Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
Notice rédigée avec Elise Henrion et Erwan Dantec
p. 279

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : département des Alpes-de-Haute-Provence

Texte intégral

1L’opération archéologique conduite aux mois de septembre-octobre 2017 dans la cathédrale de Senez s’inscrit dans la poursuite des recherches engagées en 2016 dans la partie SE de l’édifice. La campagne 2017 a permis d’achever la fouille de la sacristie, de compléter l’analyse des élévations attenantes à cette dernière et de réaliser une prospection géophysique à l’intérieur ainsi qu’aux abords de l’édifice (les données étaient en cours d’interprétation lors de la rédaction de la notice). Les résultats de la campagne confirment les hypothèses de travail précédemment émises et apportent de nouveaux éléments sur la chronologie de la construction de la cathédrale, ainsi que sur le contexte topographique dans lequel elle s’implante.

2La fouille de la sacristie a mis au jour le mur d’un bâtiment antique (Haut-Empire ?), orienté selon un axe NO-SE à peu près parallèle à celui de la cathédrale, observé sur une longueur de près de 2 m et se prolongeant vers le cimetière du côté sud et vers la nef de la cathédrale du côté nord. Les niveaux de fondation et d’occupation associés à cette maçonnerie n’ont pas pu être dégagés en raison de l’exiguïté de la zone de travail. Après son abandon, ce bâtiment fut arasé et scellé par des dépôts sédimentaires chargés en mobilier tardo-antique (céramique, monnaies). Un second bâtiment fut ensuite construit, qui recoupe ces niveaux d’abandon. Seul un de ses murs a été identifié, conservé sur plus de 7 m de long sur toute la longueur de la pièce, selon un axe NE-SO perpendiculaire à celui du mur antique. Son emprise maximale n’a pas pu être établie, mais il se prolonge de chaque côté, ainsi que vers le nord. La fonction exacte de ce bâtiment n’est pas assurée, mais sa vocation funéraire ne fait aucun doute, puisqu’au moins 6 sépultures sont accolées au sud du mur. Dans l’attente de datations absolues, la typologie des tombes – des coffrages rectangulaires ou triangulaires de tegulae – renvoie explicitement à l’Antiquité tardive ou au très haut Moyen Âge. Il pourrait donc s’agir d’un bâtiment funéraire tardo-antique (mausolée ?), voire d’un premier lieu de culte (les deux hypothèses ne s’excluant pas si l’on se rapporte à l’exemple voisin de Notre-Dame-du-Bourg de Digne). Dans une séquence chronologique sans doute assez proche, cet édifice funéraire fut au moins en partie arasé lors de l’édification d’une église antérieure à la reconstruction complète de la cathédrale à la fin du xiie s. Il s’agit d’un édifice de plan rectangulaire, large de 13 m pour 23 m de long hors-œuvre. Son angle SE a été clairement reconnu dans un sondage ouvert dans le corridor d’accès à l’escalier en vis, situé immédiatement à l’ouest de la sacristie. Son mur sud – qui avait déjà été identifié lors du diagnostic de 2012 – est conservé sur environ 3 m d’élévation et un peu moins d’1 m de longueur dans sa partie orientale. Celle-ci fut réutilisée pour appuyer l’installation de la voûte couvrant le corridor d’accès à l’escalier en vis lors de la construction de la cathédrale tardo-romane. La prospection géophysique a par ailleurs permis de détecter, dans la nef de cette dernière, à l’emplacement du chœur canonial, la présence d’une vaste construction hémicirculaire qui pourrait s’apparenter à une abside formant le prolongement de l’église primitive vers l’est. C’est contre cette église que fut édifié, entre la seconde moitié du xie et la première moitié du xiie s., un clocher roman reconnu en 2016, très semblable à celui de la cathédrale Notre-Dame-du-Bourg de Digne et dont le mur nord est conservé sur une dizaine de mètres de hauteur, fossilisé entre les restaurations et reconstructions successives de la partie SE de l’édifice.

3La fouille de la sacristie a par ailleurs mis au jour 25 sépultures correspondant à deux phases d’occupation distinctes. La plus ancienne, que nous avons déjà évoquée, concerne les inhumations datées de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. La plus récente regroupe les tombes installées après la construction de la cathédrale tardo-romane, à partir du xiiie et jusqu’à la fin du xviiie s. Ces 25 sépultures ont livré, toutes périodes confondues, 27 inhumations primaires et 21 dépôts secondaires regroupant pour ces derniers, selon un premier cumul rapide par structure, les restes de 51 individus minimum.

Senez, cathédrale Notre-Dame de l'Assomption, vue d’ensemble de la sacristie à l’issue de la campagne 2017.

Senez, cathédrale Notre-Dame de l'Assomption, vue d’ensemble de la sacristie à l’issue de la campagne 2017.

Cl. M. Dupuis, SDA 04

Haut de page

Table des illustrations

Titre Senez, cathédrale Notre-Dame de l'Assomption, vue d’ensemble de la sacristie à l’issue de la campagne 2017.
Crédits Cl. M. Dupuis, SDA 04
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 997k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Henrion et Erwan Dantec, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 279.

Référence électronique

Mathias Dupuis, Elise Henrion et Erwan Dantec, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17206

Haut de page

Auteurs

Elise Henrion

Articles du même auteur

Erwan Dantec

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

service départemental d'archéologie des Alpes-de-Haute-Provence 

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals