Skip to navigation – Site map

HomeNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainAix-en-Provence (Bouches-du-Rhône...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Notre-Dame-de-Consolation

Archaeological project director: Marc Panneau
p. 246-248

Editor's notes

Organisme porteur de la fouille : Direction archéologie et muséum d’Aix-en-Provence

Full text

1Durant le second semestre 2017, la chapelle Notre-Dame-de-Consolation, inscrite au titre des monuments historiques depuis 1987, a fait l’objet d’une fouille et d’une étude de bâti en liaison avec la restauration de sa façade et l'aménagement de nouveaux espaces d'accueil dans la sacristie. Complétés par une étude documentaire sur les archives modernes, ces travaux de terrain ont confirmé les données établies lors de la fouille du parvis en 2012 et ont apporté de nouveaux éléments sur la chronologie de l’édifice et sur ses dispositions.

2L'église Saint-André, mentionnée dès 1092 dans la charte de Pierre II Geoffroy qui la localise « à très peu de distance en dehors des murs de la ville, au nord » est identifiée par J. Pourrière à l’actuelle église Notre-Dame-de-Consolation. L’édifice fut classé parmi les biens du chapitre en 1326, période à laquelle il prit son vocable actuel. D'abord propriété du chapitre d’Aix, l’église connut plusieurs phases de restaurations, avant d'être donnée aux Capucins le 3 février 1585. Alors dite en ruine et « découverte », les frères la restaurèrent, la transformèrent et changèrent son orientation. À la Révolution, les Capucins en furent expulsés et l’église fut rattachée à l’hôpital voisin. Elle appartient aujourd’hui à la ville d’Aix-en-Provence.

3Au niveau de la troisième travée de l’église, au sud, se trouve la sacristie. Le parement extérieur du mur gouttereau sud de la nef est entaillé par les poutres des charpentes modernes et par des percements plus récents. En revanche, sa partie haute a été observée sur une dizaine d'assises et sur 4 m de long. Il s'agit d'une maçonnerie très régulière faite de petits moellons quadrangulaires scellés au mortier et liés à l'encadrement en pierre de taille d'une baie étroite. Cette ouverture est en discordance avec les percements et les maçonneries postérieures dues aux interventions des Capucins. Elle est donc antérieure à 1585.

4Les deux sondages ouverts dans la nef ont également livré des aménagements antérieurs à l'arrivée des Capucins. Au revers de la façade a été mis au jour un sol de mallons de terre cuite, les bases de l’arc de façade et des supports engagés, ainsi que la partie inférieure du mur gouttereau sud de la nef. Ces éléments apparaissent tous contemporains. Un second sondage a été réalisé au pied de l’arc-doubleau qui sépare la première et la deuxième travée. Il a livré, dans sa partie orientale, le prolongement vraisemblable du sol de mallons. Celui-ci est délimité par une cloison en plâtre (jubé ?) à laquelle appartenaient de nombreux éléments peints retrouvés dans les remblais. Cette clôture s’appuie, à l'ouest, sur une calade de petits galets dont aucun exemple de cette époque n’est connu dans une église d’Aix.

5Ces constructions, qui pourraient appartenir à l’église mentionnée dans la première moitié du xive s. ou à des états postérieurs, ont servi d'appui aux restaurations engagées par les Capucins à partir de 1585. Ceux-ci reprirent donc les parties les plus endommagées jusqu’à la couverture. Cette période de grands travaux est à l’origine d’un changement d’orientation de l'église. Une opération préventive de 2012 avait identifié à l’est la tranchée d'épierrement du chevet primitif, au niveau de l'actuel parvis de l'église. Ce chevet fut déplacé à l'ouest. Les arrachements de l’ancien chevet étaient encore visibles sur les deux tiers inférieurs de l’élévation de la façade actuelle, au niveau des piédroits qui l’encadrent. La façade conserve en effet un arc brisé monté sur deux colonnes engagées coiffées de chapiteaux corinthiens. Celui-ci est en fait l'ancien arc triomphal qui séparait la nef et le chœur de l’église médiévale. Les Capucins l’ont obturé et rehaussé en mur pignon pour recevoir la charpente d'un toit en bâtière. L’ensemble est réalisé avec les matériaux récupérés du chevet puis entièrement recouvert d’un enduit de chaux et de sable. Le prix fait relatif aux travaux, daté du 18 août 1585, confirme les observations de terrain : le maçon devait construire un mur de même épaisseur que les maçonneries de l’église pour fermer l’arc et faire un enduit grossier de surface à l’intérieur et à l’extérieur. Dans un second temps, l’arc brisé, laissé saillant sur sa partie extérieure, fut surmonté d’un oculus ouvrant sur la nef. Au centre de l’arc, fut placé un portail Renaissance en calcaire blanc de Calissanne, matériau déjà présent dans l’église.

6À l'intérieur de l'église, ces travaux occasionnèrent un exhaussement du sol de plus 0,80 m, probablement lors de la création de l’entrée orientale. Dans ce sol, les extrados de voûtes de deux caveaux en relation avec les chapelles latérales aménagées à partir du xviie s ont été observés mais n’ont pas été fouillés.

7À la Révolution, les Capucins quittèrent le site alors que sa propriété fut transférée à l’hôpital Saint-Jacques. En 1848, l’église connut sa dernière campagne de restauration qui remania entièrement la façade. À cette occasion furent créés une niche centrale pour abriter une statue de saint Jacques et deux pilastres aux flancs des colonnes engagées coiffées des statues de terre cuite en pied du Christ au sud et saint Joseph au nord. L’ensemble de la façade est traité avec un enduit de ciment prompt, dans lequel est créée une frise d’arcatures aveugles moulées de style néo-gothique. L’arcature et l’héberge du pignon sont surmontées d’un larmier en calcaire coquillier. La nef et le chœur ne semblent pas avoir alors subi de modifications. Seul un badigeon monochrome fut appliqué sur la totalité des murs, masquant les fresques antérieures, dont certaines remontent au xviie s. Enfin, l’installation des réseaux d’éclairage et de chauffage au gaz dans le sol, au début du xxe s., fut la dernière phase de travaux identifiée dans la nef.

Aix-en-Provence, Notre-Dame-de-Consolation, relevé pierre à pierre de la façade et détails des maçonneries.

Aix-en-Provence, Notre-Dame-de-Consolation, relevé pierre à pierre de la façade et détails des maçonneries.

DAO M. Panneau, Damva

Top of page

List of illustrations

Title Aix-en-Provence, Notre-Dame-de-Consolation, relevé pierre à pierre de la façade et détails des maçonneries.
Credits DAO M. Panneau, Damva
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16942/img-1.jpg
File image/jpeg, 992k
Top of page

References

Bibliographical reference

Marc Panneau, “Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Notre-Dame-de-Consolation”Archéologie médiévale, 48 | 2018, 246-248.

Electronic reference

Marc Panneau, “Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Notre-Dame-de-Consolation” [Note of archaeological project], Archéologie médiévale [Online], 48 | 2018, Online since 01 March 2019, connection on 18 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/16942; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.16942

Top of page

About the author

Marc Panneau

Direction archéologie et muséum d’Aix-en-Provence

Top of page

Archaeological project director

Marc Panneau

Direction archéologie et muséum d’Aix-en-Provence

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search