Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Beaumes-de-Venise (Vaucluse). Castellas de Durban

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 292-293

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : service d'archéologie du département de Vaucluse

Texte intégral

1Dans le cadre d’un programme concerté mis en place entre l’association, l’Académie de Beaumes-de-Venise et la municipalité, propriétaire du site, un diagnostic d'archéologie préventive a été réalisé par le Service d’archéologie du département de Vaucluse au castellas de Durban. Il a été prescrit suite au projet de mise en valeur des vestiges du castellas.

2Ce site perché, dominant le village de Beaumes-de-Venise, correspond à un ancien village fortifié défendu par un castrum. Les premières traces écrites de Durban remontent au xiie s. Le toponyme Durban renvoie certainement au nom de la famille fondatrice du lieu, dont on trouve l’existence à Beaumes jusqu’au xvie s.

3Le castrum est mentionné le 7 décembre 1253 lorsque Raymond d’Agoult, seigneur de Beaumes, de la Roque d’Alric et de Durban rend hommage à Alphonse de Poitiers. Un certain Ugone de Durbano est témoin de l’acte. Le fief est vendu en 1288 à Isnard II de Mormoiron et passe ensuite à la famille de Venasque en 1421 lorsque Philippa de Mormoiron épouse Geoffroy de Venasque.

4Le fief est ensuite transmis à la famille de Raymond de Mormoiron, lorsque Marie de Venasque se marie avec Jean de Raymond de Mormoiron (1455-1506). Truffemont de Raymond, sans descendance, vend le bien de Durban à la famille de Fortia entre 1573 et 1584.

5Le lieu fut vendu en 1743 à Jean-Noël de Limojon dont la nièce, Marie Anne Rose Geneviève Gabrielle de Pusco l’Estagnol, fut la dernière dame de Durban.

6Avant la Révolution, en 1775, le territoire de Durban ne comptait que 73 habitants. L’assemblée représentative du Comtat décida de réunir Durban à Beaumes mais cette assemblée fut dissoute et l’arrêté resta sans effet. En 1791, le Comtat est intégré à la France et le lieu de Durban est érigé en commune mais, faute de ressources suffisantes, le village est finalement intégré à la commune de Beaumes en 1811.

7Les vestiges du castellas de Durban se dressent sur la pointe est du plateau des Courens, qui domine Beaumes-de-Venise. Le sommet du site est marqué par une étroite et longue plateforme aménagée sur l’éperon rocheux. À cet emplacement devait se trouver la tour maîtresse ou donjon du castrum médiéval ainsi que les parties nobles du château. Il demeure, accolée à la paroi nord de l’éperon, une longue muraille arasée au niveau de la plateforme sommitale. À l’est et à l’ouest, cette muraille se termine par un chaînage d’angle soigné. La construction montre une certaine homogénéité : le module utilisé présente une hauteur d’assise réduite et celle-ci est constante. Ce module de construction se retrouve également dans d’autres vestiges du site.

8La partie ouest de cette plateforme est marquée par la base d’une construction quadrangulaire pouvant correspondre aux fondations d’une tour. Le mur sud de cette construction présente une assise en arête de poisson. Côté sud, des fragments de maçonneries sont visibles sur quelques assises et témoignent de la présence d’un mur, au-dessus du précipice. En dessous de cette plateforme, vers l’ouest, se dressent les vestiges de la chapelle romane du château (fig.).

9Les élévations les mieux conservées concernent l’abside, voûtée en cul-de-four et le mur sud percé d’une porte en plein cintre. Il ne reste que quelques claveaux de l’arc triomphal en plein cintre ouvrant sur le chœur alors qu’une carte postale du début du xxe s. montre que celui-ci était en grande partie conservé. Une étroite baie axiale ébrasée du côté intérieur permet d’éclairer le chœur. Une seconde baie est présente dans la partie sud de l’abside. Les vestiges d’un dallage du chœur sont également visibles.

10Le mur sud est construit en petit appareil dont les assises sont très régulières. Le module utilisé est identique à la longue muraille de la plateforme sommitale. Il a environ 1 m d’épaisseur et présente trois séries de trous de boulins témoignant de l’utilisation d’un échafaudage lors de la construction. Cette chapelle devait être couverte par une charpente en bois à deux pentes.

11Plus vers l’ouest, les vestiges d’une tour demeurent, ainsi que des caves voûtées construites en bordure de précipice. Les matériaux de construction utilisés dans ce secteur ainsi que le mortier diffèrent de ceux de la chapelle et du mur de la plateforme sommitale. La tour présente une construction moins soignée avec des assises variées et l’utilisation de fragments de tuile en calage. Elle présente également quatre ouvertures pour armes à feu, deux dans le mur nord et deux dans le mur oriental, témoignant de la volonté de défendre ce bâtiment. Il est dénommé, selon la tradition orale, le donjon. Il pourrait s’agir d’une tour maîtresse construite au xvie s. par la famille de Fortia lorsque celle-ci réinvestit la place forte.

12Les caves voûtées situées en contrebas présentent encore les traces de coffrage ainsi qu’une partie du dallage. Il semble que ces aménagements soient contemporains de la tour voisine comportant les ouvertures pour armes à feu.

13Côté sud, des maçonneries sont visibles en bordure de l’escarpement rocheux et notamment deux murets en arc de cercle. Ces murets présentent également un arrachement de la maçonnerie montrant que celle-ci continuait en encorbellement au-dessus du vide. Il s’agit probablement des vestiges de deux conduits de latrines.

14De ce côté, en contrebas, une longue plateforme est plantée d’oliviers avec des restanques réalisées avec les pierres du château tombées de ce côté.

15Au nord de la tour datable du xvie s., quelques soubassements de murs sont visibles ici et là, témoignant de la présence d’autres vestiges. Vers l’est, des vestiges de maisons de l’ancien castrum sont visibles, dont une présentant encore une voûte en plein cintre.

16L’investigation avait pour but de mettre en évidence la présence ou non d’autres maçonneries ainsi que des niveaux de circulation tels que des dallages. Six secteurs de fouille ont été ouverts. Les sondages ont mis au jour plusieurs structures de l’ancien château.

17Ces maçonneries sont conservées à quelques centimètres de profondeur. Il s’agit majoritairement des fondations car des niveaux de sol ont été identifiés juste en dessous des niveaux de circulation actuels. À certains endroits, les sols actuels sont situés en dessous de ceux du Moyen Âge, suite à un phénomène d’érosion ou de glissement de terrain. Les soubassements d’une tour de plan carré ont été dégagés.

18Des niveaux de sol (dallages et sols à la chaux) ont été découverts ainsi que des caves voûtées correspondant à des citernes utilisées pour le stockage de l’eau.

19Une maison de l’ancien village médiéval a été fouillée, mettant en évidence la porte d’accès ainsi que les restes d’un dallage.

Beaumes-de-Venise, vue générale de la chapelle du castellas.

Beaumes-de-Venise, vue générale de la chapelle du castellas.

Cl. G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Beaumes-de-Venise, vue générale de la chapelle du castellas.
Crédits Cl. G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 958k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Beaumes-de-Venise (Vaucluse). Castellas de Durban »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 292-293.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Beaumes-de-Venise (Vaucluse). Castellas de Durban » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17330

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

service d'archéologie du département de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

service d'archéologie du département de Vaucluse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals