Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainSorgues (Vaucluse). Rue Frédéric-...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Sorgues (Vaucluse). Rue Frédéric-Gonnet

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 308

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : service d'archéologie du département de Vaucluse

Texte intégral

1Un diagnostic d’archéologie préventive a été réalisé par le Service d’Archéologie du département de Vaucluse à Sorgues, rue Frédéric-Gonnet, en juin 2017. Cette prescription fait suite au projet de création de logements sur une parcelle située aux abords du rempart médiéval défendant la cité.

2Un seul sondage a été réalisé sur 187 m2 de terrain. La stratigraphie montre des remblaiements importants ainsi que des dépôts alluvionnaires provenant des inondations de l’Ouvèze. Le sondage a livré deux passages couverts maçonnés axés N-S identifiables aux anciens fossés protégeant l’enceinte. Ces deux canaux sont en partie comblés par des couches argileuses présentant un pendage vers l’est. Sous ces couches argileuses, un niveau maçonné pouvant correspondre au niveau d’écoulement des eaux a été observé. Ces deux canaux étaient primitivement à ciel ouvert. Au xviiie s., la communauté de Sorgues décide de vendre la bande de terrain située entre le fossé et le rempart, l’espace s’urbanise peu à peu. Certains propriétaires obtiennent le droit, pour soutenir le terrain, de surélever les murs bordant le fossé « jusqu'à la hauteur du grand chemin ». Ainsi, le fossé est transformé en canal et, par la suite, couvert. Ce fossé public possédait un exutoire vers l’Ouvèze comme en témoigne le plan cadastral qui signale la présence d'un fossé perpendiculaire à la route nationale no 7, qui se poursuit jusqu'à l'Ouvèze.

3Le sondage a mis au jour les vestiges de ce canal maçonné axé E-O.

4Ce dernier est constitué d’une maçonnerie divisant l’espace en deux et sur laquelle reposent des dalles posées à plat. Le conduit de droite est complètement bouché et aucune observation n’est possible. En revanche, il est possible d’observer dans le conduit de gauche, en partie comblé, un arc de renfort dans une maçonnerie d’une grande qualité architecturale. Il pourrait s’agir d’une maçonnerie de renfort de l’enceinte du xive s., probablement une tour. La courtine était située plus à l’est, car le sondage a mis en évidence qu’il existait une bande de terre entre le fossé et l’enceinte. De ce côté, l’enceinte possédait un accès dénommé le portalet, que les textes du xviiie s. signalent. Il est donc probable qu’à proximité de ce portalet existait une tour défendant cet accès.

5Le sondage n’a pas livré de mobilier, hormis quelques éléments contemporains ; cela s’explique par l’écoulement important des eaux des canaux qui ont évacué tout élément présent. Une datation certaine est donc impossible ; cependant, ces aménagements ne sont pas sans rappeler ceux présents à Avignon et notamment au niveau de la tour de la Pyramide, à l’emplacement où la Sorgue de la rue des Teinturiers traverse le rempart.

6Le point de jonction des canaux N-S et E-O devait être primitivement à ciel ouvert, comme en témoigne un piédroit dans le canal sud. Un arc en brique, de facture moderne, a été aménagé pour pouvoir soutenir des dalles de couverture.

7Enfin, du côté est, le sondage a livré un dallage présentant une pente vers l’ouest et correspondant au fond maçonné d’une rigole amenant l’eau : ce dispositif permettait d’acheminer l’eau à l’endroit où les deux passages couverts axés N-S se rejoignent. Il semble correspondre à la rigole d’évacuation de la fontaine publique visible sur le plan cadastral napoléonien et située devant la maison consulaire. Cette rigole utilisait la ruelle du portalet pour franchir les courtines et évacuer l’eau dans le fossé public.

8Par la suite, et en fonction des projets de l’aménageur, les travaux à venir ne devraient pas nécessiter la réalisation d’une fouille archéologique préalable.

Sorgues, rue Frédéric Gonnet, vue de l’arc situé dans le conduit axé E-O et pouvant appartenir à une structure médiévale.

Sorgues, rue Frédéric Gonnet, vue de l’arc situé dans le conduit axé E-O et pouvant appartenir à une structure médiévale.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Sorgues, rue Frédéric Gonnet, vue de l’arc situé dans le conduit axé E-O et pouvant appartenir à une structure médiévale.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Sorgues (Vaucluse). Rue Frédéric-Gonnet »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 308.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Sorgues (Vaucluse). Rue Frédéric-Gonnet » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17454

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

service d'archéologie du département de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

service d'archéologie du département de Vaucluse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search