Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainNogent-l'Artaud (Aisne). Rue des ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Nogent-l'Artaud (Aisne). Rue des Écoles

Responsable d’opération : Thierry Galmiche
p. 268

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : département de l'Aisne

Texte intégral

1Le projet d’extension de l’école communale a fait l’objet de deux prescriptions de diagnostic par le préfet de région. Leur emprise respective de 5 191 m² et 2 414 m² s’étend sur la partie à l’est, pour le premier, au sud et au SE, pour le second, du couvent des sœurs mineures de l’ordre de sainte Claire. Cet établissement religieux a été fondé par Blanche d’Artois, comtesse de Champagne, en 1299. Le plan le plus ancien connu a été réalisé par Gabriel Josse Seron et Remi Pasquier en 1783. Il nous renseigne sur la disposition des bâtiments de l’abbaye à la fin du xviiie s. La vente du couvent en huit lots le 12 novembre 1793 donne lieu à un procès-verbal dont l’étude nous a permis de restituer la fonction des différents espaces qui composaient l’ensemble conventuel.

2Les restes les plus anciens découverts lors du diagnostic de janvier-février sont contemporains de l’aménagement du couvent dans les premières années du xive s. Les fondations du mur du chevet ont été dégagées dans trois tranchées, côtés nord, est et sud. Les soubassements du transept nord ont également été vus démontrant de façon irréfutable l’existence de ce bras. L’examen archéologique a mis en évidence un même chantier pour l’ensemble de ces maçonneries dont les sources historiques indiquent qu’il était en projet dès 1303. Une fosse en lien avec cette période d’aménagement a aussi été repérée. Outre les informations recueillies en fouille, des observations in situ ont permis de compléter le descriptif de l’église et d’envisager l’existence d’un transept sud.

3Le couvent était entouré d’une enceinte au nord et à l’est. Un fossé, dont la morphologie est encore parfaitement conservée à l’est, doublait ce mur d’enceinte.

4Plusieurs constructions ont été découvertes lors de ce premier diagnostic. Une citerne de forme ovale (superficie intérieure : 2,5 m²) a ainsi été dégagée à l’angle du transept nord et du chevet. Elle est datée entre le bas Moyen Âge et l’époque moderne. Un bâtiment dont le plan s’appuie sur un rectangle de 42 m² de surface intérieure a aussi été vu. Son édification est postérieure au xvie s. et sa durée d’existence pourrait être assez brève au regard des autres constructions du couvent. Sa disparition semble patente au moment de la construction d’une canalisation qui traverse la parcelle d’est en ouest. Cette dernière sert de chenal d’évacuation des effluents d’une latrine mise au jour lors du second diagnostic. Un bassin de forme carrée (superficie intérieure : 15 m²), postérieur au xvie s., est vraisemblablement contemporain de l’aménagement du secteur en jardin à la française aux xviie-xviiie s. Il est encore figuré sur le plan de 1783. À l’exception du bâtiment dont le plan s’appuie sur un rectangle de 42 m², la destruction et l’abandon de ces différentes structures sont consécutifs à la vente du couvent et à sa division par lots en 1793. Un mur avait été construit par les religieuses pour relier le chevet de l’église au mur oriental de l’enclos. Ce mur fut refait suite à la vente de 1793. Un nouveau mur parcellaire a été aménagé à la même époque et un autre mur du même type, postérieur à 1936, a aussi été mis en évidence. Des fosses datées entre le xive et le xviiie s. sont également à signaler.

5Des restes appartenant à l’aile orientale de l’ensemble conventuel ont été mis au jour lors du diagnostic de septembre. Ce bâtiment se prolonge vers le sud, au-delà de l’aile méridionale mitoyenne. Les vestiges d’une construction aménagée à l’extrémité sud de l’aile orientale ont été étudiés. Ils délimitent une zone plane (environ 1 m²), peut-être utilisée comme zone de stockage en lien avec la cuisine. L’estimation de 1792 fait, en effet, état d’une cuisine dans cette partie de l’aile orientale. Une fosse latrine a été aménagée contre cet édifice directement en lien avec une latrine, côté sud. La canalisation repérée lors du diagnostic de janvier-février 2017 permettait sans doute l’écoulement du trop-plein de cette latrine vers le fossé d’enclos du couvent. Un bâtiment est accolé à la latrine. Trois sections de ses fondations ont été mises au jour, ainsi qu’une base de pilier et une fosse peut-être destinée à la récupération d’un autre pilier. En l’état, il est difficile de préciser si cette construction incluait la latrine et la fosse associée. La question de la limite nord de ce bâtiment nous a amené à proposer l’hypothèse d’un escalier permettant d’accéder par ce côté aux combles de cet édifice.

6L’ensemble des constructions supportées par les restes archéologiques présentés ci-dessus et attribuées à la période conventuelle du site a été détruit après la vente de 1793.

7Trois fondations de mur d’époque indéterminée ont été dégagées très partiellement dans la partie ouest du terrain sondé. Leur fonction reste indéterminée mais le caractère modeste de deux d’entre elles plaide pour des aménagements d’envergure limitée. La partie sud de l’emprise a mené à la découverte d’un bâtiment semi-excavé de forme allongée. Son absence dans les sources iconographiques et cartographiques consultées s’explique peut-être par une durée d’existence très limitée de cet édifice d’époque contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche, « Nogent-l'Artaud (Aisne). Rue des Écoles »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 268.

Référence électronique

Thierry Galmiche, « Nogent-l'Artaud (Aisne). Rue des Écoles » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17138

Haut de page

Auteur

Thierry Galmiche

département de l'Aisne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Galmiche

département de l'Aisne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search