Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 2. – Prospections

Isère. Plaines de la Bièvre et du Liers – prospections pédestres et aériennes diachroniques 2016-2017

Responsable d’opération : Denis Gonin
p. 239

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Drac Auvergne-Rhône-Alpes

Texte intégral

1Les prospections pédestres menées dans la plaine de la Bièvre se poursuivent et quadrillent la partie ouest. Le transect observé entre Sardieu et Penol comble les lacunes au fil des disponibilités des terrains.

2En 2016, le secteur principalement étudié a été le mas de Besseyat entre Viriville et Thodure. Ce lieu connu dans la bibliographie méritait une attention particulière. Des prospections pédestre et aérienne ainsi qu’une enquête orale ont été engagées. Sur une distance d’environ 500 m (E-O), quatorze zones caractérisées par des concentrations de tegulae ont été repérées. La présence de scories indique une activité métallurgique. Le mobilier céramique peu abondant suggère une occupation couvrant la période gallo-romaine et le Moyen Âge. Ce secteur présente des similitudes avec les observations réalisées sur les sites du Rival et des Olagnières (Gonin, SRA, 2008), dans la commune de La Côte-Saint-André, la densité des terres cuites architecturales mise à part.

3En 2017, le travail s’est concentré sur le secteur du mas de Saint-Corps, au nord de La commune de la Côte-Saint-André et au pied du versant nord de la colline du Banchet, sur un axe de prospection E-O. Il s’agit d’un passage naturel favorable entre la plaine de la Bièvre et celle du Liers. Située aux limites de la commune de La Côte-Saint-André avec celles de Commelle et de Nantoin, cette zone présente un colluvionnement qui rend les observations peu favorables pour certains sites et en occultent probablement d’autres. Seize sites ont pu être identifiés mais le mobilier peu abondant, notamment des tegulae, suggère des occupations s’étendant de la période gallo-romaine au Moyen Âge. Néanmoins, il se trouve quelques concentrations de matériel particulier : rebords de tegulae portant des traces de vitrification, indices de surcuisson et de ratés de cuisson ailleurs (mas de Bonne), autant d’indices qui suggèrent la présence à l’est de la zone prospectée d’un lieu de production de tuiles à rebord.

4Les prospections aériennes et l’analyse des clichés IGN ont permis le repérage d’anomalies de pousses circulaires et oblongues nouvelles, qui enrichissent le recensement. La forme et la répartition de ces indices seraient attribuables par comparaison à des ensembles funéraires protohistoriques. Enfin, dans les communes de La Côte-Saint-André et de Saint-Jean-de-Bournay, deux enclos oblongs proches d’enclos circulaires ont été identifiés. Les vérifications au sol se poursuivent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Gonin, « Isère. Plaines de la Bièvre et du Liers – prospections pédestres et aériennes diachroniques 2016-2017 »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 239.

Référence électronique

Denis Gonin, « Isère. Plaines de la Bièvre et du Liers – prospections pédestres et aériennes diachroniques 2016-2017 » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16881

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals