Navigation – Sitemap
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly

Grabungsleiter: François Blary
Fundbericht bei Anne-Marie Flambard Hericher
p. 254-256

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2016, 2017
Seitenanfang

Anmerkungen der Redaktion

Organisme porteur de la fouille : université libre de Bruxelles

Volltext

1La communauté monastique cistercienne de Preuilly est implantée à Égligny à la fin de la seconde décennie du xiie s. L’abbaye s’installe sur un léger replat dominant, de 5 m environ, le fond de vallée aménagé en plusieurs viviers entre lesquels passe le ru canalisé de Preuilly. Elle se situe à 2 km au nord des premières habitations, à mi-distance entre Châtenay-sur-Seine, au sud, et Donnemarie-Dontilly, au nord. Le domaine monastique clôturé couvre 14 ha environ. Bien que l’abbaye ne bénéficie pas des privilèges statutaires des quatre filles aînées de l’ordre : La Ferté (fondée en 1113), Pontigny et Clairvaux (fondées en 1115) et Morimond (fondée en 1117), sa cinquième place dans l’ordre des fondations cisterciennes fait de la création de Preuilly un tournant dans le développement de la congrégation.

2Une première charte relate en détail la fondation de l’établissement monastique de Pruliacum, en 1118, par le comte de Blois (de Chartres et de Brie) Thibaut IV le Grand (1102-1151), devenu Thibaut II comte de Troyes et de Champagne à partir de 1125 par sa mère Adèle de Normandie (1067-1137), fille de Guillaume le Conquérant. Le site d’implantation se situe sur un territoire excentré du comté de Brie, proche du comté de Blois, possession familiale d’origine du comte. Les raisons de la fondation du monastère semblent procéder d’un calcul politique, le comte de Champagne marquant l’appartenance de ce territoire forestier et frontalier à la limite du domaine royal. La protection royale ne tarda d’ailleurs pas puisqu’en 1138 Louis le Jeune (1137-1180) donnait au monastère sa terre d’Aigremont. Le rayonnement des premiers abbés et l’attrait de la société laïque pour le nouvel ordre favorisèrent un recrutement conséquent qui permit au monastère, dès la première décennie de son existence, d’essaimer en fondant Vauluisant (1127), puis La Colombe (1129) et Barbeau (1147).

3Des études pluridisciplinaires ont été entreprises sur l’abbaye depuis 2011 avec, d’une part, un recensement et une étude des archives conservées, et, d’autre part, des prospections géophysiques et un relevé microtopographique du domaine. Une étude de bâti et des relevés d’élévation ont également été réalisés sur l’abbatiale et sur un bâtiment domestique encore bien conservé : la grange de Beauvais. En 2016, des sondages ont été autorisés d’une part sur la salle capitulaire et, d’autre part, sur la grange de Beauvais, de façon à évaluer dans les deux cas le potentiel stratigraphique.

4La salle capitulaire de Preuilly se trouvait au rez-de-chaussée des bâtiments claustraux orientaux, séparée du bras sud du transept de l'église par deux petites structures (sacristie, chapelle de l’abbé, parloir ?). Elle était flanquée au sud d’espaces actuellement détruits qui auraient été, selon le témoignage d'autres sites cisterciens, le passage, l'escalier de jour et la salle des moines. C’était un espace rectangulaire, orienté N-S. L’intérieur était divisé en six travées par deux colonnes recevant chacune quatre doubleaux et quatre ogives. Le long des murs, ces derniers retombaient sur des culots. Aux angles, les nervures étaient reçues par des colonnes adossées. Le mur est devait être percé de trois baies, correspondant, chacune, à une travée. Sur le côté ouest, la salle capitulaire communiquait avec la galerie est du cloître par une porte centrale flanquée de deux baies ouvertes au-dessus d'un mur.

5Les résultats du sondage dans la salle capitulaire de Preuilly et la galerie est du cloître de l'abbaye sont mitigés. D’une part, on constate que dans la salle capitulaire, le niveau de circulation est le même aux époques médiévale et moderne. De plus, une inhumation secondaire a été mise au jour et fouillée. Dans la galerie orientale du cloître, un niveau de circulation a été identifié sous la forme d'empreintes de carreaux volés. On possède désormais une meilleure connaissance des fondations. Les relevés pierre à pierre et les données issues du sondage permettent de préciser la morphologie générale de la salle capitulaire au Moyen Âge. Les radiers médiévaux n’ont fait l’objet d’aucune reprise et n’ont révélé aucun état antérieur à l’occupation cistercienne. On peut en conclure que la volumétrie prévue à l’origine a été maintenue, à l’instar des horizons de sol, jusqu’à la Révolution française. D’autre part, il est devenu évident que les couches supérieures importantes (voire les carrelages et les couches immédiatement sous-jacentes) ont été détruites entre la Révolution française et l'an 1926, plus probablement lors des années 1860.

6Le sondage réalisé dans la pièce 4 de la grange de Beauvais a permis d’établir un phasage assez précis de l’occupation du bâtiment, qui fut construit au xiie s. d’après les datations de la charpente par dendrochronologie, et dont la toute première fonction n’est pas connue. En outre, rien ne permet actuellement de dater le sol de carreaux de pavement carrés découvert dans la tranchée. Au xive s., une activité métallurgique est installée dans cet espace. Elle détruit en partie le pavement. L’organisation de cette activité, sa répartition dans la pièce et dans l’espace adjacent peut-être non couvert, au nord, ne sont pas encore connues et sa nature exacte reste à préciser. Cette activité dure au moins tout au long du xive et sans doute dans les quinze premières années du xve s. La pièce reste probablement plus ou moins à l’abandon jusqu’au xviie s., où elle est remaniée, remblayée et un nouveau sol de calcaire est installé à une date difficile à préciser. C’est ce sol que la marquise de Maillé viendra entamer au tout début du xxe s. pour connaître le niveau du sol d’origine en retrouvant la base du pilier central. Bien qu’assez plan, ce dernier sol n’a jamais porté de carrelage. Cependant, des dépressions profondes du sol, après avoir été comblées, ont été recouvertes d’un lit de tomettes hexagonales sans mortier de scellement.

7Dans la tranchée perpendiculaire au mur gouttereau de la grange de Beauvais, à l’est, les contextes fouillés n’ont pas fourni d’éléments précis de datation, hormis la chronologie relative stratigraphique. Les données issues de l’expertise dendrochronologique sur les pièces de charpente montrent qu’un premier bâtiment est couvert en 1164-1165d. Le couvrement de cette partie du corps de bâtiment est repris dans le courant de l’automne-hiver 1507-1508, ce qui correspond à une importante restructuration de l’occupation du second niveau sous comble. En rapprochant ces éléments des données obtenues dans le sondage stratigraphique, il ressort qu’un premier bâtiment est construit dans la deuxième moitié du xiie s. Le rehaussement des sols que l’on constate ensuite est à mettre en relation avec l’extension du corps de bâtiment au sud dans la deuxième moitié du xiiie s. (entre 1271 et 1283d.) et l’aménagement d’un probable dortoir. Les activités du rez-de-chaussée pourraient avoir nécessité la mise en œuvre d’une canalisation d’évacuation d’eau du NO vers le SE, peut-être en relation avec une reprise de plus grande ampleur du réseau hydraulique de l’ensemble du monastère. L’accès à ce probable dortoir devait s’effectuer par une cage d’escalier et une galerie haute hors-œuvre, adossée, en bois. Au tout début du xvie s., le bâtiment subit une nouvelle réorganisation intégrant une extension au nord et une nouvelle forme d’accès au second niveau sous comble. La construction du contrefort est pourrait être mise en relation avec la disparition de ce mode d’accès, après l’abandon de la galerie hors-œuvre antérieure. Cette modification pourrait être intervenue dans le courant du xviie s. Le sol se trouve encore rehaussé pour permettre l’accès aux différentes pièces du rez-de-chaussée de manière indépendante les unes des autres, par la cour et par le mur gouttereau. Les fenêtres antérieures se voient transformées en portes. Les formes de couvrement de ces nouvelles ouvertures à linteau de bois et brique ne semblent intervenir qu’à partir du xixe s. comme le suggère également le mobilier (tomettes) contenu dans les sols et dans leur rehaussement.

8Après les sondages d’évaluation du potentiel stratigraphique de 2016, des fouilles programmées triennales 2017-2019 ont été autorisées. La campagne de fouilles conduite du 3 juillet au 3 août a porté principalement sur trois secteurs de la grange de Beauvais : la salle 4 (salle voûtée au centre du corps de bâti), la salle 5 (située au nord de la précédente) et la zone extérieure, à l’ouest, GW5. Sur ces trois emplacements, les données recueillies sont particulièrement intéressantes :

Salle 4

9Les sols des deux travées fouillées cette année ont révélé les éléments spectaculaires d’un atelier métallurgique de grande ampleur. Un sondage limité, au droit de la base de la colonne centrale, montre que cette activité a été exercée du xiiie jusqu’à la fin du xve s. La fouille, extrêmement délicate compte tenu de l’excellent état de conservation des vestiges, livre peu à peu le schéma de l’organisation spatiale de cet espace et éclaire son évolution au sein de l’espace monastique.

Salle 5

10L’analyse archéologique s’est attachée à établir la chronologie relative des maçonneries des murs intérieurs sud et ouest. Après un patient décroutage des enduits de ciment et de chaux des maçonneries, l’examen a mis en évidence une cheminée à l’ouest avec un piédroit parfaitement conservé réalisé dans un bloc monolithe de grès sculpté avec bases, colonnes et chapiteaux jumeaux dont la facture pourrait – en l’attente des autres travaux en cours – indiquer une mise en œuvre dans la deuxième moitié du xiie ou au début du xiiie s. Sur le mur nord, les deux arcs découverts étaient surmontés de conduits de cheminée dont les traces de suie ont pu également être observées.

GW5 extérieur ouest

11La fouille du sol réalisée sur un peu plus de 30 m2 a permis la découverte d’une structure inédite, une « cuve » circulaire de 5 m de diamètre, ceinturée d’une maçonnerie imposante. Les premiers éléments stratigraphiques de l’enquête semblent indiquer que cette structure moderne (xvie-xviie s.) s’adossait aux murs médiévaux de la « grange de Beauvais ». La construction de cet ensemble s’effectue après l’abandon de l’activité métallurgique et pourrait être mise en relation avec une activité agricole. L’hypothèse de la fonction de ce bassin comme espace de rouissage du lin ou du chanvre, suggérée par la documentation écrite, est privilégiée à ce stade mais cette hypothèse demande à être confirmée par des recherches complémentaires.

12Parallèlement, l’identification des matériaux de construction s’est poursuivie sur la grange de Beauvais, mais aussi sur certaines parties de l’église. L’étude des 200 blocs lapidaires, désormais sauvegardés, a été réalisée et les pièces principales sont intégralement dessinées. L’examen technologique des planchers de la salle 1 (datés du xiiie s. par la dendrochronologie) montre que les carreaux de pavements ont été posés à la même époque que les planchers. L’analyse dendrochronologique et typologique des charpentes s’est poursuivie sur les pièces de charpentes spécifiques de la grange de Beauvais. La grange de l’abbaye a également fait l’objet de prélèvements.

13La première campagne de fouilles programmées pluriannuelles (2017-2019) conduite sur ce grand monastère cistercien montre d’ores et déjà tout l’intérêt scientifique de l’étude de ce bâtiment à vocation économique dont l’état de conservation s’avère tout à fait exceptionnel.

Égligny, abbaye de Preuilly, vestiges de l’abbatiale de Preuilly vus depuis le SE.

Égligny, abbaye de Preuilly, vestiges de l’abbatiale de Preuilly vus depuis le SE.

Cl. J.-B. Vialles

Égligny, abbaye de Preuilly, au pied du mur gouttereau occidental de la grange des Beauvais, vestiges d'un probable bassin de rouissage moderne de 2,20 m de diamètre recoupant des structures antérieures.

Égligny, abbaye de Preuilly, au pied du mur gouttereau occidental de la grange des Beauvais, vestiges d'un probable bassin de rouissage moderne de 2,20 m de diamètre recoupant des structures antérieures.

Cl. L. Camérini

Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Titel Égligny, abbaye de Preuilly, vestiges de l’abbatiale de Preuilly vus depuis le SE.
Abbildungsnachweis Cl. J.-B. Vialles
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17014/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 990k
Titel Égligny, abbaye de Preuilly, au pied du mur gouttereau occidental de la grange des Beauvais, vestiges d'un probable bassin de rouissage moderne de 2,20 m de diamètre recoupant des structures antérieures.
Abbildungsnachweis Cl. L. Camérini
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17014/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 987k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Anne-Marie Flambard Hericher, « Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 254-256.

Online-Version

François Blary, Anne-Marie Flambard Hericher, « Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly » [archäologische Miszelle],Archéologie médiévale [Online], 48 | 2018, Online erschienen am: 01 März 2019, abgerufen am 03 Juni 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/17014

Seitenanfang

Grabungsleiter

François Blary

université libre de Bruxelles

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Archéologie Médiévale

Seitenanfang
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals