Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 2. – Prospections

Castelsarrasin, Saint-Porquier, Escatalens (Tarn-et-Garonne). Programme Reperage

Responsable d’opération : Nicolas Poirier
p. 237-239

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Traces UMR 5608

Texte intégral

1Depuis 2014, le programme Reperage (Recherches sur les Espaces, le Peuplement et les Réseaux Anciens de la Garonne) s’attache à restituer les dynamiques d’occupation du sol d’une microrégion du Tarn-et-Garonne (Occitanie), autour des communes de Castelsarrasin, Saint-Porquier et Escatalens. L’objectif est d’étudier, dans la longue durée, les dynamiques du peuplement, les modalités de mise en valeur agraire des terroirs et les relations entretenues entre les sociétés anciennes et leur environnement, dans le contexte particulier des rives de la Garonne. Les principaux questionnements historiques et archéologiques de cette étude sont liés aux problématiques principales de la période (alto)-médiévale en Occitanie et concernent plus spécifiquement la nature de l’occupation antique et tardo-antique ainsi que la mise en place des centres d’habitat au haut Moyen Âge, l’articulation entre habitat groupé et habitat dispersé au Moyen Âge et l’organisation médiévale du territoire dans une zone de marge dépourvue de toute capitale de cité antique.

2Sur le plan méthodologique, l'objectif est de mettre en place des protocoles de croisement de sources d'information variées sur un même objet archéologique. Comment confronter, sur un même site, l'image livrée par les prospections au sol (concentration de mobilier), les prospections aériennes (photographie, thermographie), géophysiques, les sources écrites et planimétriques, et finalement les données de fouilles ? Nous souhaitons tester le potentiel de ces différentes méthodes d'investigation et le gain produit par leur croisement. Plus généralement, nos questionnements méthodologiques portent sur la place des méthodes non invasives dans la démarche archéologique.

3Au terme de quatre années de prospection pédestre systématique, nous totalisons près de 800 ha prospectés, ce qui représente 38 % des surfaces cumulées des deux communes de Saint-Porquier et Escatalens (fig. 1). Nous atteignons donc une bonne représentativité spatiale sur ces deux communes. Les dynamiques d’occupation du sol qui peuvent être restituées à partir des 74 sites ou indices de sites identifiés sont donc assez robustes. Tous ces sites constituent en outre un référentiel de premier choix pour l’étalonnage de nos méthodes de télédétection par drone (thermique, multispectral, LiDAR) pour lesquelles des progrès importants ont été faits. La répartition des sites par période (fig. 2) montre une distribution marquée par un démarrage progressif de l’occupation sédentaire à partir de la Préhistoire et de la Protohistoire, formant un pic dans l’Antiquité romaine, avant de décroître de manière linéaire jusqu’à nos jours. Bien sûr, à partir de la fin de l’Antiquité, la seule image archéologique n’est pas représentative des dynamiques d’occupation du sol, dans la mesure où cette image est biaisée par les succès variables des implantations (alto)-médiévales et modernes qui ont pu donner lieu à la fixation des points de peuplement actuels.

4On peut d’ores et déjà pointer certaines grandes tendances dans les choix d’implantation privilégiés par les sociétés anciennes, en particulier pour ce qui concerne leur rapport au fleuve Garonne, dont les fluctuations du lit ont été mises en évidence grâce aux plans anciens. La distribution de la distance des sites à la Garonne par phase chronologique (fig. 3) montre une proximité plus grande des sites de la Protohistoire et de l’Antiquité (autour de 2 km en moyenne) par rapport aux sites du Moyen Âge et de la période moderne (plus de 3,5 km). Cela correspond assez bien à l’emplacement des villages actuels, implantés en chapelet sur les rebords du terrefort, sans doute au moins depuis la période médiévale. Faut-il en déduire que la Garonne ancienne coulait plus à l’ouest aux périodes les plus hautes, ou bien que son régime fluvial peut-être plus calme permettait une implantation dans le lit majeur du fleuve, sans crainte de crues fréquentes et dévastatrices ?

5Si l’image de l’occupation du sol que livre la prospection systématique est intrinsèquement biaisée par la probable fixation précoce des points de peuplement actuels, elle l’est aussi par son inefficacité dans certains contextes comme la forêt. Les tests de prospection par drone équipé d’un capteur Lidar, sur des sites déjà connus antérieurement, ont démontré le potentiel de cette méthodologie pour revisiter des sites anciennement répertoriés sans avoir bénéficié d’un relevé précis des structures conservées (fig. 4). Ces tests ont également démontré l’intérêt d’explorer ces petits massifs boisés qui, manifestement, ne sont pas des éléments immémoriaux et intangibles du paysage. Ces petites forêts ont elles-mêmes connu des dynamiques spatiales importantes et sont aujourd’hui le conservatoire de structures archéologiques d’importance pour la compréhension des rythmes d’appropriation et de mise en valeur de ces espaces. Enfin, ce n’est certainement pas par hasard que l’image archéologique de l’occupation du sol apparaît dominée par les vestiges de la période moderne. L’exploitation méticuleuse des plans parcellaires pré-révolutionnaires a montré le grand dynamisme de cette période à situer entre la fin de la guerre de Cent Ans et la Révolution, par l’implantation d’un grand nombre d’unités d’exploitation de la terre sur des terroirs jusque-là assez peu mis en valeur. La traduction matérielle de cette phase d’essor est lisible par les densités importantes de mobilier hors site moderne qui témoignent de l’effort d’enrichissement de ces sols. Par comparaison, la faible représentation du mobilier médiéval pose la question des modes d’exploitation de la terre à cette période.

Castelsarrasin, Saint-Porquier, Escatalens, relevé LiDAR d'un site fossoyé médiéval en pleine forêt.

Castelsarrasin, Saint-Porquier, Escatalens, relevé LiDAR d'un site fossoyé médiéval en pleine forêt.

N. Poirier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Castelsarrasin, Saint-Porquier, Escatalens, relevé LiDAR d'un site fossoyé médiéval en pleine forêt.
Crédits N. Poirier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Poirier, « Castelsarrasin, Saint-Porquier, Escatalens (Tarn-et-Garonne). Programme Reperage », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 237-239.

Référence électronique

Nicolas Poirier, « Castelsarrasin, Saint-Porquier, Escatalens (Tarn-et-Garonne). Programme Reperage » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16877

Haut de page

Auteur

Nicolas Poirier

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Poirier

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals