Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainEaucourt-sur-Somme (Somme). Les A...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les Aires du château

Responsable d’opération : Sandrine Mouny
p. 301-302

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : université de Picardie Jules Verne

Texte intégral

1Localisé à 7 km en amont d’Abbeville, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est une maison forte bâtie en marge du village qui porte le même nom et installée en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de l’artère fluviale, la Somme.

2Ce château fait l’objet d’un programme de recherche archéologique depuis 2015. Les premières investigations ont débuté en février par un relevé topographique qui a conduit, en août de la même année, à un sondage au niveau de la proéminence observée sur le flanc SE de la plateforme. Cette première approche a montré le potentiel du sous-sol de ce site, mettant en évidence la densité des vestiges construits et la préservation des niveaux archéologiques. En 2016, deux opérations de fouille probatoires ont été menées : l’une au pied du châtelet d’entrée et l’autre en élargissant les zones précédemment sondées.

3En août 2017, la première campagne d’une fouille triennale s’est déroulée dans la continuité de l’aire ouverte, contribuant à étendre la surface étudiée à 270 m2. L’équipe est intervenue sur les deux extrémités du rebord SE de la haute cour. Cette opération a permis de dégager progressivement divers états de fonctionnement d’une succession de bâtiments, dont l’occupation s’étend de la moitié du xve s. au xviie s.

4Les indices de structures du bas Moyen Âge restent encore actuellement légers. Les témoins de la fin du xive s. sont des remblais d’occupation servant à régulariser le niveau pour asseoir les fondations du grand bâtiment principal adossé à la courtine. Cet édifice se développe sur l’ensemble de l’aile SE, sur 29 m de long. Il est matérialisé par l’unique assise conservée d’un parement calcaire bien appareillé. L’espace intérieur est divisé par des murs de refend. La restitution des surfaces, bien que schématique, montre trois pièces grossièrement rectangulaires de dimensions presque semblables, dont les sols sont constitués d’un niveau de craie damée. À chaque extrémité, l’édifice est accolé à un autre corps de bâtiment, édifié en retour d’équerre. À chaque angle, la bâtisse est flanquée d’une tour d’escalier, signifiant la présence d’au moins un étage. La démolition de ce logis semble se situer pendant ou vers la fin de la guerre de Cent Ans. Une analyse 14C d’une couche de destruction de cette résidence a révélé une datation entre 1415 et 1479. Cette période pourrait coïncider soit avec la destruction volontaire du site par les Abbevillois, en 1420, pour éviter l’installation des Anglais, soit avec des dégradations dues aux pillages.

5À la fin du xve s., le site a dû connaître une grande campagne de construction. Les vestiges architecturaux découverts montrent que le château perd son rôle militaire au profit d’une fonction résidentielle. Tout en conservant l’aspect d’un château féodal avec son fossé défensif et son châtelet d’entrée, l’espace castral prend la forme d’une demeure témoignant d’une volonté d’ornementation. La composition en damier des soubassements, constitué de moellons en grès et de blocs en silex taillés apporte de la polychromie aux structures construites, dont l’élévation est faite principalement en brique. Cet appareillage atteste un ensemble résidentiel noble et de qualité. Le nouveau plan présente une configuration presque identique au précédent. Les murs sont bâtis sur les maçonneries de la phase antérieure. La technique de reconstruction a consisté à réduire les murs à une assise et à bâtir au-dessus, en se servant de cette base comme semelle de fondation. La nouvelle construction dessine le rez-de-chaussée d’un grand bâtiment divisé en trois pièces séparées par les murs transversaux non harpés à la courtine. La largeur du corps, comprise entre le mur d’enceinte et le mur de façade, varie entre 3,90 m et 4,60 m,. Parallèlement à ce dernier, un aménagement maçonné correspondrait à une galerie couverte.

6La demeure de prestige du xvie s. a probablement été détruite à l’extrême fin des guerres de religion. Le début du xviie s. est marqué par de profonds remblais de matériaux de construction reposant sur des niveaux d’effondrement de toitures et l’ensemble est recouvert par des traces importantes d’incendie. Les réaménagements qui suivent sont faits à l’économie. La fouille montre que la partie affectée par les gravats des deux tours n’a pas été réoccupée. Le corps de la bâtisse du xviie s. est alors plus réduit. Il semble divisé en trois pièces d’inégales dimensions. La plus grande salle de 41 m2 est équipée d’une vaste cheminée. L’espace central reste énigmatique par ses petites dimensions (13 m2). Sa position indiquerait peut-être un vestibule d’entrée. Le pan de mur écroulé détermine les parties hautes de cette bâtisse. Son étendue permet de confirmer la présence d’un étage. L’appareillage est composé de plusieurs rangées de brique insérant un bandeau horizontal de parements calcaires. Ce type d’assemblage se rencontre sur les gentilhommières de la région dès le premier quart du xviie s.

7La majorité des découvertes se rattachent à l’occupation d’une série de bâtiments résidentiels qui reflètent symboliquement le pouvoir et les privilèges d’un certain milieu social. En outre, certains objets recueillis dénotent le caractère aisé des occupants de cette demeure de transition entre la maison forte et le manoir de la Renaissance.

Eaucourt-sur-Somme, les aires du château, plan général des structures en cours de fouille 2017.

Eaucourt-sur-Somme, les aires du château, plan général des structures en cours de fouille 2017.

Relevé S. Mouny, DAO F. Guérin et S. Mouny

Haut de page

Table des illustrations

Titre Eaucourt-sur-Somme, les aires du château, plan général des structures en cours de fouille 2017.
Crédits Relevé S. Mouny, DAO F. Guérin et S. Mouny
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Mouny, « Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les Aires du château »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 301-302.

Référence électronique

Sandrine Mouny, « Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les Aires du château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17402

Haut de page

Auteur

Sandrine Mouny

université de Picardie Jules Verne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Mouny

université de Picardie Jules Verne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search