Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 2. – Prospections

Neufchâtel-en-Saosnois (Sarthe). Couvent des châtelliers

Responsable d’opération : Arthur Laenger
p. 282-283

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Centre allonnais de prospection et de recherches archéologiques

Texte intégral

1Le site, situé dans la forêt de Perseigne, est partiellement connu dans la mémoire collective comme étant un ermitage en relation avec l'abbaye cistercienne, située deux kilomètres au sud en dehors de la forêt. L'étude documentaire a mis en évidence qu'il ne s'agit pas d'un ermitage, mais d'un couvent appartenant à l'ordre des Minimes. D'après les archives, le site est fondé en 1492 puis abandonné au début de la seconde moitié du xvie s. La prospection thématique a révélé un site présentant des vestiges de mur de moellons de grès locaux liés au mortier de chaux, sur une élévation de trente centimètres maximum. Cette structure semble disposer d'un étage souterrain, mis en évidence par un sondage clandestin présent dans l'angle sud de la structure. Quelques éléments architecturaux en calcaire jonchent le site et des fragments d'enduits ont pu être observés dans le chablis d'arbres renversés. Un relevé micro-topographique a été effectué afin de dresser un plan précis du site et d'en percevoir l'étendue complète. Deux plates-formes concentriques, dont la plus extérieure est délimitée par un fossé mal conservé, détonant avec la morphologie de la colline, ont été mises en évidence. L'opération a été complétée par une prospection géochimique par prélèvements de sédiment dont la composition élémentaire a été analysée en laboratoire. Le potentiel hydrogène des échantillons a également été mesuré. La cartographie des éléments chimiques présents dans les sédiments a fait ressortir la présence d'un second bâtiment, à quatre mètres au nord de la structure présentant de modestes élévations. Les analyses ont également montré que le sol des plates-formes est nettement moins acide que le sol de la forêt, cette différence pouvant peut-être s'expliquer par la rémanence d'un amendement. Les tessons de céramique ramassés en surface appartiennent aux faciès régionaux cohérents avec la datation fournie par l'étude documentaire.

Neufchâtel-en-Saosnois, couvent des châtelliers, plan de la structure 04 présentant des élévations.

Neufchâtel-en-Saosnois, couvent des châtelliers, plan de la structure 04 présentant des élévations.

DAO A. Laenger

Haut de page

Table des illustrations

Titre Neufchâtel-en-Saosnois, couvent des châtelliers, plan de la structure 04 présentant des élévations.
Crédits DAO A. Laenger
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arthur Laenger, « Neufchâtel-en-Saosnois (Sarthe). Couvent des châtelliers »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 282-283.

Référence électronique

Arthur Laenger, « Neufchâtel-en-Saosnois (Sarthe). Couvent des châtelliers » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17258

Haut de page

Auteur

Arthur Laenger

CReAAH UMR 6566

Haut de page

Responsable d’opération

Arthur Laenger

CReAAH UMR 6566

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals