Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Fontainebleau (Seine-et-Marne). Ermitage Saint-Louis

Responsable d’opération : Sophie David
p. 257-258

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Office national des forêts

Texte intégral

1L’ermitage Saint-Louis se situe au cœur de la forêt de Fontainebleau, sur une butte calcaire qui culmine à 122 m. La tradition veut que la chapelle ait été fondée par le roi Saint Louis qui se serait perdu en forêt lors d’une chasse en 1264. Alors attaqué par des voleurs, il serait monté au point le plus haut pour sonner du cor afin d’être secouru par sa suite. En mémoire de cet incident, il fit élever la chapelle Saint-Louis-en-Beaulieu avec, pour la desservir, l’ermitage au vocable de Saint-Vincent. Des recherches en archives menées en 2017 ont permis de découvrir que l’ermitage appartint au domaine royal jusqu’en 1610. Cette année-là, le roi Henri IV en fit don à Paul Fouet, religieux de l’ordre des Trinitaires et chapelain ordinaire du roi à Fontainebleau. La destruction de l’ermitage fut ordonnée en 1701 par Louis XIV suite à l’assassinat du dernier ermite en 1699.

2Lors de l’aménagement des premiers sentiers pédestres balisés en forêt de Fontainebleau par Claude-François Denecourt durant la seconde moitié du xixe s., le site de la butte Saint-Louis fut fouillé une première fois par Paul Domet, alors sous-inspecteur des forêts, pour qu’il soit ensuite desservi par l’un de ces sentiers (Domet, 1873). Les sources anciennes précisent qu’il découvrit des fragments lapidaires, des sépultures dans et au dehors de la chapelle. Les fouilles furent reprises en 1892 par le docteur Fruitier au niveau des communs. En 1949, un autre érudit de Fontainebleau, Louis Vincent, effectua des fouilles sur le site (Vincent, 1948). Ses fouilles n’ont malheureusement jamais fait l’objet d’un rapport ou d’une publication détaillée.

3En 2013, dans le cadre du label Forêt d’exception®, l’Office national des forêts a souhaité valoriser ce site dont les vestiges sont encore apparents et qui sont fréquentés quotidiennement par les promeneurs. Des recherches en archives ont alors été menées. En 2017, il a été décidé d’effectuer des sondages afin de vérifier les sources archivistiques et d’identifier les structures découvertes lors des fouilles anciennes. Le premier objectif était de préciser la datation du site. Selon la tradition, la fondation remontrait au xiiie s., mais les résultats des fouilles précédentes tendraient plutôt à la placer au xie s. avec d’importants travaux réalisés au xiiie s. Les sondages se sont déroulés durant trois semaines et se sont concentrés sur la chapelle de l’ermitage. Trois états successifs de construction de la chapelle ont été mis au jour : une première construction encore non datée, puis des réaménagements sans doute effectués au cours du xiiie s. (dont la réfection du chœur) et enfin un dernier état probablement à la fin du xvie s. ou au début du xviie s. Aucun mobilier découvert n’est postérieur au début du xviiie s., ce qui correspond à la date du démantèlement du site. Trois sépultures ont été découvertes, une au centre du chœur et deux le long du mur sud à l’extérieur de la chapelle. Un dépôt d’ossements, contenant au moins 6 individus, a été mis au jour dans le remblai de l’escalier d’accès à la chapelle. Le mobilier associé est daté du iiie s. au xviie s. Certains os portent des traces d’outils. Ceci porte à penser que ces ossements furent récupérés, avec d’autres objets, lors de travaux effectués sur la butte, puis enterrés dans un contenant périssable lors de la réfection de l’escalier.

4Ainsi les sondages effectués en 2017 ont permis de découvrir une occupation plus complexe que prévu. La fondation de l’ermitage est sans doute plus ancienne que celle indiquée dans les documents du xviie s. mais cela reste à confirmer. Une fouille programmée est prévue à partir de 2019.

Fontainebleau, plan de l'ermitage Saint-Louis d'après les fouilles de Louis Vincent de 1949.

Fontainebleau, plan de l'ermitage Saint-Louis d'après les fouilles de Louis Vincent de 1949.

DAO. L. Galfo, 2013

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fontainebleau, plan de l'ermitage Saint-Louis d'après les fouilles de Louis Vincent de 1949.
Crédits DAO. L. Galfo, 2013
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17030/img-1.jpg
Fichier image/, 229k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie David, « Fontainebleau (Seine-et-Marne). Ermitage Saint-Louis », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 257-258.

Référence électronique

Sophie David, « Fontainebleau (Seine-et-Marne). Ermitage Saint-Louis » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17030

Haut de page

Auteur

Sophie David

Office national des forêts

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie David

Office national des forêts

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals