Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Chapelle-Saint-Mesmin (La) (Loiret). Parvis de l'église

Responsable d’opération : Julien Courtois
Notice rédigée avec Clément Alix
p. 250-251

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Pôle d'archéologie de la ville d'Orléans

Texte intégral

1Dans la banlieue ouest d’Orléans, l’église paroissiale de La Chapelle-Saint-Mesmin s’élève sur un promontoire dominant la rive gauche de la Loire. Elle aurait remplacé, sans doute au début du xie s., une chapelle primitive que la tradition place vers 550 à l’aplomb d’une grotte existant encore dans laquelle avait été inhumé saint Mesmin, fondateur de l’abbaye de Micy. La plus ancienne mention de l’église comme bien de cette dernière est consignée dans une bulle du pape Pascal II du 16 mars 1116. L’intervention archéologique est consécutive aux découvertes effectuées lors de la campagne de restauration et de mise en valeur de l’édifice sous la responsabilité de la Conservation régionale des monuments historiques. Elle répond donc à une sollicitation du SRA dans le cadre d’un sauvetage urgent.

2Le socle géologique, composé d’un calcaire aquitanien, se situe à environ 1,40 m de profondeur sous le sol actuel. Les structures les plus anciennes mises au jour correspondent à six sépultures, dont les fosses percent le socle calcaire. Certaines d’entre elles étant situées en dessous de la cote inférieure de terrassement du projet, n’ont pas été fouillées. Aucun aménagement particulier des tombes n’a été observé et le mode d'ensevelissement des corps reste inconnu (cercueil ? simple linceul ?), ce qui, avec l’absence de mobilier, ne permet pas de dater les premières phases d’inhumations. Deux sépultures ont toutefois fait l’objet d'une datation radiocarbone. La plus ancienne est datée entre les années 415 et 560 ; la seconde, plus récente, peut être rattachée à deux fourchettes chronologiques comprises entre 770 et 905 ou 920 et 965. Ces datations prouvent que ces deux phases d’inhumations sont antérieures à l’église actuelle. Par ailleurs, deux sarcophages en remploi dans des sépultures de la fin du Moyen Âge attestent de l’existence d’un cimetière du haut Moyen Âge au niveau de l’église de La Chapelle-Saint-Mesmin. Même si cette opération n’en apporte aucune preuve formelle, il est certain que ces sépultures étaient disposées autour d’un lieu de culte situé à l’emplacement de l’église actuelle, peut-être en rapport avec le tombeau de saint Mesmin, inhumé durant la première moitié du ve s. dans la grotte dite du Dragon, située sous l’église. La présence d’un bâtiment antique ou plus vraisemblablement tardo-antique à l’emplacement de l’église actuelle, supposée à partir des nombreuses terres cuites architecturales conservées dans son élévation, renforce l’hypothèse d’un établissement cultuel établi à partir du vie s. autour de la tombe de saint Mesmin.

3Outre la fouille de sauvetage menée sur le parvis de l’église, une étude de bâti a été conduite sur la face extérieure du mur pignon occidental et a été complétée par des observations effectuées sur l’ensemble des autres élévations du bâtiment (nef, bas-côtés, chevet, clocher). L’édifice du début du xie s., long de 32 m pour 17 m de large hors-œuvre, possède un plan basilical dépourvu de transept. Il comporte une nef à bas-côté et chevet à trois chapelles orientées de plans semi-circulaires et couvertes de voûtes en cul-de-four. L’abside est éclairée par trois fenêtres à arcs en plein cintre tandis que les absidioles ne possédaient originellement qu’une baie d’axe. Les bas-côtés étaient épaulés de contreforts et éclairés par d’étroites fenêtres couvertes d’un linteau échancré d’un arc en plein cintre, comme en témoignent quelques vestiges au sud. L’étude de bâti a également apporté des précisions sur d’autres éléments de la construction : fondations, traitements des joints des parements, trous de boulin de l’échafaudage. Les élévations emploient des matériaux très variés, dont certains sont des remplois : calcaire de Beauce, calcaire oolithique et calcaire d’Apremont, grès, briques à poignet et tuiles correspondent à des remplois tardo-antique et du haut Moyen Âge, datations confirmées par thermoluminescence (Ciram). L’emploi d’un mur pignon à portail central unique surmonté d’une baie haute est fréquent pour les façades des églises des xe et xie s. dans le SE du domaine royal capétien. Le portail (large d’1,94 m pour 3,14 m de hauteur sous clef) est d’un type très sobre, avec un arc en plein cintre, dépourvu de tympan, retombant directement sur les piédroits sans éléments de moulurations à l’exception d’un petit chanfrein. Seul l’appareil décoratif de l’arc témoigne d’une recherche esthétique : il est formé de trois rangs où les claveaux losangés médians sont engrenés dans les claveaux pentagonaux très allongés des rangs inférieur et supérieur. Ces claveaux sont principalement en calcaire oolithique, bien que cinq soient en calcaire d'Apremont et quatre en terre-cuite. Au-devant de ce portail, une maçonnerie peu profondément fondée était associée à deux niveaux de sol. Elle recouvrait les sépultures du premier état et était percée par d’autres du xive s. Cet ensemble de solins de pierre et de sols aménagés pourrait correspondre à un ancien porche présent dès l'origine et abandonné durant le xive s. L’étude a également permis de souligner les différentes campagnes de remaniements ayant affecté l’édifice. Les charpentes actuellement visibles dans les combles de la nef et du chœur de l’église correspondent à une reconstruction datée d’entre la fin du xve s. et la fin du xvie s. Ces travaux s’accompagnent sans doute de la reconstruction du sommet du pignon de la façade occidentale de l’église. Le clocher, pour sa part, a été construit au xviie s., puis restauré et rehaussé entre 1870 et 1873. Les nombreux travaux qui se sont succédé au cours du xixe s. ont également entraîné de profondes transformations sur les murs du vaisseau central (restauration des fenêtres hautes) et à l’intérieur de l’église (recouvrement d’enduit des murs et des piliers, voûtes en plâtre).

La Chapelle-Saint-Mesmin, parvis de l'église, relevé de la façade ouest.

La Chapelle-Saint-Mesmin, parvis de l'église, relevé de la façade ouest.

Relevé L. Josserand, Polytech Orléans et C. Alix ; DAO C. Alix

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Chapelle-Saint-Mesmin, parvis de l'église, relevé de la façade ouest.
Crédits Relevé L. Josserand, Polytech Orléans et C. Alix ; DAO C. Alix
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 981k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Chapelle-Saint-Mesmin (La) (Loiret). Parvis de l'église », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 250-251.

Référence électronique

Julien Courtois, Clément Alix, « Chapelle-Saint-Mesmin (La) (Loiret). Parvis de l'église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16978

Haut de page

Auteur

Clément Alix

Pôle d'archéologie de la ville d'Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Julien Courtois

Pôle d'archéologie de la ville d'Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals