Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainOrléans (Loiret). « Petit Évêché ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). « Petit Évêché », 24-26 rue Saint-Étienne / 2 rue Robert-de-Courtenay

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 269-270

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Pôle d'archéologie de la ville d'Orléans

Texte intégral

1S’inscrivant dans le cadre du suivi archéologique du programme de ravalement de façade conduit par la ville d’Orléans, cette étude de bâti concerne une grande propriété située immédiatement au SE du chevet de la cathédrale et comportant actuellement onze corps de bâtiment organisés autour de cinq cours de tailles différentes. Elle a porté principalement sur le grand bâtiment méridional longeant la rue Saint-Étienne. Présentant initialement un plan rectangulaire aux dimensions importantes (25,80 m de longueur × 8,20 m), l’édifice comportait une cave voûtée, actuellement inaccessible, surmontée par un cellier semi-excavé couvert d’un plafond, puis un rez-de-chaussée surélevé par rapport à la rue et à la cour. Sa façade sur rue était construite à l’aide d’un blocage de moellons recouvert par un petit appareil de revêtement formé de moellons de calcaire de Beauce disposés en assises hautes de 8 cm à 16 cm. La pierre de taille, également du calcaire de Beauce, est réservée notamment aux encadrements des ouvertures et aux chaînes d'angles. Certaines de ces pierres portent les traces d’un layage oblique fin et sont posées avec des joints très fins.

2Le cellier était éclairé et ventilé par plusieurs jours donnant sur la rue et la cour au nord. Il était divisé en deux espaces par un mur de refend. Dans la pièce occidentale, les poutres du plafond s’ancraient dans un large arc diaphragme dont subsistent uniquement les retombées, reposant sur des impostes toriques. Au sud, l’arc diaphragme était épaulé par le contrefort encore visible en façade sur rue. Ce procédé de couvrement est inédit dans les celliers orléanais. L’accès à ce niveau s’effectuait par un escalier droit dans-œuvre accessible depuis la rue grâce à une porte à l’extrémité ouest du gouttereau, couverte d’un linteau en bâtière. Un second accès au cellier existait dans l’angle NO de la pièce orientale. Quelques vestiges permettent de restituer une porte ouvrant sur un escalier infra-mural ou hors-œuvre, vraisemblablement une petite vis, remontant vers le rez-de-chaussée et/ou la cour. Le rez-de-chaussée, formant le niveau principal, était éclairé au sud par au moins cinq fenêtres dont subsistent quelques éléments, principalement des arrachements de piédroits ou des négatifs d’extrados d’arcs. La présence d’une dizaine de claveaux, en remploi dans les remaniements ultérieurs, trahit l’existence antérieure d’arcs en plein-cintre. Des traces de polychromie subsistent sur l’intrados de ces claveaux : un badigeon blanc a ensuite été recouvert d’une couche de pigment jaune constituant le fond d’un faux-appareil à joints simples rouges. Un cordon torique animait la façade à la hauteur des appuis des baies originelles. Deux fragments moulurés en remploi correspondent aux impostes des fenêtres : ils sont moulurés d’un petit quart-de-rond surmonté d’un cavet, d’un listel et d’une bande. À l’intérieur, ce rez-de-chaussée était divisé par deux murs de refend actuellement disparus : l’un constituait le prolongement du mur conservé à l’intérieur du cellier ; le second surplombait le grand arc diaphragme à l’ouest du cellier. Il est probable qu’une ou plusieurs cheminées se soient adossées à ces murs de refends.

3Certaines techniques constructives du bâtiment autorisent une datation du xiie s. Malgré la taille importante de l’édifice, la division en trois espaces du niveau principal ne s’accorde pas complètement avec l’hypothèse d’un bâtiment à usage communautaire. Il semble que ce dernier ait associé des fonctions domestiques et/ou économiques, comme le montrent la cave et le vaste cellier, et des fonctions résidentielles comme le suggère la tripartition du niveau principal, auxquelles s’ajoutait peut-être un statut d’apparat (nombreuses baies). Il reste difficile de préciser les limites de cette propriété au xiie s., dotée d’une cour au nord et qui comportait d’autres bâtiments comme le prouvent quelques vestiges encore visibles dans les autres élévations de la parcelle. En l’état, la fonction de ce site jouxtant la cathédrale reste donc pleinement posée : s’agit-il de l’hôtel du doyen ou d’une partie de la résidence épiscopale ?

4De nombreux remaniements du bâtiment se sont succédé jusqu’au xxe s. Sur la façade sud, plusieurs ouvertures rectangulaires chanfreinées furent aménagées au xiiie ou au xive s, à l’emplacement de certaines baies géminées et au niveau du cellier. C’est à la fin du xve s. ou au début du siècle suivant que le bâtiment est transformé par l’insertion d’un plafond au-dessus du rez-de-chaussée, ainsi que par l’aménagement d’un comble à surcroît, s’accompagnant d’une reconstruction de la charpente de comble, à fermes et à pannes. Les murs gouttereaux sont alors percés de plusieurs croisées et demi-croisées moulurées de tores à listels. Plusieurs baies sont percées aux xviie-xviiie s. sur la façade sud et c’est vraisemblablement à cette époque que le bâtiment fut allongé vers l’est avec l’édification d’un nouveau mur pignon. L’installation du séminaire d’Orléans sur ce site en 1804 n’entraîne pas de modifications importantes du bâti. En revanche, l’édifice est profondément modifié dans la première moitié du xxe s. pour l’aménagement d’une salle de théâtre. Les murs gouttereaux sont rehaussés avec la création d’un étage de fenêtres, tandis que le plafond du cellier est remplacé par des voûtes en berceau surbaissé (en brique). Dans la seconde moitié du xxe s., de nouvelles fenêtres (en ciment) sont ouvertes à l’étage. Ces travaux comprennent également la mise en place d’un plancher (IPN et ciment) pour l’étage afin d’y aménager des chambres ; le rez-de-chaussée, quant à lui, sert alors de réfectoire pour un foyer d’hébergement.

Orléans, « Petit Évêché », relevé en élévation de la façade sud en octobre-décembre 2017.

Orléans, « Petit Évêché », relevé en élévation de la façade sud en octobre-décembre 2017.

Relevé C. Alix, I. Najera-Marcos et B. Bélier, DAO A. Ladam, Pôle d'archéologie de la ville d’Orléans

Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans, « Petit Évêché », relevé en élévation de la façade sud en octobre-décembre 2017.
Crédits Relevé C. Alix, I. Najera-Marcos et B. Bélier, DAO A. Ladam, Pôle d'archéologie de la ville d’Orléans
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Orléans (Loiret). « Petit Évêché », 24-26 rue Saint-Étienne / 2 rue Robert-de-Courtenay »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 269-270.

Référence électronique

Clément Alix, « Orléans (Loiret). « Petit Évêché », 24-26 rue Saint-Étienne / 2 rue Robert-de-Courtenay » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17146

Haut de page

Auteur

Clément Alix

Pôle d'archéologie de la ville d'Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

Pôle d'archéologie de la ville d'Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search