Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainMoutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or). ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Moutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or). Le grenier de Flandres

Responsable d’opération : Antoine Lacaille
p. 222

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Association archéologique de Bourgogne

Texte intégral

1Il ne reste rien ou presque de la très spacieuse église abbatiale de Moutiers-Saint-Jean rebâtie au cours du xiie s. En revanche, quelques éléments lapidaires de la même époque attirent l’œil sur le haut de la façade d'un bâtiment du village. L'ensemble bâti sur deux niveaux, assez vaste, est sis Grande rue, au cœur du bourg. Le nom de grenier de Flandres provient d'un texte de 1751 faisant état d'un partage.

2Présentant pignon sur rue comme la plupart des autres bâtiments du village, le logis primitif occupe un vaste emplacement : les dimensions sont de 18,82 m de longueur pour 8,30 m de largeur en moyenne, pour une surface est de 157 m². Seuls témoignages du xiie s. en dehors de la façade sur rue, une ouverture peu large en rez-de-chaussée du mur opposé et l'angle NO attestent d'une mise en œuvre de grande qualité. Les gros blocs calcaires de chaînages et d'encadrement sont finement travaillés au marteau taillant tandis que les moellons sont soigneusement équarris et posés en assises régulières.

3La façade sur rue interpelle par le schéma employé. Deux ouvertures sont restituées pour le rez-de-chaussée : une grande baie dont l'aspect extérieur est inconnu au centre et une porte à linteau sur coussinets à droite, certainement conçue pour accéder à l'étage. Une claire-voie composée de trois baies géminées occupe la partie supérieure de la façade. L'étude de plusieurs éléments sculptés conservés au château du village voisin de Bard-lès-Époisses, reconnus depuis les années 1980 comme provenant du grenier de Flandres, permet d'apprécier la qualité des sculptures à décor figuré (des anges-orants) et végétal des chapiteaux. Une filiation n'est pas inenvisageable avec les grands chapiteaux de l'ancienne église abbatiale. La façade renvoie immanquablement aux modèles clunisiens (à l'exemple de la demeure du 25, rue de la République) dans l'organisation générale. Certains traits diffèrent néanmoins. L'absence d'imposte moulurée et de colonnettes engagées la rapproche des claires-voies visibles dans les bourgs monastiques de Vézelay et Flavigny-sur-Ozerain. La concentration du décor sur les chapiteaux et sur des médaillons de linteaux caractérise tout particulièrement la façade de Moutiers-Saint-Jean. Ce bâtiment, probablement à fonction d'accueil, est inévitablement lié à l'abbaye. L'église paroissiale Saint-Paul qui en dépend initialement présente d'ailleurs des colonnettes de baies géminées quasiment identiques.

4À la fin du Moyen Âge, un important incendie a donné aux pierres leur teinte rosée et semble être à l'origine de modifications majeures de la construction. Vers 1300 déjà, la partie NE est profondément remaniée avec l'installation de nouvelles fenêtres et d'une cheminée monumentale dont les longs corbeaux moulurés en tore nous sont parvenus. Avant l'incendie, l'étage de la partie SO avait une certaine importance, témoignée par les enduits peints aux motifs en carrés sur pointe associés à des fleurs dans l'embrasement des baies de façade.

5Quelques décennies après l'installation d'une croisée à l'étage au début du xvie s., la vocation du bâtiment change : un grand volume de stockage est aménagé à l'étage et le rez-de-chaussée se trouve divisé et voûté. Les supports utilisés pour soutenir le mur de naissance des voûtes en berceaux sont certainement des réemplois d'anciens supports de poutres. Le grenier de Flandres devient un important bâtiment annexe lié en partie au logis à tourelle du xvie s. et à la cour attenante au nord. La famille Cœurderoy, qui compte plusieurs parlementaires dijonnais et marque son empreinte sur le village, est associée à cette propriété au xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Lacaille, « Moutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or). Le grenier de Flandres »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 222.

Référence électronique

Antoine Lacaille, « Moutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or). Le grenier de Flandres » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16645 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16645

Haut de page

Auteur

Antoine Lacaille

université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Antoine Lacaille

université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search