Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainAngers (Maine-et-Loire). Caserne ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Angers (Maine-et-Loire). Caserne de gendarmerie Saint-Maurice

Responsable d’opération : Emmanuel Litoux
p. 248

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : département de Maine-et-Loire

Texte intégral

1En 2011, le départ de la compagnie de gendarmerie qui occupait les locaux édifiés au xixe s. à l’emplacement de l’ancien couvent des Dominicains, fondé entre 1220 et 1225, a laissé vacant un ensemble de casernements occupant près de la moitié d’un îlot en plein cœur de la cité d’Angers, entre la cathédrale Saint-Maurice et le château. Une opération de diagnostic menée sur les bâtiments a permis de cerner assez précisément les secteurs dans lesquels pouvaient subsister des vestiges en élévation, antérieurs aux transformations du xixe s. Les deux extrémités du mur sud de l’ancienne église conventuelle, situées à l’interface entre les campagnes de reconstruction de 1831-1832 et 1889-1892, ont été partiellement conservées sur plusieurs mètres de hauteur. Un sondage pratiqué dans l’ancien chœur a notamment permis de retrouver le jambage mouluré d’une niche aménagée dans l’épaisseur du mur. D’après les données livrées par l’étude documentaire, il pourrait s’agir de l’enfeu dans lequel étaient déposés les gisants de Macé de Beauvau († en 1421) et de son épouse Jeanne Bessonnelle († en 1429). Tout le reste de l’église, y compris les chapelles latérales nord, a été entièrement détruit préalablement à la construction de l’aile nord de la caserne (1831-1832), destinée à abriter les écuries ainsi que des logements dans les ailes en retour. En revanche, le portail du xviiie s., qui donnait accès au couvent à partir de l’impasse des Jacobins, est toujours en place bien qu’obturé et complètement invisible de l’extérieur, du fait de la présence d’enduits modernes.

2L’étude des élévations des ailes est et ouest, édifiées entre 1889 et 1892, a montré qu’à l’exception du mur de clôture contre lequel s’adossait l’aile ouest, plus rien ne subsistait en élévation de la période conventuelle, pas même dans les caves semi-enterrées. L’étude documentaire a confirmé que les travaux des années 1890 avaient été précédés de la destruction intégrale des bâtiments existants jusqu’à la cote de fond de fouille à environ 2,5 m de profondeur sous le niveau moyen de l’ancien cloître.

3Les principaux vestiges de l’époque conventuelle se trouvent dans la partie sud de l’emprise, où subsistent en élévation les deux pignons d’un bâtiment médiéval établi sur une cave et bordé à l’est par des dépendances. Ces dernières datent pour l’essentiel des xviiie, xixe et xxe s. Le logis a été construit sur des maçonneries plus anciennes entre la seconde moitié du xiie et le début du xiiie s. Cette phase de construction peut remonter aux années 1220, mais cette hypothèse n’est pas privilégiée. Il paraît plus vraisemblable d’y voir une maison d’habitation, à l’image des nombreuses résidences canoniales qui se concentraient dans la cité ; elle aurait plus tardivement été achetée ou donnée aux Dominicains, peut-être pour servir d’infirmerie ou d’hôtellerie à une date que l’étude documentaire n’a pas permis de préciser. Entre le milieu du xiiie et la fin du xive s., la cave fut couverte par une voûte en plein cintre. Le bâtiment subit une restructuration assez lourde, probablement dans le courant du xvie s., avec l’insertion de cheminées à hotte droite sur les pignons et la construction d’une tourelle d’escalier en vis, accolée contre le mur gouttereau oriental. Objet de plusieurs transformations importantes aux xviiie et xixe s., le bâtiment est partiellement détruit dans la première moitié du xxe s.

4Au terme de ce diagnostic, il est apparu que pour les parties conservées en élévation, les vestiges remontant à l’époque conventuelle offrent un champ de recherche restreint en superficie. Ils sont néanmoins susceptibles d’apporter un éclairage précieux sur cet établissement religieux qui occupa une place importante dans l’histoire de la ville d’Angers entre le début du xiiie et la fin du xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Litoux, « Angers (Maine-et-Loire). Caserne de gendarmerie Saint-Maurice »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 248.

Référence électronique

Emmanuel Litoux, « Angers (Maine-et-Loire). Caserne de gendarmerie Saint-Maurice » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16954 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.16954

Haut de page

Auteur

Emmanuel Litoux

pôle archéologie de la conservation départementale du patrimoine de Maine-et-Loire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Litoux

pôle archéologie de la conservation départementale du patrimoine de Maine-et-Loire

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search