Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainLazer (Hautes-Alpes). La Plâtrièr...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Lazer (Hautes-Alpes). La Plâtrière – Tranche 2

Responsable d’opération : Florian Bonvalot
p. 304-305

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Éveha

Texte intégral

1Le massif de la Plâtrière, culminant à une altitude comprise entre 750 et 800 m NGF, surplombe le village actuel de Lazer ainsi que la ville de Laragne-Montéglin dans les Hautes-Alpes. Les premières observations archéologiques menées sur ce massif où siégeait le castrum de Lazer ont débuté en 1989 sous la direction d'Isabelle Ganet, et se sont poursuivies entre 1990 et 1993. L'abandon de l’exploitation de la carrière par la société Plâtres Lambert et la disparition prématurée de la responsable des fouilles a mis un terme à la poursuite des investigations jusqu'à ce que la société Placoplatre relance le projet d'extraction. En 2006, les résultats du diagnostic réalisé par l'Inrap sous la direction de Patrick Reynaud faisaient état d’un ensemble de vestiges s'étendant sur plus de 25 000 m2 avec des secteurs plus ou moins bien conservés. Une fouille d'environ 11 000 m2, subdivisée en deux tranches, a alors été prescrite par le SRA Provence-Alpes-Côte d’Azur. La première tranche, portant sur la partie la plus occidentale du site, a été fouillée en 2008 sous la direction de Mathilde Tissot (Arkémine). La deuxième tranche a été effectuée entre le 20 juin et le 07 octobre 2016 par la société Éveha.

2D'un point de vue historique, le castrum est mentionné dans les sources écrites pour la première fois le 11 mai 1183 (cappellam de Castro Lazari) et à partir du xiiie s. il est la possession des évêques de Gap, malgré les pressions du Dauphin qui prend le castrum en 1255, puis entre 1451 et 1452. Entre-temps, Guilhem Camisard, chef de bande routier, s’empare du château entre 1391 et 1392. Ces trois temps forts ont certainement contribué à remodeler la trame de l’habitat, comme l’attestent les différentes phases de constructions identifiées lors de cette dernière campagne, ainsi que les nombreux boulets de pierre retrouvés sur le site et dans la construction des bâtiments. Vers 1500, un témoignage souligne la fin du rayonnement de Lazer et le début d’un long processus de déclin du site.

3En 2016, les datations ont confirmé la présence d'une occupation protohistorique, que l’on peut situer entre la fin du premier et le début du second âge du fer. De même qu’en 2008, la présence récurrente de fragments de céramique en position résiduelle a été identifiée dans le comblement des espaces bâtis ainsi qu’un horizon stratigraphique antérieur à leur création. Il a livré du mobilier céramique de l'âge du fer et pourrait faire écho au niveau daté en 2008 par 14C. Enfin, une structure excavée de type silo, recoupée par des structures médiévales, a livré du mobilier céramique au sein d'un niveau détritique, tegulae et mobilier céramique en position résiduelle témoignaient de la période antique.

4L’occupation médiévale la plus représentée, d'après le mobilier archéologique, est sans conteste celle comprise entre la fin du xiiie et le xve s. Les éléments de datations antérieurs au xiiie s. sont très sporadiques. Seule la batterie de datations 14C effectuée sur les charbons contenus au sein des mortiers montre clairement l'existence de plusieurs horizons au sein des constructions : le plus ancien semble remonter à la seconde moitié du xiie s. Les vestiges fouillés en 2016 correspondent majoritairement au dernier état du site avant son abandon. Des indices de datations courent jusqu'au xvie s. La mise en place d'un système de murette agropastorale et de sentiers au cours des périodes modernes et contemporaines correspond très certainement à la dernière grande anthropisation du site.

5Le secteur étant très érodé, l'apport de la stratigraphie demeure extrêmement limité. La dynamique de comblement des espaces bâtis et des pièces est récurrente : occupation, abandon et/ou démolition puis colluvionnement, des comblements viennent parfois s’y ajouter. Pour cette campagne, mis à part quelques rares exceptions, les espaces bâtis identifiés sont en grande partie aménagés dans le substrat gypseux puis subdivisés en plusieurs pièces. Les espaces façonnés dans le gypse servent majoritairement de soubassements aux murs mais également de niveaux de sol au sein des pièces. Ils alternent avec les sols en terre battue très majoritaires. Les parements internes ou externes des murs sont construits avec des moellons aux dimensions diverses et dotés d’un appareillage composé de gypse ou de marne brun clair et gris bâti, suivant des assises régulières ou irrégulières. Les joints sont principalement gras et pleins et exclusivement réalisés dans un mortier de gypse comportant au moins cinq teintes. Seulement une partie des espaces bâtis était dotée d'un étage supérieur. Sur ce dernier point, nos observations rejoignent celles de nos prédécesseurs. Pour certaines pièces, la présence de nombreux fragments de plâtre comportant des empreintes de lamelles en bois permet d'envisager l'hypothèse selon laquelle les niveaux supérieurs étaient matérialisés par des plafonds de plâtre coulé sur des clayonnages en bois. De ces planchers hourdés où les entre-deux des solives étaient remplis de plâtre, il ne demeure que des résidus. Certaines pièces étaient vraisemblablement enduites au même titre que les parois des cuves maçonnées. La faible quantité d'éléments de terre cuite architecturale corrélée à l'absence de toiture effondrée n'a pas permis de trancher sur les modalités et les types de couverture utilisés à Lazer.

6La campagne de 2016 a également permis de découvrir la première pièce troglodytique du site et de constater que l'ensemble des ouvertures (fenêtres, portes, etc.) avaient été bouchées volontairement. Implicitement, cet élément suggère que des espaces bâtis ont été sciemment condamnés avant leur abandon définitif : un paramètre qui pourrait largement expliquer la faiblesse quantitative du mobilier recensé. La fouille a également permis de reconsidérer certaines interprétations relatives à la fonction véritable et à la nature du contenant des aménagements quadrangulaires en plâtre et des cuves maçonnées dotées parfois de bouchons encore en place. Les nombreux vestiges témoignant de la gestion et de la récupération des eaux pluviales, identifiés lors de cette dernière campagne, sont devenus une problématique majeure des recherches. Enfin, le dernier point important parmi ces résultats concerne la découverte de tout un système d'excavations et d'anfractuosités façonné dans le gypse, matérialisant au sol d'anciens aménagements sur poteaux dont la nature reste à déterminer. La présence d'un premier état sur poteaux, qui pourrait traduire l’existence d’un village de carriers, est également l’un des enjeux majeurs du site.

7Le mobilier recueilli en 2016 varie beaucoup d'un point de vue quantitatif et qualitatif. Les différentes campagnes de fouilles antérieures ont livré un matériel archéologique similaire : céramique, verre, mobilier lithique, quelques monnaies et objets métalliques ainsi que des restes de la consommation alimentaire. La ou les fonctions des espaces bâtis, qu'ils soient étagés ou non, demeurent très incertaines : logement, stockage de denrées, étable, activité artisanale ; ou encore, de façon très schématique et réductrice, ateliers, étables au rez-de-chaussée et pièce de vie à l'étage ? Seul un travail exhaustif sur l'ensemble du site permettrait de distinguer et de voir à terme si des quartiers artisanaux se distinguent.

8Aujourd'hui, au pied de la partie castrale on recense, sur sept niveaux de terrasses, environ 4 ha de surfaces bâties fouillées intra-muros : une enceinte et des îlots d’habitations comportant au moins 250 espaces aménagés dont un troglodytique, soit environ un millier de murs (sans compter les cloisons, portes, fenêtres, escaliers, niches, banquettes, placards, foyers, potagers, etc.), des cheminements, des ruelles, des places, des structures artisanales de type fours et forges, des aires de travail et de gâchage du mortier de plâtre, des fronts de taille, une centaine de citernes et de rigoles liées à la récupération des eaux pluviales, phénomène définitivement attesté lors de la campagne de 2016, ainsi que des aires d’ensilages à ciel ouvert comportant plusieurs centaines de silos. À cela s'ajoutent les centaines d'excavations recensées en 2016 matérialisant vraisemblablement un premier état sur poteaux dont la datation demeure indéterminée.

9En l’état, l’analyse et la synthèse des données de la fouille de 2016 sont bien évidemment tributaires d’une reprise complète des données antérieures, de l’avancement de certaines études encore en cours et des nouvelles expertises à mener pour permettre de définir les caractéristiques et les fonctions de ce castrum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Bonvalot, « Lazer (Hautes-Alpes). La Plâtrière – Tranche 2 »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 304-305.

Référence électronique

Florian Bonvalot, « Lazer (Hautes-Alpes). La Plâtrière – Tranche 2 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17418

Haut de page

Auteur

Florian Bonvalot

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Bonvalot

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search