Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Chepniers (Charente-Maritime). Église Saint-Étienne/pré de la Chapelle

Responsable d’opération : Céline Trézéguet
p. 251-252

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : département de la Charente-Maritime

Texte intégral

1Deux projets portés par la petite commune de Chepniers, située au sud du département de la Charente-Maritime, ont conduit à la réalisation de deux diagnostics dont les emprises étaient distantes l’une de l’autre d’une centaine de mètres environ. Le premier projet rentrait dans le cadre de la restauration au titre des Monuments historiques de l’église Saint-Étienne. Le second concernait des terrains où, au début des années 1990, une intervention archéologique menée par le Service régional de l’archéologie avait mis au jour une nécropole mérovingienne et sur lesquels la commune envisageait de construire quelques habitations.

Chepniers – église Saint-Étienne

2Les tranchées ouvertes au pied de l’église, d’une superficie très réduite en raison de l’existence d’un cimetière encore utilisé aujourd’hui, ont montré une occupation du site antérieure à la fondation du bâtiment religieux, au xiie s. Son exploitation s’est poursuivie sur une très longue période. Ce même cas de figure a été mis en évidence par des diagnostics réalisés dans deux autres sites du département : autour de l’église Saint-Pierre d’Écurat et plus récemment à l’église Saint-Étienne de Vaux-sur-Mer. À Chepniers aussi, une occupation ancienne, dont la nature et la fonction sont difficiles à déterminer, précéda l’établissement de l’église Saint-Étienne. En effet, les indices évoquant la présence humaine dès l’époque antique sont omniprésents. Rien ne permet de la caractériser ou de la localiser précisément, mais la présence de blocs de grand appareil dans les fondations du contrefort du chevet, la découverte de tessons de poterie antique dans une fosse et un as d’Auguste dans un remblai en témoignent. Cette hypothèse est renforcée par le dégagement, sous les fondations de l’église, d’une maçonnerie visiblement antique qui ne suivait pas l’orientation de l’édifice de culte. En outre, les nombreux tessons de céramique tardo-antique (DSP) et alto-médiévale trouvés dans un niveau contenant des sarcophages attestent d’une occupation du haut Moyen Âge, également antérieure à l’érection de l’église. De plus, l’installation des fondations de l’église romane a perturbé des constructions antérieures, au moins une maçonnerie et une cuve de sarcophage vraisemblablement alto-médiévale dont l’orientation différait de toutes les autres inhumations sous-jacentes. Ce sont les plus anciennes sépultures trouvées sur le site de l’église de Chepniers. Elles rappellent les sarcophages mérovingiens découverts au lieu-dit Pré de la Chapelle, évoqués plus bas.

3Pour l’époque médiévale classique, trois autres types de sépultures ont été recensés. Le premier mode d’inhumation, le plus fréquent et le plus durable, jusqu’à l’époque moderne, montre l’ensevelissement des corps en contenant souple et/ou périssable dans une fosse. Des clous de cercueil et des épingles à linceul ont en effet été découverts en grande quantité et des fosses sépulcrales ont été identifiées dans toutes les tranchées. Un deuxième type est représenté par plusieurs sarcophages constitués d’une cuve monolithe et d’un couvercle également monolithe. Ils ont été installés après la construction du contrefort du mur gouttereau sud de la nef, donc après le xiiie s. Enfin, des sépultures en coffrage de pierres ont été mises au jour dans deux secteurs distincts. L’une d’entre elles était dotée d’une alvéole céphalique et s’appuyait contre le ressaut de fondation du mur du chevet qui lui servait de parois. Dans la plupart des cas, les tombes étaient orientées E-O avec la tête à l’ouest. Toutefois, la sépulture en coffrage placée àla base du mur du chevet avait l’alvéole céphalique au nord. De même, le fond de cuve de sarcophage, s’il a bien été conservé à sa place d’origine, était orienté N-S.

4Enfin, plusieurs vestiges de maçonneries ou de constructions plus tardives ont été mis au jour, mais leur aspect lacunaire ou leur destruction partielle par le creusement des fosses sépulcrales interdit leur attribution fonctionnelle et/ou chronologique précise.

Nécropole mérovingienne du Pré de la Chapelle

5Les investigations menées autour de l’église Saint-Étienne se sont révélées complémentaires à celles conduites à une centaine de mètres, au lieu-dit du Pré de la Chapelle où, en 1991, une nécropole mérovingienne avait été découverte mais n’avait pas été géolocalisée. Le diagnostic a permis de mieux cerner l’emprise initiale de cette nécropole. Elle compte des sépultures en sarcophages (une cinquantaine connue) individuelles et collectives ainsi que des inhumations en fosses. Parmi ces dernières, au moins une était partiellement en place. S’y ajoutent six concentrations d’ossements pouvant correspondre à des inhumations en contenant souple ou fosse. Grâce aux informations topographiques fournies par la documentation de 1991 et à celles issues du diagnostic, les limites du cimetière ont pu être précisées, ainsi que sa surface, estimée à 960 m2. Il a aussi été démontré que l’espace funéraire s’était installé sur un secteur déjà occupé à l’époque antique. En témoignent plusieurs fosses-dépotoirs contenant un abondant mobilier antique résiduel et de nombreux restes de tegulae. Toutefois, l’indice le plus prégnant est incontestablement le bâtiment qui a pu être restitué et dont les méthodes de construction paraissent indéniablement antiques. Les maçonneries qui le constituent délimitent un espace où différents niveaux de sol construits en terre battue se succèdent, ponctués de couches de démolition ou de sédimentation naturelle.

6D’après les fouilles anciennes, des cuves de sarcophages émergeaient du niveau de sol construit à l’intérieur du bâtiment, démontrant l’antériorité de ce dernier. Bien que cet élément n’ait pas pu être observé au cours du diagnostic, la préexistence du bâtiment par rapport à l’installation de la nécropole ne fait pas de doute. L’ensemble du secteur semble avoir été détruit et/ou abandonné à l’époque médiévale.

7Enfin, il apparaît que cette nécropole s’accompagnait d’une zone probablement destinée à l’habitat, regroupant fosses-dépotoirs, fossés, palissades, soles, etc., aménagements qui furent tous comblés au cours du haut Moyen Âge. Ces vestiges fossoyés, très localisés, sont situés aux abords directs de la nécropole, sur ses flancs sud et ouest.

8Tous ces éléments permettent d’avancer l’hypothèse selon laquelle l’édifice fut construit au cours de l’époque antique au sens large. La nécropole qui fut installée par la suite respecta sans doute dans un premier temps l’espace de l’édifice peut-être encore en fonction. Dans un second temps, des sépultures en sarcophages et en fosses en occupèrent l’espace. C’est en effet bien souvent à proximité d’un habitat antique que se développent les nécropoles du haut Moyen Âge et le cas de Chepniers ne constitue pas une exception. La question de savoir si la nécropole mérovingienne a été délaissée afin de déplacer l’espace funéraire vers l’église Saint-Étienne demeure.

Chepniers, la nécropole au premier plan et l'église Saint-Étienne en arrière-plan.

Chepniers, la nécropole au premier plan et l'église Saint-Étienne en arrière-plan.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Chepniers, la nécropole au premier plan et l'église Saint-Étienne en arrière-plan.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/16990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Trézéguet, « Chepniers (Charente-Maritime). Église Saint-Étienne/pré de la Chapelle », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 251-252.

Référence électronique

Céline Trézéguet, « Chepniers (Charente-Maritime). Église Saint-Étienne/pré de la Chapelle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/16990

Haut de page

Auteur

Céline Trézéguet

service d'archéologie départementale de la Charente-Maritime

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Céline Trézéguet

service d'archéologie départementale de la Charente-Maritime

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals