Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainOrthez (Pyrénées-Atlantiques). Ab...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Orthez (Pyrénées-Atlantiques). Abords de l'église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 270-271

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Le service régional de l’archéologie de Nouvelle-Aquitaine a prescrit une fouille préventive à Orthez suite à la mise au jour de vestiges lors de la phase de diagnostic en 2016 par l’Inrap. L’intervention, menée d'avril à octobre 2017, avait pour objectif de mettre au jour la totalité des vestiges, de les documenter et de les archiver en amont des travaux d’aménagement des espaces urbains et de circulation aux abords de l’église Saint-Pierre, place Saint-Pierre, boulevard des Pommes et place du Mercadieu à Orthez.

2L’église Saint-Pierre est installée au-dehors du Bourg-Vieux, qui est considéré comme le noyau primitif de peuplement d’Orthez. L’édification de l’église au xiiie s. serait contemporaine de la création du Bourg-Neuf, cerné d’une enceinte qui englobait l’église. L’emprise de la zone fouillée se situe autour de l’église paroissiale Saint-Pierre, sur l’enclos ecclésial comprenant le cimetière ainsi que sur un noyau d’habitation (probable) et l’enceinte, ces deux derniers constituant le Bourg-Neuf.

3Après les guerres de Religion, qui ont dû affecter sa physionomie générale, l’église subit au xixe s. d’importants remaniements avec notamment la démolition de la tour-clocher qui faisait partie intégrante de l’enceinte médiévale. Les niveaux archéologiques antérieurs à l’époque moderne ont quasiment disparu au cours des travaux municipaux de grande ampleur des siècles derniers, qui ont considérablement affecté les sites du cimetière et du marché.

4La fouille de quelques rares secteurs préservés au contact de l’édifice religieux a permis de mettre en évidence que l'église Saint-Pierre, de style gothique, construite dans le courant du xiiie s., succède bien à une construction plus ancienne qui pourrait dater du milieu du xiie s. Plusieurs sépultures en coffrage de pierres qui sont recoupées par la fondation du chevet de l’église actuelle en attestent. L’église pouvait être englobée dans une enceinte qui lui était propre mais dont pratiquement aucun élément n’est parvenu jusqu’à nous. Le tracé d’une muraille délimitant à la fois le cimetière et le marché a été mis en évidence au nord de l’église, le long de l'ancien cours du ruisseau du Grec, lequel participait à la défense du lieu. Au Moyen Âge, des activités artisanales, notamment la tannerie et le travail du bois, se sont développées en bordure du cours d’eau qui a servi de dépotoir. D’importantes modifications du système défensif du bourg sont intervenues dans la dernière décennie du xive s. en raison du développement des activités commerciales ou d’une décision comtale : le ruisseau est détourné plus au nord et le fossé au pied du rempart est comblé. La fouille montre que la muraille primitive fut par endroits détruite, réparée et modifiée par l'adjonction de plusieurs tronçons d'enceinte, qui oblitérèrent largement la maçonnerie médiévale et dont certains furent édifiés avec des matériaux de récupération, prélevés vraisemblablement sur l'église ou aux environs immédiats. La seconde moitié du xvie s. vit une grande campagne de renforcement du système de défense de la ville en raison des guerres de Religion. Le récit, par Nicolas de Bordenave, de la prise d'Orthez en août 1569 mentionne notamment que la muraille était si peu élevée que les assaillants dressèrent de courtes échelles pour la franchir et qu’elle était si étroite qu’ils ne purent circuler au sommet. Au siècle suivant, la municipalité incita les habitants à reconstruire les bâtiments religieux mis à mal par les guerres de Religion en se servant des remparts comme carrière de pierres. Une délibération du corps de ville du 5 janvier 1658 stipule que la ville doit entreprendre des travaux « tant pour la réparation du clocher que de la muraille de la ville sur laquelle ledit clocher doit être nécessairement appuyé ». Celui-ci marquait toujours la limite septentrionale du cimetière à l’époque moderne et apparaît encore sur un plan d’alignement de 1825.

5En ce qui concerne le cimetière paroissial de Saint-Pierre, on sait qu'il fut actif à partir du Moyen Âge jusqu’à ce qu’il soit transféré au couvent des Cordeliers en 1792. Pendant les guerres de Religion, il semble que l’église Saint-Pierre échappa à la ruine, reconvertie en temple protestant jusqu’en 1620. En 1598, Henri IV promulgua l’édit de Nantes dans lequel il autorisa le culte réformé selon lequel les huguenots pouvaient exercer leur culte et créer des cimetières réservés. Cependant, à Orthez, les protestants durent attendre 1622 pour acquérir un terrain près de l’église Saint-Laurent, y édifier un temple et y créer un cimetière. En 1617, quand Louis XIII rétablit le culte catholique, les catholiques récupérèrent leurs églises, leurs cimetières et leurs biens, à charge de les partager avec les réformés. L’église Saint-Pierre et son cimetière furent restitués aux catholiques et les protestants furent alors déplacés à l’église Saint-Laurent. Par conséquent, le cimetière de l’église principale d’Orthez a dû accueillir des protestants aussi bien que des catholiques entre la fin du xvie et le début du xviie s. puisqu’il n’y avait pas de lieu consacré pour chacune des communautés. Une partie du cimetière située contre le chevet de l’église (?) pourrait correspondre au laps de temps où les protestants occupèrent l’église et son cimetière ou à l’intervalle durant lequel protestants et catholiques furent enterrés en un même lieu. Il n'est pas possible de déterminer si les personnes dont les inhumations ont été mises au jour autour de l’église étaient des catholiques ou des protestants, car rien dans l’aspect extérieur de la sépulture n’indique l’appartenance religieuse du défunt. Les pratiques funéraires du xvie s., au moment de l’introduction du protestantisme en France, sont encore mal connues.

6La majeure partie du cimetière paroissial de Saint-Pierre d’Orthez est extrêmement arasée, ce qui rend difficile voire impossible de préciser sa chronologie, ses évolutions et son organisation. Seules certaines sépultures se distinguent par une architecture funéraire remarquable en coffre de bois ou de pierres. Des coffres de bois sont exceptionnellement bien conservés pour 23 sépultures. D’autres coffrages en bois devaient vraisemblablement exister partout ailleurs mais ils ne sont perceptibles qu’à travers les clous utilisés pour maintenir les planches en place. C’est la conservation exceptionnelle des bois qui nous invite à nous pencher davantage sur le contenant plus que sur le « contenu ». Quatre essences de bois ont d’ores et déjà été identifiées dans la confection des coffres funéraires et une dendrochronologie sur un bois de coffrage est envisageable pour avoir une datation précise. Nous avons également observé que des inhumations de sujets immatures se concentraient dans un secteur privilégié, offrant un aspect particulier de la gestion du cimetière, peut-être dans une chapelle attenante à l’église. Les autres individus sont trop mal conservés pour faire l’objet d’une étude biologique complète. Lorsqu’une ou deux datations dendrochronologiques sur les coffres en bois seront connues, d’autres individus favorablement situés pourront être choisis pour des datations 14C, qui seront primordiales pour l’établissement d’une chronologie du cimetière.

7La place du marché (Mercadieu, mercadiu) partage l’espace enveloppant l’église Saint-Pierre avec le cimetière paroissial. La notion de marché apparaît tardivement dans les textes au regard de l’ancienneté de la place marchande que représentait Orthez. L’importante quantité de monnaies mises au jour, portugaises notamment, témoigne de l’attractivité d’Orthez au Moyen Âge. Malheureusement, en raison des multiples travaux de voirie et d’assainissement réalisés depuis le xviiie s. au centre du bourg, il ne reste que les traces profondément enfouies d’une activité marchande, notamment les échoppes accolées au chevet de l’église. Les archives municipales de 1594 conservent la trace d’un projet de halle pour canaliser les échanges. Le bâtiment fut construit l’année suivante, puis agrandi en 1612 mais aucun vestige archéologique s’y rapportant n’a été mis au jour.

8La maîtrise de l’assainissement est un problème récurrent dans la documentation municipale. C’est en 1759 qu’est évoqué le « problème » que constitue la cohabitation du marché et du cimetière. L’assainissement du Mercadieu se fit par un dérasement puis apport de remblais comme en témoigne un plan de 1780 qui montre le réaménagement de la traversée d’Orthez par la canalisation du Grec. Celle-ci a été mise en évidence lors du diagnostic au débouché de la rue Aristide-Briand. Le cimetière fut transféré en 1792 et la possibilité d’abattre le mur d’enceinte s’appuyant sur le porche de l’église fut alors évoquée, mais on ignore quand cela fut effectué. Une autre halle (halle aux Grains ou Vieille Halle), projetée en 1813 du côté nord de l’église Saint-Pierre, avec son tracé rectangulaire reconnaissable, a été mise évidence par la fouille, ainsi qu’un ossuaire construit en même temps pour ré-inhumer les corps exhumés lors des travaux. Cette halle fut détruite en 1952.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Orthez (Pyrénées-Atlantiques). Abords de l'église Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 270-271.

Référence électronique

Nadine Béague, « Orthez (Pyrénées-Atlantiques). Abords de l'église Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17150

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search