Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainCoucy-le-Château-Auffrique (Aisne...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Coucy-le-Château-Auffrique (Aisne). Tour Leray, 9 rue Traversière

Responsable d’opération : Étienne Lallau
p. 299-300

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Association de mise en valeur du château de Coucy

Texte intégral

1La fouille s’est inscrite dans la continuité des opérations effectuées en 2015 et 2016. L’opération avait pour objectif de finaliser la fouille d’une tour de l’enceinte urbaine, la tour Leray. Cette tour était noyée par un remparement réalisé au xvie s. pour améliorer les défenses de la ville face à l’usage de l’artillerie à poudre. À ce titre, elle a alors été dérasée sur plus d’un niveau et remblayée pour constituer une terrasse. À l’issue des trois campagnes archéologiques, la connaissance de ce secteur est largement renouvelée.

2Ainsi, le plan primitif de la tour Leray est désormais bien appréhendé : il a pu être totalement dégagé. La partie originellement saillante de la tour révèle un profil circulaire aplati au niveau des liaisons avec les courtines. En revanche, le tiers restant de la tour, du côté ville, montre une épaisseur atypique trahissant l’aménagement d’un chemin de ronde contournant au premier étage, pris dans l’épaisseur du mur de la tour. Ce chemin permettait une grande fluidité de la défense active de l’enceinte urbaine au xiiie s. L’accès au rez-de-chaussée de la tour s’effectuait par un tunnel voûté étrangement désaxé. De plus, le sol du xiiie s. a été mis au jour. Enfin, au premier niveau, un retrait dans la maçonnerie révèle l’aménagement d’un escalier rampant étroit donnant vraisemblablement sur une vis permettant d’accéder aux étages. Il apparaît aussi que le réaménagement défensif de la zone a très probablement débuté en même temps que les travaux connus de la porte de Laon en 1552. En outre, l’opération a permis de constater que la courtine actuelle au nord de la tour – entièrement restaurée dans les années 1930 – ne correspond pas au tracé de l’enceinte fortifiée du xiiis. En effet, les traces d’arrachement de la courtine du xiiie s. ont été observées. Celle-ci, détruite ou noyée dans le rempart, a été « matelassée » intérieurement et extérieurement, donnant donc une plus forte épaisseur du rempart au nord de la tour Leray. Le remblai de comblement de la tour semble provenir du curage d’un dépotoir lié à une zone de rejet de déchets de forge. Quant au remblai du rempart, riche en mobilier datant mais très brassé, il est probablement issu du curage des fossés de la porte de Laon lors du recreusement de ces derniers en 1552. Les deux remblais sont stratigraphiquement concomitants. Le dérasement de la tour a vraisemblablement été effectué plusieurs années avant le comblement de la structure et l’aménagement du rempart, ce qui indique a priori un arrêt de chantier. Celui-ci renvoie peut-être à une mention textuelle faisant référence à des travaux de remparement commencés en 1536 mais rapidement ajournés du fait d’un manque de moyens et de main-d’œuvre. Le temps écoulé entre le dérasement de la tour et son comblement est caractérisé par une couche d’abandon du début du xvie s. recouvrant le sol du xiiie s. dans l’emprise de la salle du rez-de-chaussée. L’opération a également mis en évidence une récupération des matériaux de la tour à une époque ultérieure (xviiie-xixe s.), ce qui a engendré le dérasement de deux assises supplémentaires de la tour sur sa quasi-totalité. Outre l’apport de connaissances pour l’histoire de Coucy, la fouille de la tour Leray a livré un corpus mobilier abondant et homogène, particulièrement bien ciblé chronologiquement. Son étude pourra incontestablement servir de marqueur fiable pour l’instrumentum régional de la première moitié du xvie s.

Coucy-le-Château-Auffrique, vue zénithale de la tour et du niveau de circulation du xiiie s.

Coucy-le-Château-Auffrique, vue zénithale de la tour et du niveau de circulation du xiiie s.

Cl. P.-E. Sautereau

Haut de page

Table des illustrations

Titre Coucy-le-Château-Auffrique, vue zénithale de la tour et du niveau de circulation du xiiie s.
Crédits Cl. P.-E. Sautereau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 959k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Lallau, « Coucy-le-Château-Auffrique (Aisne). Tour Leray, 9 rue Traversière »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 299-300.

Référence électronique

Étienne Lallau, « Coucy-le-Château-Auffrique (Aisne). Tour Leray, 9 rue Traversière » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17386 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17386

Haut de page

Auteur

Étienne Lallau

ArScAn UMR 7041

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Lallau

ArScAn UMR 7041

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search