Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainSaint-Sylvestre (Haute-Vienne). A...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont

Grabungsleiter: Philippe Racinet
p. 275-276

Anmerkungen der Redaktion

Organisme porteur de la fouille : université de Picardie Jules Verne

Volltext

1Cette année, les purges réalisées dans le secteur déjà fouillé de la nef ont permis de savoir que le sarcophage situé dans l’axe central était installé dans une fosse à sépulture antérieure, comme le mur gouttereau sud. Plus à l’ouest, la fouille 2017 a révélé qu’une grande portion de ce mur est établie sans aucune fondation, sur plus de 12 m de long, alors que le substrat granitique comporte un large filon d’arène. Dans cette zone, une double avancée (depuis le cloître et depuis la nef) du sol dallé permet d’envisager l’existence d’un dispositif de communication. La présence de dalles funéraires au milieu de la galerie de cloître ainsi qu’une possible sépulture sous l’hypothétique seuil du côté de la nef viennent renforcer cette hypothèse. En 2016, nous avions supposé une porte dans l’angle NE du cloître qui, par son emplacement au contact de la nef et du chœur, semblait davantage correspondre au schéma habituel de l’organisation spatiale monastique. Les deux portes ne sont donc certainement pas contemporaines.

2Un ensemble maçonné est accolé au pied de la paroi externe du mur gouttereau. Les dalles de la galerie nord du cloître viennent s’agencer sur cet alignement, qui pourrait correspondre à une banquette. Il s’interrompt à 2,50 m de l’ouverture occidentale supposée. Dans l’emplacement vide ainsi créé et sous un remblai induré, une poterie, remplie de charbons de bois, était déposée dans une petite fosse circulaire creusée à même l’arène granitique.

3La galerie nord du cloître comporte deux alignements latéraux continus de sépultures. Du côté du mur-bahut, elles sont implantées au-dessus de la partie nord d’une fosse large de 2,70 m. La forme de cette dernière est parfaitement quadrangulaire et ses parois bien verticales, ce qui exclut une fosse d’extraction. Dans son angle NE, ce possible fond de cabane comporte une poutre enchâssée dans du mortier et, au milieu de sa paroi nord, l’empreinte d’un hypothétique poteau. Du côté de la cour de cloître, le mur-bahut est soutenu par trois contreforts (dans la section fouillée), distants de 2,40 m. Larges de 1,50 m et saillants de 1,10 m, ces derniers sont harpés et, donc, conçus dès l’origine. Aucun réemploi n’y a été repéré.

4Le sol de la galerie orientale a été entièrement détruit par l’implantation du mur de galerie du xviiie s. mais son mur-bahut a été conservé. D’une largeur de 1,30 m, il est bien fondé et comporte quelques réemplois qui peuvent être liés à des réfections ponctuelles. Dans la section fouillée, un seul contrefort vient l’épauler du côté de la cour.

5Le dallage de la cour du cloître, qui présente au moins deux séquences d’aménagement, est équipé d’un encadrement bien appareillé (bordure d’un parterre végétal), probablement rectangulaire, rempli de terre organique noire. Du côté est, cette terre noire recouvre une partie de fosse s’étendant vers le nord, sous le dallage, et comblée avec un remblai de destruction. Il pourrait s’agir d’une fosse d’extraction du tuf. Du côté ouest, la terre noire (avec mobilier d’époque moderne) scelle un autre niveau de terre noire, de même nature et difficilement distinguable avec du mobilier médiéval et deux monnaies de même période, qui comble deux fosses se recoupant et passant également sous le dallage.

6La cour est perturbée par plusieurs constructions maçonnées. Certaines fonctionnent avec le cloître médiéval. Un mur O-E, large de 2,05 m, vient s’accoler au mur-bahut est. Il recoupe proprement le dallage du côté nord et peut fonctionner avec l’encadrement du parterre végétal. Un second mur, large de 2,80 m, s’accole au sud du précédent. À ce jour, nous ne connaissons pas la fonction de ces deux structures construites, qui doivent correspondre à des aménagements tardifs.

7Il ne subsiste que des lambeaux de la paroi ouest du bâtiment oriental du monastère médiéval. Au nord, un chaînage marque l’entrée de la chapelle latérale au chevet, dont la largeur intra-muros est de 3,40 m. Le vestige de son mur sud, large de 1,55 m, peut être prolongé jusqu’à la paroi orientale encore en place. Cette dernière, qui comporte au moins deux réemplois, est recoupée par le mur de chevet. Le bâtiment oriental, qui s’appuyait certainement sur cette chapelle, était moins long qu’elle car il n’y a pas de trace d’accrochage dans l’angle SE de la chapelle.

8La salle du chapitre, qui devait se développer au sud de la chapelle, semble s’ouvrir sur la galerie orientale du cloître par une double arcade reposant, au centre, sur un massif de maçonnerie. Quelques vestiges du sol dallé voisinent avec une canalisation d’évacuation. L’ensemble repose directement sur le substrat, taillé pour être aplani.

9Au sud encore, dans une zone en cours de fouille, on constate successivement le rocher taillé avec, par endroits, un dépôt de roches extraites pour niveler et exhausser ; une canalisation d’évacuation couverte creusée à travers le rocher en place ; une couche de terre noire comportant de nombreux fragments de terre cuite architecturale ; quelques dalles de granit reposant sur la couche noire qui correspondent au sol du bâtiment antérieur au xviiie s. ; au-dessus, les remblais communs de démolition du site. Il n’y a donc aucune trace du niveau de circulation de la galerie du xviiie s.

10Pour cette période qui voit la reconstruction complète du monastère, de nouvelles données ont été apportées quant à l’organisation spatiale des nouveaux édifices et à la chronologie. Le mur ouest du grand bâtiment du xviiie s.se poursuit vers le sud mais il est arasé beaucoup plus haut que dans sa partie nord, ce qui laisse espérer la présence de vestiges antérieurs dans l’emprise même du bâtiment du xviiie s. Le retour en angle droit, vers l’ouest, du mur de galerie du xviiie s. a également été retrouvé dans ce secteur sud de la fouille. Un chaînage relie ce mur avec l’angle du bâtiment en retour correspondant. Dans l’angle de la galerie, les traces d’un large escalier ont aussi été mises au jour ; il devait permettre d’accéder à l’étage de l’aile orientale du bâtiment du xviiie s. Dans la galerie orientale, cinq sépultures sont orientées N-S et alignées dans le sens du couloir. Ces inhumations, de même que l’existence d’un retour vers l’ouest de la galerie, semblent indiquer une volonté de maintenir l’idée d’un cloître. Tous ces éléments ainsi que le plan complexe de la nouvelle église révélé par la prospection géophysique montrent une reconstruction élaborée. La présence d’une dalle funéraire datée de 1733, dans la galerie nord du cloître, signifie qu’il y a eu un temps de réflexion assez long entre l’expertise de Naurissart (1732) et la décision de tout reconstruire. Par ailleurs, la découverte d’une large portion de dallage avec les dalles funéraires en place dans cette galerie pose la question de la persistance de structures antérieures après la construction du nouveau monastère. Des parties d’église et de galerie de cloître ont-elles été laissées en place, en attente de démontage ? Il est fort probable que l’environnement extérieur du grand bâtiment du xviiie s. était en chantier, avec des déblais liés au démontage encore en cours des constructions médiévales.

11On doit ainsi considérer que tous les édifices médiévaux n’ont pas été entièrement démolis lors de la construction du nouveau monastère au xviiie s. Il est donc fort probable que l’utilisation du site comme carrière par l’entrepreneur de Limoges, au début du xixe s., n’a pas seulement concerné les récents bâtiments monastiques mais également les ruines médiévales qu’on n’avait pas eu le temps de démonter entièrement lors de la campagne de reconstruction.

12Les murs liés aux aménagements tardifs de la cour du cloître médiéval sont recoupés par un puissant massif de maçonnerie, de direction N-S et comportant beaucoup de réemplois médiévaux. La construction, solide mais sommaire, est composée de deux structures parallèles et accolées, construites successivement. Elle recoupe aussi le comblement moderne de la cour de cloître. Il pourrait donc s’agir d’un quai de chargement pour les pierres démontées de l’abbaye du xviiie s.

13Comme tous les ans, de nombreuses activités parallèles à la fouille ont contribué à une meilleure connaissance du site et de son environnement : relevé de la terrasse nord, mise en place d’un SIG sur l’emprise du domaine vivrier, prospection par géo-radar des zones nord et SO etc. Enfin, un accent particulier est actuellement mis sur le traitement des données historiques pour mieux comprendre l’évolution de cet ordre religieux tout à fait atypique.

Saint-Sylvestre, plan interprétatif et phasé 2017.

Saint-Sylvestre, plan interprétatif et phasé 2017.

J. Colaye, A. Couratier et P. Racinet

Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Titel Saint-Sylvestre, plan interprétatif et phasé 2017.
Abbildungsnachweis J. Colaye, A. Couratier et P. Racinet
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17194/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 978k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Philippe Racinet, „Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont“Archéologie médiévale, 48 | 2018, 275-276.

Online-Version

Philippe Racinet, „Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont“ [archäologische Miszelle], Archéologie médiévale [Online], 48 | 2018, Online erschienen am: 01 März 2019, abgerufen am 22 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/17194; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.17194

Seitenanfang

Autor

Philippe Racinet

université de Picardie Jules Verne

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Philippe Racinet

université de Picardie Jules Verne

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search