Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainAix-en-Provence (Bouches-du-Rhône...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur

Responsable d’opération : Sandrine Claude
p. 244

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Direction archéologie et muséum d'Aix-en-Provence

Texte intégral

1Dans la continuité des travaux réalisés en 2016 sur le flanc nord et les chapelles du chevet de la cathédrale Saint-Sauveur, la restauration du clos et du couvert du clocher gothique a donné lieu, en 2017, à une nouvelle campagne d'étude et de relevé. Ces recherches ont été l'occasion de reprendre l'analyse de cet édifice qu'avait faite Muriel Vecchione en 1986.

2Adossé au mur gouttereau nord de la nef romane Sainte-Marie, entre ses premier et troisième contreforts, le clocher de la cathédrale Saint-Sauveur se déploie sur quatre niveaux et plus de 48 m de haut, en léger retrait par rapport à la façade occidentale de l'église. De l'édifice roman ne demeure visible, dans ce secteur, que l'extrémité nord du premier contrefort de la nef qui, à une hauteur de 11,50 m du sol actuel, a conservé la retombée d'un arc en plein cintre extradossé sur trois claveaux. À mettre en rapport avec les modestes restes de mâchicoulis sur arc reconnus à l'intérieur du clocher, il témoigne de la campagne de fortification dont la cathédrale a été l'objet entre la fin du xiie et la fin du xiiie s.

3Oblitérant partiellement ces dispositifs, la construction du clocher a été commencée en 1323 et conduite en deux temps. La première campagne voit la mise en place des deux niveaux inférieurs. Ces derniers sont établis sur un plan carré d'environ 10 m de côté et épaulés par des contreforts d’angle jumelés en équerre incluant, à l'ouest, une tourelle d'escalier. Les marques lapidaires y sont exceptionnelles et probablement pas le fait de tailleurs, compte tenu de leurs dimensions et de la complexité de leur dessin. Conçu comme un porche reliant le cimetière du parvis à celui situé au nord de la cathédrale, le premier niveau de la tour est traversé à l'ouest par une porte monumentale en tiers-point aux arêtes chanfreinées, dont on retrouve le pendant, à l'est, dans la chapelle de l'université qui en a condamné le passage à la fin du xve s. Aucune ouverture n'ajoure, au premier niveau, les murs de la tourelle d'escalier qui, accessible depuis l'étage voûté, trahit le projet initial de doter la tour-porche d'un ou plusieurs niveaux supplémentaires.

4L'édifice est achevé entre 1410 et 1430 avec la construction des troisième et quatrième niveaux dédiés au campanile. Traversé par de grandes ouvertures en ogive encadrées d'oculi, le troisième niveau prolonge en plan les dispositions du porche, avec une ornementation moulurée ponctuée de crochets feuillagés et de fleurons, absente des parties basses. Il est coiffé d'un toit dallé à quatre faibles pentes, souligné par une corniche moulurée et doté de gargouilles d'angle, sur lequel se dresse le dernier étage de la tour, conçu sur un plan octogonal pour recevoir les petites cloches. Les deux étages supérieurs se distinguent des niveaux plus anciens par leur décor et une mise en œuvre sensiblement plus soignée des pierres de taille, dans des maçonneries qui ont livré de nombreuses marques lapidaires ou de pose.

5La dernière modification importante apportée au clocher est liée à l'achèvement de la première travée de la nef gothique à partir de 1472 et à la réalisation du portail occidental auquel a été adjoint, au nord, un escalier en vis qui donne accès depuis la nef à la terrasse du campanile.

Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur, élévations du campanile vues depuis le SO.

Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur, élévations du campanile vues depuis le SO.

Cl. S. Claude

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur, élévations du campanile vues depuis le SO.
Crédits Cl. S. Claude
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 244.

Référence électronique

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16926

Haut de page

Auteur

Sandrine Claude

Direction archéologie et museum d’Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Claude

Direction archéologie et museum d’Aix-en-Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search