Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Surgères (Charente-Maritime). Rue Barrabin et rue de la Binnetterie

Responsable d’opération : Catherine Vacher
p. 231

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0144819

Texte intégral

1Le site de la rue Barrabin est localisé à 200 m à l’ouest du château de Surgères, en centre-ville. Il a livré une occupation dense et continue sur une période d’environ six siècles, du ixe au xve s.

2Le très haut Moyen Âge est très peu documenté à Surgères. On considère actuellement que l’occupation de la ville débute seulement à la fin du xe s. avec la mention du castrum en 992. Néanmoins, l’histoire de Surgères au haut Moyen Âge reste inconnue, les découvertes les plus anciennes se situant au sud et à l’ouest du centre-ville, dont la configuration actuelle, selon les plans anciens conservés, date de la fin du xviie s.

3Sur le site de la rue Barrabin, les témoins en place les plus anciens datent du ixe s. Il s’agit de structures en creux et d’une aire d’ensilage dans l’angle SE de la parcelle, témoins d’un habitat rural.

4L’installation perdure sans hiatus jusqu’au xive s., voire le début du xve s. Les structures sont toujours majoritairement fossoyées : trous de poteau, fosses, silos, fossés ainsi qu’un probable four et un puits. Un aménagement, indubitablement médiéval, pourrait constituer la partie supérieure d’une cavité souterraine. D’abord constitué de matériaux légers, en terre et bois, l’habitat évolue au bas Moyen Âge, en privilégiant des constructions en pierre. La limite nord de la parcelle est occupée par de vastes creusements, vraisemblablement des carrières d’extraction de pierre dont le comblement a livré du mobilier attribué au xive-xve s.

5Cet ensemble de structures se situe dans la continuité des vestiges détectés contre l’enceinte castrale de Surgères. Il faut, vraisemblablement, l’associer au site de la Grange Barrabin, localisé immédiatement à l’ouest et dont la famille éponyme est connue depuis au moins 1109. La porte ouest de l’enceinte castrale se situe exactement face au site de la rue de Barrabin.

6Quelques murs mis au jour lors du diagnostic pourraient appartenir à des bâtiments attestés sur les plans du xviiie s. Ce secteur très proche du centre-ville, qui a longtemps présenté un caractère rural, se transforme à la fin du xixe ou au début du xxe s. pour devenir plus urbain et industriel. La construction de l’usine de peintures et vernis Sergent-Prolac n’a occasionné que peu de dégâts sur vestiges médiévaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vacher, « Surgères (Charente-Maritime). Rue Barrabin et rue de la Binnetterie »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 231.

Référence électronique

Catherine Vacher, « Surgères (Charente-Maritime). Rue Barrabin et rue de la Binnetterie » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16801

Haut de page

Auteur

Catherine Vacher

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Vacher

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals