Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Larochemillay (Nièvre). Mont Touleur

Responsable d’opération : Valentin Chevassu
p. 304

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Chrono-environnement UMR 6249

Texte intégral

1Dans le cadre d’une thèse de doctorat sur l’occupation humaine et la dynamique des pouvoirs ruraux dans le Morvan médiéval, des sondages ont été menés en octobre 2017 sur le site castral du mont Touleur. Les observations effectuées complètent les acquisitions déjà réalisées sur plusieurs châteaux de hauteur voisins. Leur développement puis leur abandon rapide caractérisent l’évolution de la région au Moyen Âge central. La fortification occupe le sommet du mont et prend appui sur un ensemble de barres rocheuses délimitant une plateforme quadrangulaire, actuellement couverte de forêt. Une vaste salle rectangulaire, dont les maçonneries sont conservées sur 6 m d’élévation, occupe le centre de cet espace entouré par des segments d’enceinte largement érodés. La chronologie de ces structures s’avérait assez énigmatique : leur architecture évoque la période médiévale, mais aucun document d’archive ne fait référence au site. L’érudition locale évoquait par ailleurs des occupations antiques ou protohistoriques.

2Trois sondages ont été ouverts, à l’intérieur de la construction centrale et dans deux espaces annexes. Le sondage central a révélé des aménagements de sol assez sommaires associés à quelques éléments de quincaillerie médiévale, du mobilier céramique des xie-xiie s. et des tessons résiduels laténiens. L’étude des élévations du bâtiment suggère une phase de construction unique datée du xiie s. par radiocarbone. Les deux autres sondages ont permis de dégager trois tronçons de l’enceinte et quelques structures postérieures, dont une probable aire de gâchage de mortier. Le mobilier rare et hétéroclite associe silex néolithiques, tessons antiques et éléments médiévaux. L’étude de l’enceinte a confirmé la cohérence des différents segments dégagés, et leur origine vraisemblablement néolithique ou protohistorique. Les prospections réalisées aux alentours n’ont pas permis d’identifier une potentielle basse-cour ou un peuplement castral annexe. Ces divers résultats évoquent une occupation médiévale éphémère datée des alentours du xiie s., en cohérence avec celle des autres sites de hauteur étudiés à proximité. La fortification s’installe toutefois sur un sommet déjà occupé à plusieurs reprises depuis le Néolithique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Chevassu, « Larochemillay (Nièvre). Mont Touleur »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 304.

Référence électronique

Valentin Chevassu, « Larochemillay (Nièvre). Mont Touleur » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 07 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17414

Haut de page

Auteur

Valentin Chevassu

Chrono-environnement UMR 6249

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valentin Chevassu

Chrono-environnement UMR 6249

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals