Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Épinal (Vosges). Rue Saint-Michel, chapelle des Hospitaliers

Responsable d’opération : Nathalie Nicolas
p. 256-257

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0150188

Texte intégral

1Un diagnostic d’archéologie du bâti d’une superficie de 2294 m² a été prescrit à Épinal sur les parcelles 729 à 738 (section AB), à l’extrémité occidentale d’un vaste îlot trapézoïdal étiré le long de la rue Saint-Michel. La prescription porte sur la mise en évidence des vestiges de l’établissement des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, situé extra-muros, mentionné depuis 1194. Lors d’une opération menée en 2000 en bordure méridionale de la zone, l’angle SO de la nef d’une chapelle et une zone funéraire avaient été fouillés.

2Le chœur de la chapelle était presque intégralement conservé dans un immeuble qui lui fut agrégé à la période moderne. La présence d’un lavabo aménagé dans le mur sud constituait le premier indice de la conservation de cet édifice cultuel. Celui-ci était conservé jusqu’au niveau des arases du pignon, témoignant d’ailleurs d’une toiture à forte pente. Le chœur présente un chevet plat appareillé en moellons équarris de grès rose, animé par deux vastes baies en plein-cintre. Elles enserrent une cavité circulaire peu profonde, dont le comblement contenait les fragments d’un décor moulé en plâtre pouvant provenir d’un élément rapporté (tondo). Ce décor appareillé est surmonté d’un oculus. Deux piliers d’angle appareillés en grès à ciment calcaire chaînaient les angles du chœur aux murs gouttereaux et supportaient une voûte, probablement d’ogives. Une baie en plein-cintre est aménagée dans le mur gouttereau nord, alors que deux baies identiques animent le mur sud. À l’ouest, deux piliers d’angle, également chaînés aux murs gouttereaux, supportent un arc brisé, chanfreiné. Il s’agit d’un arc-doubleau situé à l’entrée du chœur, partiellement intégré dans la façade du bâtiment dans son dernier état. À l’extérieur, une corniche décorative appareillée souligne les murs gouttereaux. Les parements du chevet et du mur gouttereau sud sont pourvus d’un enduit à la chaux taloché, exceptionnellement bien conservé.

3La sécularisation de l’édifice est marquée par l’installation d’un premier plancher s’appuyant sur la voûte. Après la suppression de cette dernière, un autre plancher est posé sur des poutres d’orientation différente. L’aménagement d’un premier étage-carré a impliqué d’importants remaniements comme le bûchement des reins de la voûte et la transformation des anciennes baies. Les poutres sont installées en même temps qu’un arc diaphragme au rez-de-chaussée, portant la hauteur sous plafond à moins de 2,50 m. L’aménagement du deuxième étage a nécessité la récupération des claveaux de l’ancien arc formeret du chœur et a également occasionné la dépose de la charpente qui a totalement disparu. Sur la base des sondages sédimentaires réalisés en 2000 et en 2017, les dimensions intérieures de la chapelle seraient de 16,80 mètres de long par 4,60 m de large. Les caractères architecturaux de la chapelle ne sont pas sans évoquer ceux de la chapelle de Libdeau (Toul) de la commanderie de l’ordre des Templiers fondée avant 1190. Celle-ci est constituée d’une nef de plan rectangulaire, de dimensions voisines de celle d’Épinal. Ces comparaisons stylistiques posent la question de la datation de cette dernière, dont la mise en œuvre révèle un seul état de construction et d’occupation médiéval. En l’absence de prélèvements dendrochronologiques, cette datation ne peut être précisée.

4Le diagnostic a également permis de réaliser des observations d’une part dans le logement adossé à la chapelle, sur cinq niveaux (parcelle 732), et d’autre part dans les bâtiments situés sur les parcelles 729, 730 et 731. Dans ces bâtiments, façades et plafonds ne sauraient être antérieurs au xviie s. voire au xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Nicolas, « Épinal (Vosges). Rue Saint-Michel, chapelle des Hospitaliers », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 256-257.

Référence électronique

Nathalie Nicolas, « Épinal (Vosges). Rue Saint-Michel, chapelle des Hospitaliers » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17018

Haut de page

Auteur

Nathalie Nicolas

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Nicolas

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals