Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Chaux-des-Crotenay (Jura). Château Champ-des-Mottes

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 297

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Éveha, SG Investigations Archéologiques

Texte intégral

1La fouille 2017 menée à Chaux-des-Crotenay s’inscrit dans la continuité orientale de la fouille de 2016. La cour de la plateforme et l’aile nord ont été investies. L’emprise a porté sur ±15,60 m de longueur N-S pour ±5 m de largeur E-O. Le volume excavé représente approximativement 40 m3.

2L’étude de la cour a révélé un sol construit composé de pavés posés sur un lit de mortier ou d’argile. Plusieurs phases d’installation ont été repérées. L’une d’elles est associée à la cage d’escalier abordée en 2016 et à un avant-corps de l’aile nord. Ces deux espaces sont intégrés au front d’entrée et le long de l’aile nord.

3Les pavés possèdent un double pendage qui conduit l’eau vers une canalisation. Cette rigole reprend le tracé des maçonneries et envoie l’écoulement dans la fosse semi-rupestre du tablier du pont-levis à bascule pour être évacué dans le fossé. Le pavage se limite à une zone périphérique en trottoir. Au contact de la porterie et du front d’entrée, une pierre taillée témoigne de l’existence d’un réseau sous-jacent dont l’embouchure reçoit la descente des chéneaux de la porterie et du front d’entrée. Ce regard coudé dirige l’eau vers l’est, vers la cour. Une dépression microtopographique pourrait trahir l’existence d’une citerne.

4La fouille de la cage d’escalier a montré la présence d’un escalier de huit marches à noyau plein. Les restes de onze autres marches, dont un palier du probable étage, sont collectés dans les comblements. La structure est posée sur une paillasse maçonnée avec certaines incohérences constructives qui marquent un remploi : la première marche est ainsi bûchée pour permettre l’ouverture du battant de la porte sud, les girons dans les deux angles de la cage présentent une extrémité taillée et sont terminés par de la maçonnerie et enfin la base prismatique du noyau porte les traces du départ d’un ancien mur d’échiffre. Pour ce qui est des accès, trois ouvertures permettent la circulation vers la chambre de tir, vers la cour et vers l’avant-corps. Cette dernière porte est obturée à une date inconnue. L’avant-corps ressemble à un espace de circulation qui permet l’accès au bâtiment nord. Sous les comblements, une préparation de sol en mortier et la limite basse de l’enduit mural trahissent l’existence d’un sol dallé récupéré. Ces deux espaces appartiennent à une même phase constructive dont tous les indices orientent vers une commande de Charles de Poupet après 1485. Ce personnage est chambellan et premier sommelier de corps du roi Charles VIII puis de Philippe Ier (roi de Castille).

5L’aile nord abrite une salle dont les limites sont à ce jour mal définies, en raison de l’emprise de la fouille. Sous près de 2,30 m de remblai de démolition et seulement dans le tiers sud, la fouille montre l’existence de quatre niveaux de sol. Le plus ancien repose sur une strate de nivellement qui est directement installée après la construction du mur du front d’entrée. Ce premier sol matérialise un âtre de cheminée dont les traces de rubéfaction ont été repérées sur près de 25 cm de profondeur. Ce niveau construit a révélé pour la première fois un niveau primitif. La datation radiocarbone suggère une installation entre 1164 et 1265. Une cheminée a également été reconnue par deux jouées et un contrecœur rubéfiés plus tardifs. L’âtre rougi est recouvert par une couche d’argile jusqu’à 1,22 m du mur. Au-delà, vers l’est, l’argile s’estompe au profit d’une solive dont il reste des traces et une couche de mortier de chaux meuble. Ce nouveau sol est donc constitué d’un plancher sur solives N-S. Il est complété par une couche d’argile qui devait fonder un âtre. Une couche de remblai scelle cette deuxième circulation. Assez épaisse, cette strate reçoit les empreintes de trois solives d’un second plancher. Axées N-S, ces solives sont espacées de 1,52 m. Celle de rive est partiellement conservée et un prélèvement a été effectué pour une analyse radiocarbone. Le bois a été coupé entre 1300 et 1369 avec 63,6 % de probabilité. Malgré les restes et la forte probabilité, aucun indice archéologique ne confirme leur relation avec la cheminée. Ce troisième sol est recouvert par une nouvelle couche de mortier meuble. Elle est la préparation d’un quatrième sol dont l’arase est encore marquée par la limite basse de l’enduit mural. Probablement dallée, cette installation ne correspond pas avec l’usage de la cheminée. Une seconde cheminée est alors créée et incorporée. Les dalles rubéfiées de l’âtre correspondent à la ligne basse de l’enduit et à l’altimétrie du sol qui pourrait être installé à partir de 1485. La stratigraphie supérieure est constituée de la couche de démolition postérieure à 1691. Dans les deux tiers nord, cette couche de gravats qui résulte du démantèlement comble un volume dénué de la stratification précitée. L’étude du bâti du parement du mur ouest témoigne des bribes d’une construction. Elles révèlent la présence d’une ancienne voûte. Les deux tiers nord de l’espace pourraient donc recevoir une cave voûtée. La fouille n’a pas permis d’atteindre le sol de cette cave mais tout porte à croire que l’installation est effectuée avec le dernier dallage (postérieur à 1485). La restitution de l’intrados correspond exclusivement avec une clef d’une voûte en berceau sous ce dernier niveau de sol dallé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay (Jura). Château Champ-des-Mottes »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 297.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay (Jura). Château Champ-des-Mottes » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17370

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Archimède, UMR 7044

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Archimède, UMR 7044

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals