Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainRemire-Montjoly (Guyane). La pote...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Remire-Montjoly (Guyane). La poterie des Jésuites

Responsable d’opération : Catherine Losier
Notice rédigée avec Nathalie Cazelles
p. 225

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : association Aimara

Texte intégral

1L’habitation Loyola fait l’objet de fouilles archéologiques depuis 1995. L’ensemble résidentiel de l’habitation est bien connu et a été mis en valeur par le Conservatoire du littoral. Les manufactures sont quant à elles moins bien connues du grand public mais ont toutes été l’objet de fouilles programmées : la sucrerie (située derrière Guyane La 1re) a été fouillée entre 2004 et 2009 et l’indigoterie (située sur la route des plages) a été étudiée en 2007. La poterie des Jésuites a été identifiée en 1988 par Patrick Huard, près de la crique Cabassou, non loin de la mairie de Remire. La première intervention archéologique qui a eu lieu sur ce site date de 2001. Nathalie Croteau, alors étudiante à l’université Laval à Québec, y avait réalisé des fouilles mettant au jour un chemin pavé. À partir de 2013, dans le cadre du programme de recherche « À l’origine d’une société métissée : Les interactions culturelles du début de la colonisation en Guyane (fin du xviie s.-début du xviiie s.) », plusieurs campagnes de fouilles ont été entreprises sur le site sous la direction de Catherine Losier (professeur-assistante à l’Université Memorial de Saint-Jean à Terre-Neuve au Canada) et Claude Coutet. Une zone d’extraction d’argile, une probable aire de travail contenant des cendres, de la chaux et une quantité considérable de céramiques, briques et tuiles ainsi que les fondations d’un bâtiment ont été mis au jour. En 2015, un four de potier construit en brique et en pierre a été découvert. Les fouilles à venir tenteront de délimiter l’espace entier consacré à la poterie et d’en comprendre son organisation intérieure. L’étude des céramiques (soit un corpus de 219 tessons) a permis de comprendre un système complexe de fabrication : les macrotraces d’une technique mixte comportent un ébauchage au colombin (technique amérindienne et/ou africaine) et une mise en forme au tour (technique européenne). Cette façon de faire particulière pourrait témoigner de la persistance chez les esclaves potiers de traditions potières extra-européennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Losier et Nathalie Cazelles, « Remire-Montjoly (Guyane). La poterie des Jésuites »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 225.

Référence électronique

Catherine Losier, Nathalie Cazelles, « Remire-Montjoly (Guyane). La poterie des Jésuites » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16705 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16705

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Losier

Association Aimara

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search