Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainMane (Alpes-de-Haute-Provence). P...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Mane (Alpes-de-Haute-Provence). Prieuré de Salagon

Responsable d’opération : Vincent Buccio
p. 263-264

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence

Texte intégral

1Le prieuré médiéval de Salagon, aujourd’hui Musée et Jardins de Salagon, doit faire l’objet de travaux destinés, entre autres, à en faciliter l’accès pour les personnes à mobilité réduite. Bien que de faible profondeur, ces travaux nécessitent d’évaluer l’impact sur les vestiges archéologiques sous-jacents. Un diagnostic a donc été conduit au mois de mars 2017 par le Service départemental d’archéologie des Alpes-de-Haute-Provence.

2Les interventions archéologiques conduites antérieurement sur le site de Salagon ont mis en évidence la présence d'une occupation néolithique et protohistorique au nord du site, puis, sous le prieuré, d'une occupation du ier s. apr. J.-C. à laquelle succède une villa à la fin de ce même siècle. Une basilique funéraire paléochrétienne y est construite au ve s. Par la suite, l’église romane et les bâtiments qui lui sont associés témoignent de l’essor du prieuré et de son dynamisme entre le xiie s. et les Temps modernes. Dans le courant du xixe s., Salagon devint une ferme, jusqu’aux travaux de l'association Alpes de Lumière qui conduisirent à l’achat du site par le département et à son aménagement en musée. Dès 1980, Guy Barruol a proposé une étude d’ensemble de l’église et des bâtiments du prieuré.

3Les dix sondages de diagnostic ouverts en 2017 sont situés au nord, au sud et à l’ouest de l’ensemble prieural actuel. Leur répartition, contrainte par l’emprise du projet, visait avant tout à localiser et dater les vestiges qui pourraient être menacés par ces travaux. Il s’agissait aussi, dans la mesure du possible, de compléter, d’une part, les données déjà connues sur l’ensemble monumental et, d’autre part, de proposer une première étude de cette zone, en périphérie du prieuré, qui n’avait fait l’objet, jusqu’à présent, que de suivis de travaux très ponctuels liés aux réseaux.

4Les sépultures, dont la présence était attendue, se sont avérées très nombreuses. Le diagnostic a montré que les premières dégagées se trouvaient à une profondeur extrêmement faible, parfois immédiatement sous une fine couche de terre végétale, du fait de la forte densité du cimetière, mais aussi des terrassements postérieurs. Les tombes sont de types variés : bâtières sous lauze, coffrages de pierre, cercueils, sarcophages. Cette diversité, en dépit de la rareté du mobilier archéologique associé aux sépultures, indique une utilisation du cimetière entre le début du Moyen Âge et les Temps modernes.

5À l’exception des sépultures, aucune structure clairement associée à la villa ou à l’occupation antique n’a été mise au jour ; le mobilier antique provient de niveaux remaniés. Une maçonnerie apparue devant la façade de l’église romane est interprétée comme le vestige d’un édifice antérieur, qui pourrait éventuellement compléter le plan établi pour la première basilique. Une autre maçonnerie, qui marque peut-être un état du logis prieural antérieur à l'actuel, a été observée, ainsi qu'un mur qui pourrait indiquer la présence d’une clôture ou d’une enceinte autour du prieuré. Un silo médiéval est également apparu au sud du prieuré. Le diagnostic a également révélé la présence d’un four à chaux, aménagé dans le substrat, d’un diamètre de trois mètres et dont la profondeur conservée est supérieure à 1,80 m. Dans l’attente d’une datation absolue de cette structure, on peut envisager de l’associer à l’importante phase de travaux que connût le prieuré, peut-être au début de la Renaissance. Enfin, une allée caladée également apparue sous la terre végétale, à très faible profondeur, prolonge un chemin observé dans la parcelle au nord du prieuré. Le mobilier archéologique présent sur ses pavés montre qu’elle a pu être utilisée dans le courant du xixe voire du xxe s. Un sondage réalisé dans cette calade montre qu’elle ne semble pas succéder à un état plus ancien du chemin et que des individus ont été inhumés à son emplacement avant qu’elle ne soit construite.

6Le diagnostic conduit sur le prieuré de Salagon apporte de nouvelles données et de nouveaux questionnements sur l’organisation de cet ensemble, dans l’espace comme dans la durée : présence probable d’un mur de clôture, extension de l’église ancienne, structuration de l’espace dans les états les plus récents en particulier. Le four à chaux, quelle qu’en soit la datation, est la première manifestation tangible d’un chantier de construction sur le site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Buccio, « Mane (Alpes-de-Haute-Provence). Prieuré de Salagon »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 263-264.

Référence électronique

Vincent Buccio, « Mane (Alpes-de-Haute-Provence). Prieuré de Salagon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17094

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Buccio

service départemental d'archéologie des Alpes-de-Haute-Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search