Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Chevreaux (Jura). Château de Chevreaux

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 298

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Éveha, SG Investigations Archéologiques

Texte intégral

1La fouille 2017 de la rampe d’accès de la haute cour s’inscrit dans la continuité méridionale des fouilles programmées 2015-2016. L’emprise mesure 27 m de long pour 4,50 m de large et porte sur une grande partie de la rampe (hors accès motorisé du site ; la porterie). Trois sondages pratiqués en 2016 entre la rampe et la plateforme sont restés stériles. Un long sondage méridional (6,70 m de long) a permis d’atteindre le mur supérieur de la haute cour montrant que la plateforme est bordée par une courtine de 1,65 m de large.

2La fouille prévue sur trois années a mis au jour deux niveaux de circulation contemporains de l’activité castrale. Le premier, postérieur au démantèlement de 1595, peut être rattaché à la récupération des matériaux. Le mobilier y reste très épars mais les indices chronologiques permettent de situer l’usage de la rampe pour la récupération des matériaux entre le xvie et le xviiie s. Les caractéristiques des deux niveaux de sol contemporains de l’activité du château s’avèrent assez proches. Ils sont constitués par des nappes successives de lits de cailloutis dans une argile marron. La surface des sols apparaît très érodée, en particulier pour le dernier niveau. En effet, ce dernier présente deux bandes longitudinales et parallèles qui trahissent les passages répétés des chariots et des charrettes. Plusieurs rechapages sont constatés sur chacune des circulations. Ces reprises ponctuelles se concentrent essentiellement sur les zones de passage. Elles sont visibles par les dimensions sensiblement différentes des cailloutis ou parfois par l’apport de mortier de chaux en faible quantité. Techniquement, leur installation est assez simple puisque le sol en place devient la couche de fondation du sol suivant. Aucune couche d’occupation notable n’est constatée entre les reprises et la dépose des nouveaux revêtements. Seuls quelques artefacts sont découverts sur la surface de contact des sols. La voie d’accès a donc évolué au gré des rechapages, faisant évoluer le bâti lui-même avec, notamment, le rehaussement des accès et celui des portes.

3Si une très grande partie de l’emprise présente un bon état de conservation, la partie basse de la rampe d’accès est lourdement perturbée par des remblaiements. Un comblement d’une cinquantaine de centimètres repose sur ces mêmes niveaux de circulation devenus peu épais. Plusieurs perturbations ont permis de descendre dans la stratigraphie et d’identifier une maçonnerie E-O qui barre la rampe. L’hypothèse d’une telle structure était envisagée en 2016. Les premières lectures montrent que les deux maçonneries de clôtures coexistent avec les mêmes niveaux de circulation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Chevreaux (Jura). Château de Chevreaux »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 298.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Chevreaux (Jura). Château de Chevreaux » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17374

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Archimède, UMR 7044

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Archimède, UMR 7044

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals