Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Condé-sur-l'Escaut (Nord). Château de l'Arsenal

Responsable d’opération : Lionel Droin
p. 299

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Drac Hauts-de-France

Texte intégral

1En 2017 a eu lieu la dixième campagne sur le site du château médiéval de Condé-sur-l’Escaut.

2La fouille manuelle s’est concentrée sur les secteurs 30 et 32 pour lesquels il s’agissait de terminer l’étude de deux ensembles construits mis au jour lors des campagnes précédentes.

3Situé entre le châtelet d’entrée et la tour no1, le secteur 30 est occupé par une maison fonctionnant entre la seconde moitié du xive et le milieu du xvie s. (fig. 2). Elle est divisée en 2 salles, dont l’une était équipée d’une cheminée installée sur le mur de refend. La campagne 2017 a permis d’en étudier le chantier de construction et de découvrir l’existence d’un état antérieur constitué d’une salle méridionale unique mais un peu plus large (première moitié du xive s.). L’étude détaillée du mobilier a confirmé la répartition chronologique des espaces entre extérieur et intérieur ainsi que l’utilisation du bâtiment en tant que cuisine. Seul l’espace situé au nord de la maison et servant de passage d’accès vers la porte du rez-de-chaussée de la tour no1 présente un mobilier céramique particulier très majoritairement constitué de vases destinés au stockage (pots à provision, jarres). Il est donc fort probable que le rez-de-chaussée de la tour no1 ait été utilisé comme cellier entre le xive et le xve s.

4Le second espace dont nous avons terminé la fouille est une fonderie. Il s’agit du bâtiment principal d’un ensemble installé le long de l’enceinte orientale. Un mur parallèle à la courtine sépare la cour du château d’une série de cours pavées et de bâtiments. Le bâtiment central, qui possède au moins un étage, est organisé autour d’un mur de refend portant à son extrémité un four. Des tranchées maçonnées sont installées symétriquement dans le sol des deux salles (fig. 3). Ces tranchées ont servi à accueillir les coulées de fonte provenant du four. Les niveaux d’abandon et de fonctionnement de ce dernier ont été étudiés lors des campagnes précédentes. Le fonctionnement est datable de la première moitié du xviie s. et la production au moment de l’abandon était constituée essentiellement de boulets pleins et de grenades à main, creuses.

5La toute dernière phase de la fouille a donc concerné les comblements des deux tranchées maçonnées de la salle nord. Si aucune production n’a été retrouvée en place, nous avons pu différencier un peu plus d’une quarantaine de recoupements correspondant à des creusements de démoulage. Ces derniers sont présents sur l’ensemble de la longueur des tranchées et se répartissent en trois ou quatre phases stratigraphiques successives. Les fosses de démoulage ont souvent conservé des lambeaux de la mise en place des moules de coulée. Chaque tranchée était ainsi divisée en caissons quadrangulaires par des planches de bois (taille proche des 70 cm de côté). Les restes des planches de bois, carbonisées par la chaleur, ont été retrouvés aussi bien contre les parois maçonnées que transversalement, pour séparer les caissons. Les phases d’utilisation les plus anciennes possédaient aussi un fond recouvert de planches. L’étude des lambeaux laissés en place par les démoulages nous permet d’avoir une idée assez claire de l’utilisation des caissons : la coulée devait se faire au centre du caisson soit dans un moule, soit directement dans une forme moulée dans de l’argile fine. L’intervalle entre les planches et l’argile fine est occupé par un remblai granuleux d’argile cuite et de tuiles provenant certainement d’utilisations antérieures. Les traces de chauffe et de cuisson sont homogènes entre l’argile fine et le remblai granuleux et s’estompent au fur et à mesure de l’éloignement du centre.

6La production était donc fortement organisée et visait à produire un nombre important d’objets. Ces objets ne pouvaient pas dépasser la taille des caissons de bois et, compte tenu de la taille probable des moules, ne pouvaient excéder les 30-40 cm. Il est donc probable que la production se limitait aux projectiles d’artillerie et ce, dès l’origine.

7Un important décapage mécanique suivi de quelques jours de nettoyage manuel a été effectué au sud du bâtiment de la fonderie (secteur 33). Il s’agissait de relier les différents secteurs précédemment étudiés (haute cour en 2010 et 2013, fossé de la haute cour en 2013) avec le secteur de fouille actuel et surtout de préparer les prochaines campagnes qui vont porter sur l’étude du fossé entourant la haute cour primitive. Ce secteur a été fortement arasé par un chantier de récupération de pierres à la fin du xviie s. Sa partie orientale est occupée par le prolongement vers le sud des cours de la fonderie ainsi que par une installation plus ancienne pour l’instant mal déterminée.

8La recherche historique, jusque-là limitée à l’étude des fonds d’archives français et belges, a concerné cette année le fonds privé des ducs de Croÿ conservé à Dülmen (Allemagne). Le travail d’analyse et de transcription des documents concernant le château et la ville de Condé a été réparti sur trois ans autour de problématiques différentes. La première partie, achevée cette année, concerne les descriptions directes du château et de son environnement proche et inclut une reprise critique de nos précédentes études.

9La campagne 2017 marque la fin de l’étude intensive de l’angle NE du château. Les prochaines campagnes vont porter sur la partie nord du site et être centrées sur l’étude du fossé de la haute cour primitive et d’un bâtiment en briques du xvie repéré lors du diagnostic de 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Droin, « Condé-sur-l'Escaut (Nord). Château de l'Arsenal », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 299.

Référence électronique

Lionel Droin, « Condé-sur-l'Escaut (Nord). Château de l'Arsenal » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17382

Haut de page

Auteur

Lionel Droin

Calhiste, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lionel Droin

Calhiste, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals