ensemble constitue le centre d’un domaine lié éventuellement au petit ensemble situé de l’autre côté du mur d’enceinte de la parcelle, à l’est de la zone de fouille, dont le bâtiment principal présente des éléments du xie (en réemploi) et du xive au xvie s.

Langrune-sur-Mer, rue des Chasses, céramique découverte dans le grand bâtiment lors des fouilles.

Langrune-sur-Mer, rue des Chasses, céramique découverte dans le grand bâtiment lors des fouilles.

DAO E. Ghesquière

Top of page

List of illustrations

Title Langrune-sur-Mer, rue des Chasses, céramique découverte dans le grand bâtiment lors des fouilles.
Credits DAO E. Ghesquière
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16593/img-1.jpg
File image/jpeg, 328k
Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuel Ghesquiere, “Langrune-sur-Mer (Calvados). Rue des Chasses”Archéologie médiévale, 48 | 2018, 215-216.

Electronic reference

Emmanuel Ghesquiere, “Langrune-sur-Mer (Calvados). Rue des Chasses” [Note of archaeological project], Archéologie médiévale [Online], 48 | 2018, Online since 01 March 2019, connection on 30 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/16593; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.16593

Top of page

About the author

Emmanuel Ghesquiere

CreAAH UMR 6566

By this author

Top of page

Archaeological project director

Emmanuel Ghesquiere

CreAAH UMR 6566

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search