Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame

Responsable d’opération : Daniel Mouton
Notice rédigée avec Mariacristina Varano
p. 289

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : association AVR

Texte intégral

1La campagne 2017 a permis de terminer, sur le sommet de l’éminence, la fouille de l’ensemble des installations de l’état 1 où l’on avait déjà mis au jour une tour hexagonale (environ 7 m de diagonale) construite en terre et bois avec ses appentis domestiques aux murs de terre (voir chroniques 2016). Cette séquence se place entre le milieu du xe et le milieu du xie s. Il a dès lors été possible de dégager une très grande partie de l’occupation antérieure (état 0) qui a commencé entre le viie et le ixe s. et s’est terminé au cours du xe s. Cent deux trous de poteaux et cinq fosses ont été découverts, ils constituent un ensemble architectural assez clair (fig. 1).

2Une dizaine de ces trous conservaient les négatifs de poutres carrées de 17 à 20 cm de côté. Le sol d’occupation semble avoir été installé sur un remblai qui repose très certainement sur un niveau antérieur, qui sera exploré lors de la prochaine campagne. Il peut s’agir soit d’un sol vierge d’occupation, soit du début du chantier de construction, soit d’un état encore antérieur.

3Le bâtiment principal présente un plan rectangulaire, orienté NO-SE, de 12,30 × 6,85 m à deux nefs séparées par une ligne de six poteaux étayant sans doute une poutre faîtière. Les parois sont constituées de planches horizontales d’environ 4 cm d’épaisseur dont les négatifs ont pu être observés à plusieurs endroits. Les deux murs gouttereaux se prolongeaient d’environ 3 m vers l’est pour former un appentis abritant trois fosses dont un silo. À 3,5 m au sud de ce grand édifice, vingt poteaux forment un alignement légèrement incurvé, de 11 m de longueur, qui paraît former une paroi fermant l’espace de vie dans lequel le mobilier était abondant. La céramique présente des particularités de formes et de couleurs de pâtes qui pourraient, après étude, constituer un marqueur chronologique. Si l’on rapporte l’abondance des déchets osseux aux restes de céramiques, la relative rareté de ces derniers suggère l’utilisation de vaisselle de bois, dont rien n’est conservé. Une activité de travail de bois de cervidés a laissé de nombreux déchets mais également des objets finis tels un dé à jouer et une très belle détente d’arbalète. Le jeu et l’armement étaient présents à toutes les étapes de la vie de ce site, ce qui confirme son caractère élitaire.

4Une structure de dix-neuf poteaux forme une sorte de couloir coudé large de 1,75 m et long de 16,50 m qui relie le bord NE de la plateforme à la limite sud du grand bâtiment. Ce dispositif est en tout point identique à ce que nous avons mis au jour à La Moutte, site de la même commune.

5Au bord méridional de la plateforme, une construction de terre, bois et galets, qui a été détruite par le feu, est peut-être un mur d’enceinte partiellement conservé par l’incendie qui a provoqué son effondrement. Son étude sera reprise lors de la prochaine campagne.

6Dans la pente occidentale du relief, une vaste zone d’habitat de plus de 2,5 ha a été mise au jour lors de plusieurs campagnes. Le travail de terrain a été précédé par l’exploitation des données issues d’une prospection Lidar (acquisition avril 2016) financée par le Ministère de la Culture. En 2017, on s’est attaché à explorer les microreliefs et appréhender les limites de l’ensemble. Nombre d’anomalies signalent la présence de terrasses accueillant les bâtiments construits en bois comme l’ont montré les sondages antérieurs. Sur 50 anomalies relevées, 36, au moins, ne paraissent pas naturelles. Des concentrations significatives de microreliefs apparaissent le long de certaines courbes de niveau. L’un des résultats majeurs obtenus au cours de cette campagne non-invasive a été de confirmer les limites de l’occupation : vers l’est, elle est comprise entre la résidence élitaire et l’église, tandis qu’à l’ouest, en aval, la limite est constituée par une importante rupture de pente sans doute naturelle mais probablement exploitée et aménagée par le passé. La limite méridionale est matérialisée par une importante anomalie où alternent ruptures de pente et replats ; au nord, enfin, c’est une limite cadastrale qui paraît délimiter son extension. Ces relevés d’indices d’aménagements anthropiques permettent de disposer d’une vision plus globale du site qui orientera la stratégie de la recherche à venir.

Allemagne-en-Provence, Notre-Dame. Vue aérienne de l’état 0 (viie ? - xe s.).

Allemagne-en-Provence, Notre-Dame. Vue aérienne de l’état 0 (viie ? - xe s.).

Cl. D. Mouton

Haut de page

Table des illustrations

Titre Allemagne-en-Provence, Notre-Dame. Vue aérienne de l’état 0 (viie ? - xe s.).
Crédits Cl. D. Mouton
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17302/img-1.jpg
Fichier image/, 976k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariacristina Varano, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 289.

Référence électronique

Daniel Mouton, Mariacristina Varano, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17302

Haut de page

Auteur

Mariacristina Varano

LA3M

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Mouton

LA3M UMR 7298

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals