Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 3. – Projets collectifs de recherche

Saint-Gilles-du-Gard (Gard). AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France

Responsable d’opération : Andreas Hartmann-Virnich
p. 285-287

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017, 2018
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Aix-Marseille Université

Texte intégral

1Soutenus matériellement et institutionnellement par la Drac Occitanie et la ville de Saint-Gilles-du-Gard, les travaux du PCR « AEGIMAIOR » donnent lieu à un suivi régulier du chantier de restauration de l’ensemble du site abbatial. En 2017, année complémentaire, les travaux ont accompagné le ravalement des élévations extérieures du massif enchâssant l’escalier en vis hélicoïdal du chevet, la vis de Saint-Gilles, ainsi que les débuts de la réfection du sol des parties orientales de l’ancienne abbatiale. Le relevé stratigraphique pierre-à-pierre de l’ensemble des vestiges ainsi que des signes lapidaires, a été achevé. Le nettoyage de la façade occidentale a permis de cartographier et de documenter les nombreuses anomalies et irrégularités constructives, ainsi que les occurrences avérées d’un emploi omniprésent d’armatures de fer gainées de plomb, qui ont également été mises en évidence à l’escalier en vis du chevet et à la façade septentrionale du transept. À la fin de l’année 2017 et au début de l’année 2018, une fouille préventive dans le collatéral sud du chœur et dans le bras méridional du transept, précédés en 2016 par un diagnostic de l’Inrap dans la partie centrale du transept et du chevet, a eu pour objet de documenter la forme et les particularités constructives des fondations de l’édifice roman. Enfin, une étude archéologique des élévations a été conduite sur un ensemble de maisons postmédiévales bâties au-dessus du rez-de-chaussée roman de l’aile occidentale des bâtiments claustraux, dans la perspective de la future création d’un bâtiment d’accueil pour les visiteurs du site.

Chœur et transept

2Les résultats de l’étude des élévations du chœur ayant déjà été résumés dans le compte rendu précédent, l’exposé suivant se concentrera sur les fondations, dont le relevé pierre-à-pierre a permis de préciser les techniques de construction des bâtisseurs de la fin du xiie s. Outre le lit d’attente des fondations des chapelles, situé immédiatement sous le niveau de circulation récent et dégagé au cours des travaux de consolidation et de mise en valeur à l’est, au SE et au sud du rond-point, les sondages archéologiques dans le bras sud du transept et dans le collatéral sud du chœur ont mis au jour les dernières assises des mêmes substructions sur une profondeur allant jusqu’à 1,35 m. À ces données s’ajoutent les informations fournies par les photographies et relevés schématiques réalisés dans les années 1970 lors des fouilles dans la moitié nord du transept, dans le collatéral septentrional du chœur et à l’emplacement de la croisée, où ces dégagements, conduits malheureusement sans méthode stratigraphique, ont atteint une profondeur en contrebas du sol de la crypte.

3De manière générale, les fondations, saillantes, furent posées en tranchée étroite avec un retrait d’assise en assise d’un à deux, voire plusieurs centimètres, accompagné de changements d’axe plus ou moins prononcés : une construction scalaire qui correspond à une technique largement répandue à l’époque. Les blocs en dessous de la semelle de fondation sont taillés plus sommairement que ceux de l’élévation et s’en distinguent par leurs proportions et une hauteur d’assise généralement plus réduite. Dans les collatéraux du chœur, il s’agit d’un appareil de pierres de taille simplement ébauchées et ajustées, bâti en tranchée étroite d’après la stratigraphie sédimentaire et la forme des débordements du mortier. Or, le traitement de ces maçonneries diffère d’un élément architectural à l’autre : ainsi, les fondations du pilier SE de la croisée (fig. 1) sont construites avec une forte proportion de pierres à « bossage économique », dont la face n’est ramenée au plan du parement que sur une bande périphérique d’environ 4 à 7 centimètres, en laissant la partie centrale légèrement saillante dans un état brut après un dégagement préparatoire à la broche ou au pic. Le mur-bahut de l’hémicycle absidal est fondé sur un tout autre type de maçonnerie : composée de moellons de dimensions plus modestes montés avec de gros joints, cette dernière trace une trajectoire hésitante en désaccord avec le parfait demi-cercle du mur en élévation, en accusant plusieurs ruptures de courbe sur son parcours. Cette fondation, dont le lit d’attente se situe à 35 cm au-dessus de celle du pilier d’angle du mur-bahut, fut posée après-coup contre ce dernier et contre la première assise en pierre de taille du socle du pilier déjà en place. Ce sens de la mise en œuvre des fondations d’ouest en est s’observe au nord comme au sud sur l’ensemble des fondations du déambulatoire et des chapelles rayonnantes, en progressant dans le même sens à partir des fondations des deux murs gouttereaux. Une césure névralgique se distingue au nord comme au sud jusqu’à hauteur de la base moulurée périphérique du chœur entre la partie droite et courbe du chevet, à la rencontre de la pile d’angle de l’ouverture sur la première chapelle et du mur gouttereau. Or, les fondations du chevet contrastent avec celles du mur gouttereau sud de la nef dégagées au cours des fouilles de 2014-2015. À l’inverse de celles du chœur, ses assises, formées de pierres en réemploi souvent cassées ou retaillées et maçonnées à gros joints avec un mortier friable, ne sont pas saillantes et reculent, au contraire, d’assise en assise en progression vers la base qui fut implantée sans avoir atteint le substrat ou un niveau solide, compromettant ainsi la stabilité de l’édifice. Ce procédé allant à l’encontre du savoir théorique et pratique de l’époque s’observe toutefois aussi occasionnellement au chevet.

4À la différence de l’orientation hésitante des fondations, les structures hors sol ont été soigneusement tracées pour se conformer à un plan précis. En effet, des marques gravées sur le lit d’attente de la fondation saillante, identifiées au pilier SE de la croisée et à plusieurs endroits du déambulatoire, accusent l’emploi de cordages et d’une équerre pour tracer les contours des élévations : au pilier SE, des encoches taillées dans le bord du lit d’attente des fondations s’alignent précisément sur les parements du socle, dont l’axe fut de toute évidence tracé à l’aide de fils tendus, peut-être lestés aux deux extrémités conformément à une pratique attestée par les sources écrites de l’époque : « regarde l’œuvre du maçon. Après avoir posé les fondations, il tend le fil en ligne droite, descend le fil à plomb, et pose ensuite des pierres soigneusement taillées dans l’ordre » (respice opus caementarii. Collocato fundamento, lineam extendit in directum, perpendiculum demittit, ac deinde lapides diligenter politos in ordinem ponit). Rédigé vers 1113-1114, le célèbre récit du songe de Gunzo met en scène saint Pierre, patron co-titulaire de l’abbaye de Cluny, que le moine voit « tenir et tendre les cordes et poser les bornes » pour l’implantation de la grande abbatiale selon des mesures prédéfinies (ipsemet visus est funiculos tenere ac tendere et terminos ponere circumscribende quantitati mensurasque comprehendere). Le relevé pierre-à-pierre des traces de taille et de retaille sur les deux parements du mur absidal de Saint-Gilles a révélé l’existence de tout un système de repères géométraux, incisés des côtés intérieur et extérieur sous la forme d’encoches en L et en T en dessous du lit d’attente de l’avant-dernière assise sous le cordon, selon un système d’axes rayonnants convergeant au centre de l’hémicycle et conçu pour définir la position de l’axe longitudinal, des interstices entre les chapelles rayonnantes et des piliers du mur-bahut. À partir du même centre furent tracés les demi-cercles concentriques de l’abside, de la puissante fondation périphérique du déambulatoire et les traits gravés pour définir le plan du socle au-dessus de cette dernière.

5Si les fouilles ont permis de confirmer que les fondations des murs et piliers du transept, qui descendent à un niveau inférieur à celui du sol de la crypte, n’étaient pas destinées à être visibles de l’intérieur, il reste incertain dans quelle mesure l’église basse, située à environ six mètres en dessous du sol supérieur, devait s’étendre davantage à l’est, dans la mesure où sa dernière travée fut fermée par des murs de refend insérés entre les piliers orientaux de sa dernière travée déjà en place. La face orientale de ces piliers, dégagée dans les années 1970-1974, fut dotée comme la face occidentale des mêmes pans coupés pour soutenir une suite du voûtement. Toutefois, au nord et au sud de la croisée jointive, deux puissants murs équipés chacun d’une rangée de corbeaux massifs furent soit insérés entre ces deux supports, soit élevés en même temps, pour former un espace central charpenté dont la qualité sommaire accuse un usage technique ou provisoire. Au mur nord de la dernière travée de la crypte, des corbeaux similaires à la même hauteur, arasés à fleur de parement, supposent un prolongement de cette construction sous l’extrémité orientale de la nef. Deux murs d’une épaisseur de 1,39 m à 1,42 m intercalés entre les piliers orientaux de la croisée et les piliers du mur-bahut de l’abside, surmontés du soubassement en pierre de taille d’une clôture, poursuivaient l’espace inférieur vers le sanctuaire. Tout en stabilisant les fondations des piliers de la croisée dans le sens longitudinal, cette enfilade de murs aurait pu accueillir un sous-sol temporaire, dont la fonction reste toutefois inconnue. La question de l’accessibilité d’une partie des fondations de l’édifice se pose aussi pour le chœur : sous la chapelle méridionale, le prolongement des fondations du mur gouttereau est parementé en pierre de taille à hauteur d’un sous-sol construit et voûté en moyen appareil, ce qui suggère une exposition intentionnelle à la vue à cet endroit.

Façade occidentale de l’abbatiale

6Le nettoyage de la sculpture de la façade de l’abbatiale a donné lieu à une nouvelle étude et documentation des traces de la mise en œuvre du monument en complément aux relevés et analyses réalisés entre 1999 et 2006 par Heike Hansen dans le cadre de sa thèse de doctorat. En dehors des incohérences de la conception des éléments sculptés, qui ont donné lieu à de très nombreuses discordances et à des retailles au cours de la mise en œuvre, le dégagement des surfaces a permis de corriger l’identification des matériaux lithiques, partiellement attribuables à une origine antique, de mieux distinguer et décrire les réparations réalisées au cours du processus constructif, après les destructions des guerres de Religion et lors des campagnes de restauration des xixe et xxe s., et de cartographier et caractériser sur le plan technique et typologique l’emploi systématique du fer et du plomb dans la construction. Le métal est en effet omniprésent à tous les niveaux de la façade, sous différentes formes : treillis de tôle de fer dans le lit de pose des grands panneaux verticaux qui constituent le registre des apôtres et des pilastres les séparant ; agrafes scellées au plomb liquide dans des mortaises soigneusement incisées pour stabiliser le lit d’attente de ces mêmes éléments, des panneaux de frise et des corniches ; pitons pour maintenir des parties de sculpture exécutées en ronde-bosse, ou accidentées ; feuilles de plomb dans certains joints horizontaux pour assurer une meilleure répartition des charges ; pastilles de plomb dans les yeux de certaines figures humaines et animalières. L’emploi d’armatures métalliques similaires au portail nord du transept et à l’enveloppe de l’escalier en vis du chevet confirme le rôle important du fer et du plomb dans la construction de l’abbatiale tardo-romane et la maîtrise d’un principe constructif qui se répand à partir de cette époque, notamment dans le domaine de la première architecture gothique. Un futur accompagnement archéologique suivra la restauration des restes de polychromie conservés au portail septentrional, prospectivement attribués aux xive-xve s. Une mise en couleur de certains détails, comme les orfrois qui ornent les vêtements, la chevelure et les accents épigraphiques de certaines figures d’apôtre, pourrait remonter à l’origine de l’ensemble.

Aile claustrale occidentale : nouveaux vestiges du premier étage roman

7Au printemps de l’année 2017, un décroûtage de la façade sud du bâtiment claustral occidental et de sa surélévation, suivi d’un diagnostic et relevé analytique en vue du cadrage d’un futur projet de réaménagement, avait révélé les vestiges du parement en moyen appareil d’un premier étage roman et ceux d’un troisième niveau attribuable à la fin du xvie ou au courant du xviie s., postérieur sans doute à la sécularisation de l’abbaye en 1538. Si l’étude des élévations est et ouest du même ensemble a abouti au constat de la disparition presque complète de l’étage roman du bâtiment, celle de la façade septentrionale, décroûtée en vue de l’analyse, met en évidence la survivance d’un fragment du parement roman, anciennement altéré en profondeur par un violent incendie et remanié substantiellement à plusieurs reprises au cours des époques moderne et contemporaine par le percement de portes et de fenêtres. À l’angle jouxtant la façade de l’abbatiale est conservé le piédroit d’un ancien portail d’accès à l’espace claustral. Antérieur au portail à fronton qui le remplaça au milieu du xviiie s., ce passage dut être lié à l’escalier d’angle indiqué à l’emplacement de la galerie occidentale disparue de l’ancien cloître dans le plan dressé en 1791, en vue de la vente des biens nationaux. Il suppose en effet l’existence d’un accès au cimetière laïc mentionné dès le xvie s. et attesté par les derniers niveaux de sépulture dans l’espace claustral.

Saint-Gilles-du-Gard, façade occidentale : position des éléments métalliques. En rouge : éléments d’origine, en vert : réparations postmédiévales.

Saint-Gilles-du-Gard, façade occidentale : position des éléments métalliques. En rouge : éléments d’origine, en vert : réparations postmédiévales.

Relevé H. Hansen 1999-2003, 2017-2018

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Gilles-du-Gard, façade occidentale : position des éléments métalliques. En rouge : éléments d’origine, en vert : réparations postmédiévales.
Crédits Relevé H. Hansen 1999-2003, 2017-2018
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 285-287.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17282

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals