Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainSaint-Jean-de-Folleville (Seine-M...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Saint-Jean-de-Folleville (Seine-Maritime). L’éperon barré de Radicâtel

Responsable d’opération : Mathieu Guyot
p. 306-307

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : groupe archéologique du Val de Seine

Texte intégral

1L'intervention archéologique menée du 10 au 22 juillet 2017 sur le promontoire du « Câtelier », à Radicâtel, s'inscrit dans la continuité d'un master recherche soutenu en juin 2016 à l’université de Rouen. Son objectif premier est la datation de l'éperon barré, qui passe pour être une fortification rurale du haut Moyen Âge. L'étude archéologique vise à mieux cerner ce type d'implantation dans la région et à renouveler une documentation archéologique essentiellement tournée vers les études castellologiques de la période ducale.

2Il est, non loin de Tancarville et à quelques minutes de Lillebonne, un vaste territoire s'échappant du plateau du pays de Caux (Gouberville). Enserré dans les bois, il domine au sud l'estuaire de la Seine et s'ouvre sur son immense plaine alluviale. Là réside toute la singularité du petit village de Radicâtel. La bourgade, blottie en contrebas de la falaise morte, est un ancien village-rue qui fusionna au début du xixe s. avec la commune de Saint-Jean-de-Folleville située sur le plateau.

3C'est en plongeant à travers les rebords boisés et sinueux de la falaise, à l'ouest du village, que l'on peut découvrir l'énigmatique éperon barré de Radicâtel. Le promontoire, qui domine la plaine alluviale de la Seine d'une quarantaine de mètres environ, est séparé du plateau par deux étroites vallées s'enfonçant à l'intérieur des terres ; un vallon de moindre importance, au milieu duquel coule un ru, recoupe la racine de l'éperon de telle sorte que la colline ne se trouve plus rattachée aux hauteurs voisines que par une arête rocheuse très étroite. Celle-ci est protégée par un rempart de terre à l'ouest côté plateau, une importante levée de terre de forme tronconique à l'est côté éperon, et enfin une falaise abrupte au sud côté vallée. Les versants de l'éperon sont taillés en gradins et en terrasses, formant de bas en haut une succession de replats et de ressauts. Le versant nord, le plus exposé, comporte successivement un fossé, un chemin encavé, un ressaut, une première terrasse et enfin une plateforme sommitale. Ces reliefs sont quelque peu perturbés par l'ajout de cheminements transversaux récents (rampes).

4Le territoire actuel de Saint-Jean-de-Folleville, riche de vestiges diachroniques, interpelle érudits et archéologues depuis le xixe s. En raison de sa position stratégique, l'éperon barré de Radicâtel revêt, quelle que soit sa datation, une importance majeure. Il n'est pas exclu que le promontoire de Radicâtel ait pu accueillir plusieurs occupations. Le phénomène de l'habitat de hauteur fortifié, connu dès le Néolithique, est récurrent à travers toute la période protohistorique puis médiévale et il est courant que certains sites soient réoccupés, même ponctuellement, tout au long de ces périodes. Une évaluation archéologique du site est apparue comme indispensable pour déceler un éventuel habitat de hauteur.

5Depuis 2014, l'éperon barré de Radicâtel a subi diverses investigations mêlant des approches historiques, topographiques, géophysiques et archéologiques. Les sondages réalisés en juillet 2017 constituent la première approche archéologique. Si l'objectif de l'opération était d'acquérir les premières indications stratigraphiques et chronologiques, ce fut également l’occasion de faire la synthèse la plus complète possible des sources archivistiques et des données historiques et archéologiques anciennes. Au total, cinq sondages archéologiques ont été réalisés. La plateforme sommitale de l'éperon étant susceptible de porter des traces d'occupation, trois sondages y ont été implantés. Ces derniers ont été dictés par la présence de plusieurs anomalies topographiques. Un quatrième sondage a été ouvert perpendiculairement au creusement de type fossé situé sur l'amorce du promontoire, sur le versant nord. Enfin, un dernier sondage a été ouvert sur le sommet de la motte, de manière à fouiller un quart de la plateforme.

6À l'issue de cette première campagne de fouille, on constate que l'état de conservation des niveaux archéologiques antérieurs à l'époque moderne semble très faible. Tout porte à croire que la terrasse sommitale a été en grande partie nivelée et les matériaux terrassés. Il semble que l'éperon ait été réaménagé en parc et lieu de promenade dominicale au cours du xixe s. Les données obtenues sur la plateforme sommitale du site ne concernent qu’un peu plus de 20 m². Si l'on estime la superficie de la terrasse entre 5 200 et 5 400 m², il apparaît que seuls 0,4 % ont été appréhendés. Les sondages ont livré très peu de mobilier, la céramique présente un état de conservation médiocre et aucun élément ne permet d'établir une datation fine. Les tessons découverts suggèrent une occupation de l'éperon à l'époque gauloise, sans pouvoir être plus précis. Seul un tesson, à pâte blanche, évoque le haut Moyen Âge. En définitive, par leur exiguïté, les tranchées soulèvent plus de questions qu'elles n'apportent de réponses. Il est temps d'envisager une nouvelle approche afin d'aller plus loin dans la compréhension du site et cela passe par une éventuelle opération de plus grande envergure sur le rempart de terre qui barre la racine de l'éperon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Guyot, « Saint-Jean-de-Folleville (Seine-Maritime). L’éperon barré de Radicâtel »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 306-307.

Référence électronique

Mathieu Guyot, « Saint-Jean-de-Folleville (Seine-Maritime). L’éperon barré de Radicâtel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17434 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17434

Haut de page

Auteur

Mathieu Guyot

groupe archéologique du Val de Seine

Haut de page

Responsable d’opération

Mathieu Guyot

groupe archéologique du Val de Seine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search