Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Ars-en-Ré (Charente-Maritime). Église Saint-Etienne

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 248-249

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0146855

Texte intégral

1Le bourg d’Ars-en-Ré s’est développé autour de l’église Saint-Étienne, siège d’un ancien prieuré mentionné dès le début du xie s. Dépendant de l’abbaye voisine et insulaire de Saint-Michel-en-l’Herm, il se développa progressivement en dépit de nombreux aléas (guerre de Cent Ans, guerres de Religion). Les reprises observées sur le bâtiment témoignent de ces multiples adaptations de la nef romane jusqu’au chœur du xviie s. Un mur de défense doté d’embrasures et de créneaux ceinturait encore une partie de l’édifice religieux à la fin du xviiie s. Plus récemment, sa fonction d’église paroissiale du bourg d’Ars-en-Ré a suscité un intérêt manifeste qui s’est traduit par de nombreuses restaurations depuis le début du xixe s. Toutefois, le piètre état sanitaire, provoqué notamment par son encaissement, nécessite la réalisation d’importants travaux d’assainissement tant sur les élévations que sur les fondations (drainage des abords). Dans ce cadre, un diagnostic archéologique a été prescrit.

2Cinq sondages ont pu être réalisés en dépit de contraintes (passages de réseaux, collecteurs d’eau de pluie). Aux abords de l’édifice, les sondages ont révélé un remblaiement massif, quoique d’ampleur variable, consécutif à un décaissement sans doute opéré au plus tard durant les guerres de Religion. Le secteur au nord de l’édifice semble avoir été épargné, comme en témoigne la présence de sépultures médiévales (xiie-xiiie s.). Au moins trois inhumations en coffrage de pierre ont été observées contre le mur gouttereau nord de l’ancien transept qui leur était vraisemblablement antérieur. Au NE de l’église, les deux tranchées de diagnostic rendent compte d’un remblaiement massif et particulièrement dense qui atteint près de 2 m et comble une importante dépression qui semble persister jusqu’à la fin du xviiie s. Enfin, les deux tranchées réalisées au sud de l’église témoignent aussi d’un important décaissement dont la puissance n’a pas pu être entièrement appréhendée. Ce nivellement de l’espace paraît toutefois plus ancien que celui opéré à l’est. Il est composé d’importants rejets domestiques qui traduisent une utilisation de l’espace en tant que dépotoir, formé durant le xviie s. au sortir des guerres de Religion. Dans ce cadre, la présence d’un fossé contigu à l’église paraît fort probable. Cet aménagement complétait le dispositif matérialisé au nord et à l'ouest de l'église par un mur de clôture maintenu jusqu'à la fin du xviiie s. L’absence de ce dernier au sud de l'édifice a probablement nécessité une adaptation du mur gouttereau sud à des fins défensives, au moyen de quelques aménagements (surélévation, fentes de tir, etc.) qui ne sont plus perceptibles de nos jours, mais pourraient être similaires à ceux encore visibles dans l’église, proche, d’Esnandes, en Aunis. Ce type d’aménagement, généralement mis en œuvre au cours de la guerre de Cent Ans, a fréquemment été réhabilité et adapté aux armes à feux de petits calibres durant les guerres de Religion. En l’état des connaissances, il n’est toutefois pas possible de déterminer à quel moment cette modification complète de l’espace fut réalisée. Au début du xviie s., elle avait déjà eu lieu, comme semblent l'indiquer les nombreux artefacts piégés dans le comblement du fossé qui ceinturait l’édifice.

3L’église Saint-Étienne d’Ars constitue un monument majeur du patrimoine rétais qui a longtemps conditionné le développement du bourg. Si le diagnostic archéologique restreint a permis de rappeler l’intérêt manifeste du monument, de nombreuses questions inédites liées à la topographie « priorale », la gestion funéraire, la topographie défensive et la vie quotidienne de la population arsaise aux xviie-xviiie s. ont été soulevées. Le cadre de l’intervention a livré un ensemble de réponses très incomplètes. Les vestiges préservés sous le revêtement de la place permettraient de compléter, le cas échéant, les données relatives au monument et ses aménagements annexes.

Plomb de drapier découvert dans le comblement du fossé défensif de l'église Saint-Étienne d'Ars-en-Ré.

Plomb de drapier découvert dans le comblement du fossé défensif de l'église Saint-Étienne d'Ars-en-Ré.

Cl. E. Barbier, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plomb de drapier découvert dans le comblement du fossé défensif de l'église Saint-Étienne d'Ars-en-Ré.
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Ars-en-Ré (Charente-Maritime). Église Saint-Etienne », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 248-249.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Ars-en-Ré (Charente-Maritime). Église Saint-Etienne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16958

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals