Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Montsinéry-Tonnégrande (Guyane). La Charlotte

Responsable d’opération : Nathalie Cazelles
p. 221-222

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : association Aimara

Texte intégral

1L’habitation La Charlotte se situe sur la commune de Montsinéry-Tonnégrande ; elle est fondée au tout début du xixe s. par un couple de noirs libres, les Frontin. Pierre est un noir libre originaire de la Guadeloupe ; c’est un négociant installé à Cayenne à la fin du xviiie s. Il y épouse Charlotte Alexandrine, noire libre de Cayenne. Ils faisaient travailler une quarantaine d’esclaves. En 1828, Pierre Frontin est assassiné par l’esclave Gabriel et une partie de l’habitation est incendiée. Sa femme en reprend la gestion jusqu’à sa mort en 1842 et la propriété produisait encore du sucre en 1861.

2Les vestiges archéologiques visibles sont nombreux, notamment dans le secteur de la sucrerie. Cette dernière est associée à un moulin à eau dont le système hydraulique consistait en un canal de plus de 500 m de long (3 à 4 m de large) dans le prolongement du conduit d’arrivée d’eau jusqu’à la roue. Il permettait de capter l’eau de la crique Coco très en amont, le canal se rétrécissant au niveau du conduit d’arrivée, ce qui permettait l’accélération du courant. Le dépouillement des archives nous informe, en effet, qu’en 1829, l’administration autorise Mme Frontin a capter l’eau de la crique Coco en amont, la propriétaire s’engageant à la restituer à la crique en aval de l’habitation et à construire un batardeau. Deux batardeaux ont été identifiés dans l’eau du criquot (terme local désignant une rivière). La sucrerie est constituée d’un moulin de broyage actionné par une roue à eau et d’un tunnel de chauffe à l’anglaise installé dans un bâtiment couvert par un ajoupa (toit à un pan). D’autres vestiges ont été identifiés mais n’ont pas encore été étudiés : une maison de maître et une roucouerie (lieu de stockage de la plante, roucou). L’état de conservation de la sucrerie est exceptionnel ; son étude va nous permettre de mieux en comprendre son architecture adaptée à un environnement humide. Les fouilles archéologiques menées en Guyane depuis 15 ans ont permis d’étudier des moulins à manège (Mondélice), à vent (Loyola), à vapeur (les habitations de l’Approuague). Des barrages hydrauliques sont également reconnus en Guyane (Les Plaisirs à Kaw, Bayou à Montsinéry, Beauregard à Rémire) mais ils n’ont pas encore été étudiés en détail. À la Charlotte, les propriétaires ont opté pour des batardeaux et non pour un barrage hydraulique. Les relevés permettent de mieux comprendre l’adaptation technique à l’environnement. Le moulin de broyage présente des rolles verticaux. Ce système est ancien car il était commun dans les sucreries du xviie s. Quelques sucreries antillaises du xviiie et xixe s. possèdent des rolles verticaux (rouleaux) mais ce système devient exceptionnel au cours de cette période (au xviiie-xixe s., les rolles sont horizontaux). Par ailleurs, cette sucrerie s’inscrit dans plusieurs périodes de transition : le passage d’une industrie sucrière traditionnelle (un four par marmite) au tunnel de chauffe à l’anglaise associé à une roue à eau, alors qu’au tournant du xixe s. la plupart des sucreries adoptent la machine à vapeur pour broyer les cannes. Selon les archives, l’habitation a continué à produire du sucre jusqu’en 1860, ce qui signifie que la main-d’œuvre salariale a remplacé la main-d’œuvre servile.

Montsinéry-Tonnégrande, La Charlotte, vue de l'emplacement des marmites sur le tunnel de chauffe.

Montsinéry-Tonnégrande, La Charlotte, vue de l'emplacement des marmites sur le tunnel de chauffe.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Montsinéry-Tonnégrande, La Charlotte, vue de l'emplacement des marmites sur le tunnel de chauffe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Cazelles, « Montsinéry-Tonnégrande (Guyane). La Charlotte », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 221-222.

Référence électronique

Nathalie Cazelles, « Montsinéry-Tonnégrande (Guyane). La Charlotte » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16641

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals