Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 3. – Projets collectifs de re...Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Ma...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 3. – Projets collectifs de recherche

Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse

Responsable d’opération : Nelly Pousthomis-Dalle
p. 283-285

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : CAML

Texte intégral

1En complément du 2e programme triennal du PCR sur « Lagrasse, l’abbaye, le bourg, le terroir » (2013-2015), l’abbaye a fait l’objet d’une courte opération programmée au chevet de l’église. En effet, le suivi de tranchées pour réfection de réseaux électriques en février 2016 avait révélé, contre le bras nord du transept de l’abbatiale, une structure maçonnée imposante (STR 10601), de type radier, dont l’extension et la fonction restaient imprécises et dont la datation du viie s. à partir du mortier posait question. Cette plateforme avait été vue en 1958-1960, par A.-J. Donzet, architecte en chef des monuments historiques, qui en avait donné un croquis approximatif sans aucune précision sur la profondeur de l’investigation. De plus, les résultats d’une prospection radar réalisée en février 2016 en différents points du site, notamment dans cette zone et dans la partie sud du monastère, incitaient à y refaire une investigation avec une méthode mieux adaptée. La nouvelle campagne de prospection radar s’est déroulée en avril 2017, dirigée par Ted L. Gragson (département d’anthropologie, université de Georgie, USA). Elle a révélé l’emprise, en surface et en profondeur, du radier depuis le milieu du bras nord du transept jusqu’à l’angle SE du sanctuaire au moins. L’ouverture de sondages dans cette zone a mis au jour le radier, de grande ampleur et solidement maçonné. Si l’on en juge par les petites portions de parement conservées au nord, il pouvait être bâti en gradins, mais il n’en subsiste plus que le hérisson qui apparaît plein comme le prouve une tranchée d’écoulement E-O ouverte dans les années 1950. Hormis une zone le long du bras nord du transept (secteur 2) et dans une moindre mesure contre le sanctuaire (secteur 1), tout le reste de la stratigraphie résulte d’un brassage, parfois répété, des sédiments, se résumant pour l’essentiel à des remblais successifs destinés à combler des tranchées des années 1950 et de 2016. Le rare mobilier rencontré date de la période contemporaine. Dans le secteur 2, le radier passe sous le mur oriental du bras nord du transept et sert d’appui à un sédiment dans lequel ont été pratiquées des inhumations, dont deux sont comprises dans un large xive s. (datation 14C), l’une d’elles ayant été coupée par la fondation du mur oriental du transept. Le radier semble lié, dans le secteur 1, à un mur conservé sur trois assises, de facture très soignée et amorçant un tracé polygonal (MUR 10604). Cette construction est antérieure à l’édification du sanctuaire encore en élévation mais mal daté.

2Par recoupements et comparaisons, il paraît possible d’avancer une hypothèse d’interprétation de cet imposant radier. Sans pouvoir être catégorique, un certain nombre d’arguments concourent à situer cette construction (radier STR 10601 et MUR 10604) avant le xive s., probablement au xiiie s. Si l’on en juge par le tracé sensiblement courbe du radier et les données de la prospection radar, il faut supposer une plateforme qui se prolonge à l’est du sanctuaire voire au-delà, peut-être jusqu’aux vestiges d’une construction adossée à l’absidiole médiane du bras sud (xie s.). Une construction d’une telle importance (massif plein, maçonné sur près de 3 m de profondeur et solidement bâti de gros blocs avec un mortier très résistant) devait répondre à un projet de grande ampleur. Bien que l’église ait été construite sur la partie la plus élevée du site, sur une terrasse au-dessus de l’Orbieu, elle n’était pas à l’abri des grandes crues. Les travaux de remblaiement à la fin du Moyen Âge, avant l’édification de la tour-clocher par Philippe de Lévis au début du xvie s. en sont une preuve. Il est donc possible que ce massif ait été destiné à préserver l’abbatiale des inondations et des effets de sape de la rivière, mais ce n’est sans doute pas l’unique raison. Ce radier fait figure de podium, de plateforme artificielle destinée à supporter une ample construction que l’on projetait d’édifier au-delà du chevet roman. Divers indices suggèrent un projet de chevet dont le plan nous échappe et qui aurait été entrepris entre le xie et le xive s., plus probablement au début ou dans le courant du xiiie s. Il est tentant de rapprocher cette construction d’une charte datée de 1212-1220 par laquelle l'abbé Guilhem, ayant décidé la reconstruction de l'église carolingienne (« édifiée par Charlemagne »), décrite comme presque ruinée, fait don à cette œuvre d'une mule, de sa nourriture et des vivres pour deux maîtres d'œuvre (duobus magistris ad opus ecclesie construende), rend les biens jadis assignés à cet effet, concède des dîmes récemment acquises par le monastère, demande aux officiers d’indiquer le montant de leur contribution et fait appel aux dons des fidèles promettant messes et prières à leur intention. Aucune construction n’ayant pu être jusqu’ici rapprochée de ce texte, il avait été considéré comme l’expression d’une intention non aboutie. Les données précises de la charte (deux maîtres d’œuvre, revenus consacrés à l’entreprise, quête auprès des fidèles) incitent aujourd’hui à y voir plus qu’un projet, peut-être le début d’une reconstruction sans doute trop ambitieuse et restée inachevée. Cette entreprise évoque celles des cathédrales d’Elne ou d’Alet au xive s., autre période faste à Lagrasse, notamment sous l’abbatiat d’Auger de Gogenx (1279-1309), et que l’on ne peut totalement écarter dans les propositions de datation.

3En complément des investigations menées depuis quatre ans dans l’enclos monastique, une étude de l’enceinte proprement dite a été menée afin de déterminer ses séquences de construction.

4Une nouvelle investigation du sous-sol au radar (Ground Penetrating Radar) a été réalisée par Ted L. Gragson dans une petite cour à l’angle de la nef et du bras sud du transept dans le jardin de la Médiation. Elle a permis de corriger et de compléter les résultats obtenus en 2016. Vers le sommet des matériaux fluviatiles apparaissent de probables murs, caractérisés par plusieurs angles droits, des lignes parallèles et des gravats. Trois carottes ont été prélevées à la tarière avec des refus entre 60 cm et à 90 cm. La stratigraphie de chaque carotte a été observée et huit échantillons de charbon de bois ont été prélevés pour la datation à l'UGA-CAIS (tous les 10 cm entre -10/-20 et -80/-90 cm, datations université de Georgie, USA). Les datations se situent entre 1160 et 1426 après J.-C., avec une tendance de l'âge croissant avec la profondeur, mais avec des inversions et des chevauchements qui trahissent une série non uniforme de dépôts. Toutefois, les résultats modélisés donnent une fourchette entre 1066 et 1225 (95,4 %) et 1327-1507 (95,4 %) et suggèrent que la construction initiale a été établie sur les dépôts fluviaux à environ 120 cm avant 1200, et a ensuite subi une série d'événements d’arasement /comblement après 1200. Ces résultats semblent confirmer l’hypothèse d’un monastère plutôt organisé au sud de l’église jusqu’au xiie s. voire jusqu’aux grandes transformations opérées par l’abbé Auger de Gogenx à partir de la fin du xiiie s.

5Enfin, la prospection radar a également porté sur l’ancienne église paroissiale détruite mais dont le mur ouest et le tracé de l’abside sont encore visibles dans le cimetière. Cette investigation, limitée aux allées entre les tombes, a permis de repérer l’emplacement des murs latéraux de la nef, faisant apparaître une dissymétrie peut-être liée à la présence de chapelles au nord et l’existence d'une surface préparée (probable sol intérieur) entre les deux murs.

6S’il n’est pas envisagé de poursuivre le programme collectif de recherche en tant que tel, il est impératif qu’un suivi de travaux soit assuré et il serait également très souhaitable que l’équipe qui œuvre depuis 10 ans sur le site y soit associée. Un programme de publications complémentaires à l’ouvrage collectif publié en 2013 a commencé en 2018 et doit se poursuivre en 2019.

Lagrasse, Abbaye Sainte-Marie, vue d’ensemble de la zone fouillée contre le chevet du bras nord du transept.

Lagrasse, Abbaye Sainte-Marie, vue d’ensemble de la zone fouillée contre le chevet du bras nord du transept.

Cl. Y. Mattalia ; DAO N. Pousthomis-Dalle

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lagrasse, Abbaye Sainte-Marie, vue d’ensemble de la zone fouillée contre le chevet du bras nord du transept.
Crédits Cl. Y. Mattalia ; DAO N. Pousthomis-Dalle
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 283-285.

Référence électronique

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17274

Haut de page

Auteur

Nelly Pousthomis-Dalle

université de Toulouse Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nelly Pousthomis-Dalle

université de Toulouse Jean Jaurès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search