Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Seclin (Nord). Collégiale Saint-Piat

Responsable d’opération : Guillaume Lassaunière
p. 277-278

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : centre archéologique de Seclin

Texte intégral

1Dans le cadre des travaux de restauration de la collégiale Saint-Piat, bâtiment classé au titre des monuments historiques en 1920, une campagne de sondages programmés a été menée au droit de la deuxième pile du collatéral sud du chœur, en préalable à des travaux de renforcement. Un diagnostic archéologique réalisé en 2007 au niveau de cette même pile avait mis en exergue, sous le dallage de la collégiale, un ancien escalier qui assurait l’accès à la crypte depuis la nef. En vue d’une valorisation de ces vestiges, le sondage a été élargi afin de compléter les données. À cette occasion, l’arase des murs de soutènement de la cage d’escalier médiévale ainsi que le mur de bouchage construit sur la sixième marche ont été dégagés. Des observations ont également été menées à l’intérieur de la crypte, dans un ancien couloir d’accès au caveau depuis le collatéral nord, muré au xixe s. et en partie fouillé au cours des années 1960. Le piquetage du badigeon appliqué sur les murs de soutènement a été réalisé pour le relevé des maçonneries. Au final, trois phases de construction sur une période s’échelonnant de la toute fin du xe s. à la période postrévolutionnaire ont été identifiées.

2Sous l’épais enduit uniforme, une maçonnerie en moyen appareil mêlant moellons en grès et en pierres bleues agrégés avec un solide mortier de tuileau est conservée sur près d’1,50 m de haut. Ce mur fait écho aux découvertes réalisées dans le second sondage où l’angle du chevet roman, dont le chaînage est constitué d’un moyen appareil de pierres de taille en grès joints avec le même type de mortier, a pu être observé. Son retour vers le sud est lié à un mur en craie postérieur. Cette reprise du mur roman au niveau du chaînage d’angle semble écarter l’hypothèse d’un chevet plat et privilégier la présence d’une abside, malheureusement non vérifiable à l’heure actuelle.

3Au xiiie s., l’agrandissement de l’église a nécessité un remaniement complet de l’ensemble architectural originel, chœur/crypte. Au cours de ces travaux, les murs romans furent repris et en partie englobés dans le nouveau système d’accès au caveau. Au sud, la descente d’escalier constituée de marches en pierre bleue et de contremarches en craie fut construite directement contre le parement extérieur du chœur de la première église, tandis qu’au droit de la dernière marche, le mur a été arraché afin de créer un passage voûté vers l’intérieur de la crypte. Un chaînage régulier en pierres de taille calcaire fait la transition avec un second mur orienté en direction de la crypte et qui remploie en partie les matériaux du mur démonté. Au nord, la construction en symétrie d’un second escalier et d’un couloir voûté engendra des travaux similaires qui nécessitèrent la suppression de l’abside romane au niveau du chaînage d’angle du chevet de la première église. En outre, les traces de pieux maintenant le coffrage de la voûte furent préservées sur le sol de circulation du couloir. Les travaux mis en œuvre au cours de cette phase ont employé uniquement une pierre blanche locale et, afin d’unifier l’aspect global de ces accès, un badigeon blanc (noir sur leurs parties basses) fut appliqué sur les parements des murs de soutènement. Ces escaliers furent utilisés jusqu’au xviiie s.

4Ce siècle marque une phase importante de restauration du chœur qui s’étala sur près de cinquante ans. Entre autres travaux, le jubé d’époque médiévale est mis à bas. Les deux escaliers médiévaux furent condamnés et obstrués par des murs, la voûte en calcaire du couloir sud fut détruite en partie et l’accès à la crypte bouché. Cet espace clos fut par la suite comblé par des matériaux de démolition. Afin de prévenir un éventuel tassement des remblais avant la remise en place du dallage du déambulatoire sud, la construction d’une voûte de décharge en briques plaquée entre les deux murs de soutènement s’avéra nécessaire. Parmi les éléments enfouis, on note la présence d’un bas-relief de la toute fin du xiiie ou du début du xive s. représentant une allégorie de saint Mathieu, vraisemblablement un décor d’écoinçon de l’ancien jubé.

5Une série de graffitis appliqués à la mine de plomb sur la voûte du couloir nord témoigne enfin de la présence de prisonniers civils en 1917. À la recherche du légendaire trésor du chapitre, l’armée allemande qui occupait une partie du Mélantois aurait réquisitionné les détenus afin de le trouver, recherches vite abandonnées.

6Cette campagne de sondages programmés s’est révélée particulièrement fructueuse et a livré des données inédites sur l’édifice roman. En effet, si le plan de la nef gothique reprend peu ou prou celui de la première église, il est désormais possible de restituer à cette dernière un chœur à chevet en abside qui surmonte une première salle hypogée au centre de laquelle est disposé le tombeau de saint Piat.

Seclin, phases d'aménagement de la crypte de la collégiale Saint-Piat entre le xe et le xviiie s.

Seclin, phases d'aménagement de la crypte de la collégiale Saint-Piat entre le xe et le xviiie s.

DAO J. Tellier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Seclin, phases d'aménagement de la crypte de la collégiale Saint-Piat entre le xe et le xviiie s.
Crédits DAO J. Tellier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Collégiale Saint-Piat »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 277-278.

Référence électronique

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Collégiale Saint-Piat » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17202

Haut de page

Auteur

Guillaume Lassaunière

centre archéologique de Seclin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Lassaunière

centre archéologique de Seclin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals