Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Woippy (Moselle). ZAC des Chiloux

Responsable d’opération : Christian Dreier
p. 236-237

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : pôle archéologie préventive de Metz Métropole

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique, ayant porté sur une superficie de près de 10 ha, a révélé la présence d’une vaste occupation du Moyen Âge classique (notamment entre les xe et xiie s.) installée sur les pentes des côtes de Moselle, à proximité immédiate du vieux village de Woippy, à une distance d'environ 3,8 km au NO du centre-ville de Metz. Le terrain se compose de deux versants, dont le plus important s’expose vers l’est, en direction de la plaine alluviale ; l’autre, plus abrupt, s’oriente vers le sud en direction du ruisseau des Chiloux. Les traces d’habitat se concentrent sur les colluvions de mi-pente ainsi qu'en pied du versant oriental. Au NE, elles sont séparées par deux vallons secs qui se rejoignent vers l’aval et dont les dépressions furent vraisemblablement utilisées en tant que chemins, comme cela est attesté pour le début de l’époque contemporaine par le cadastre napoléonien.

2Le plan de cette occupation semble être caractérisé par l'existence de plusieurs noyaux d'habitat disjoints dont la contemporanéité ne peut être prouvée à ce stade de l’investigation, ni une éventuelle succession. L’un de ces noyaux s’oriente vraisemblablement vers un ancien chemin sous l’actuelle D51 reliant Woippy à Lorry-lès-Metz. Ce dernier pourrait correspondre à une agglomération autour de l’ancienne église Saint-Étienne, existant jusqu’au début du xxe s. au sein des murs de l’actuel cimetière. La date de construction de l'église n'est pas connue, même si la mention d'un prêtre à Woippy pour Pâques de l'an 1298 s'y réfère, elle ne fournit qu'un terminus ante quem.

3L’organisation spatiale à l’intérieur des noyaux d'habitat reste peu claire, mais les sondages ont tout de même livré quelques indices suggérant l'existence d'un système parcellaire plus ou moins régulier, qui a précédé celui du plan napoléonien. La présence de bâtiments sur poteaux est attestée par des concentrations de trous de poteaux. Bien qu'aucun plan complet ne soit perceptible pour le moment, au moins deux potentiels bâtiments à abside semblent se dessiner. De plus, deux cabanes excavées ont été en partie fouillées. La construction en pierre est attestée de manière indirecte par les tranchées de récupération d’un grand bâtiment rectangulaire, dont le type et la fonction restent à définir, tout comme sa datation exacte entre le Moyen Âge classique et l’époque moderne. Vu la faible profondeur des tranchées de récupération, une construction sur solins (maçonnés ?) paraît le plus probable ; il pourrait même s’agir d’une construction mixte, avec des murs érigés sur sablières basses. Le lieu-dit la Citadelle figurant sur un plan de 1845 pourrait refléter une réminiscence de ce bâtiment ou de ses ruines.

4Le terrain situé en amont des zones d’habitat est caractérisé par la présence quasi exclusive de fossés parcellaires qui suivent majoritairement la déclivité prédominante du versant. Leur rapport chronologique avec les zones d’habitat est peu clair. Les rares éléments datants invitent à les placer, de manière générale, dans une période située entre le Moyen Âge classique et l’époque moderne. Bien que la contemporanéité entre eux ne soit pas garantie, ces vestiges permettent de corroborer l’hypothèse d’un ancien système parcellaire agricole dans ce secteur. Par endroits, les fossés sont mélangés aux zones d’habitat, ce qui pourrait témoigner de leur prolongement ultérieur, après un déplacement de l’occupation en direction du bas de la pente.

5Mis à part cette occupation principale, quelques structures situées dans l’extrémité SE de l’emprise ont fourni exclusivement du mobilier gallo-romain (en faible quantité). Elles pourraient signaler l’existence d’une occupation antique partiellement appréhendée sur le terrain, ou localisée à proximité immédiate.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dreier, « Woippy (Moselle). ZAC des Chiloux », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 236-237.

Référence électronique

Christian Dreier, « Woippy (Moselle). ZAC des Chiloux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16857

Haut de page

Auteur

Christian Dreier

Pôle archéologie préventive de Metz Métropole

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christian Dreier

Pôle archéologie préventive de Metz Métropole

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals