Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Val-Revermont (Pressiat) (Ain). Mont-Châtel

Responsable d’opération : David Billoin
p. 309-310

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Alpara

Texte intégral

1La deuxième année de la fouille pluriannuelle (2016-2018) conduite sur l’établissement de hauteur du haut Moyen Âge du Mont-Châtel a porté notamment sur l’habitat, avec l’étude de deux bâtiments : l’un découvert sur le versant ouest, l’autre adossé à l’église funéraire. Le nouveau bâtiment en pierre, implanté sensiblement entre les deux églises et en contrebas sur le versant ouest, a un plan rectangulaire de 6 × 11 m, il est composé de deux pièces asymétriques étagées sur la pente. Une entrée à l’ouest oriente vers la terrasse inférieure qui ceinture l’occupation dont la construction est beaucoup plus grossière que celles des édifices religieux et intègre d’imposants blocs d’un type de calcaire absent sur le mont. Si un doute subsiste sur une élévation complète en pierre à cause de l’érosion et d’une possible récupération des matériaux, la tuile présente dans la couche de démolition atteste bien une toiture de ce type. Un four domestique creusé dans la roche occupe l’angle interne de la plus grande des pièces. Ses dimensions (1,05 × 0,95 m) suggèrent une possible utilisation comme four à pain. Des fragments de briques peignées et d’un claveau en tuf peuvent provenir d’une voûte. Un autre bâtiment prend appui contre le mur gouttereau nord de l’église funéraire et associe un mur en pierre, trois trous de poteau et un aménagement en creux dans le socle rocheux. Il correspond à une construction mixte quadrangulaire, adaptée au pendage de la roche. Son comblement a livré un matériel relativement abondant et variés (faune, céramique, récipients en verre et en pierre ollaire, instrumentum). Une meule en grès et des déchets d’industrie osseuse révèlent les activités quotidiennes et artisanales pratiquées au sein de l’établissement. L’implantation de ces bâtiments et leurs modes de construction, associés aux multiples anomalies du microrelief sur ce versant, laissent présager une forte densité de constructions.

2L’élargissement de la fenêtre de sondage au nord de l’église a permis de prolonger le plan de l’édifice par l’adjonction de trois annexes de taille très similaire, disposées en enfilade depuis le chœur. Ces dernières sont aménagées dans la roche qui fait office de niveau de sol, les maçonneries étant très lacunaires en raison de l’érosion. Celle accolée au chœur révèle une occupation funéraire très dense, des sépultures sous dalles emplissent l’intégralité de la pièce avec des orientations différentes (E-O et N-S), et témoignent d’une gestion rigoureuse de l’espace dans un souci de gain de place.

3Le modeste édifice en pierre construit près de l’église nord s’installe sur une aire funéraire qui vient s’y adosser. D’une emprise réduite à environ 200 m2, elle comprend apparemment deux rangées de tombes (une trentaine estimée au total) dont certaines sont curieusement accolées. Une des tombes peut être considérée comme privilégiée par une architecture particulière : un revêtement intérieur peint en rouge et un dépôt de mobilier. Elle a d’ailleurs été pillée et surtout, elle a été intégrée à l’intérieur de ce petit bâtiment dont l’implantation s’effectue avec soin parmi ces tombes et dont un mur au moins s’appuie sur une série de couvercle de sépultures, malgré l’effondrement d’une de ces couvertures. Par les relations qu’il entretient avec les tombes et avec l’église d’une certaine façon, cet édifice est interprété comme un bâtiment mémoriel. L’hypothèse est confortée par la découverte de deux fragments d’une épitaphe en calcaire à proximité immédiate, ce qui constitue une découverte exceptionnelle au regard de la rareté de ce type de vestiges, notamment en dehors des centres urbains. La question d’un aménagement antérieur expliquant l’attraction exercée sur les tombes accolées reste posée, à moins que la sépulture privilégiée soit à l’origine de cette polarisation spatiale. Un élargissement de la fenêtre de sondage sera donc nécessaire pour répondre à ces questions. Les sépultures étudiées, tant celles dans l’aire funéraire adossée à l’église nord que celles de l’église funéraire, présentent des architectures classiques, en usage dans le domaine romano-burgonde, avec une prédominance pour l’emploi du coffre naviforme caractérisant les édifices religieux. Des cas de réouvertures de tombe sont reconnus, l’un lié au pillage de la sépulture privilégiée, la seule dotée de mobilier funéraire, l’autre avec manifestement un prélèvement localisé d’ossements dans une tombe et des dalles de couvertures replacées à leur place initiale. Ces gestes renvoient à des pratiques particulières qui posent question dans cet environnement.

4Les vestiges d’un autel ont été documentés par une fouille complète du sanctuaire avant rebouchage définitif. De forme rectangulaire de 0,65 sur 0,90 m, il est placé au centre de l’espace sacré. L’effondrement de nombreux blocs de tuf entre l’autel et le mur de fond du chœur situe une ouverture qu’il est possible de restituer par l’étude de ces éléments architecturaux, à savoir une baie se présentant, côté intérieur, comme une arrière-voussure, prolongeant l’ébrasement des piédroits. En revanche, les éléments de vitrail ont manifestement été récupérés avant démolition, ce qui explique l’absence de fragment et de résille en plomb.

Val-Revermont (Pressiat), Mont-Châtel, vue aérienne de l'église mérovingienne au nord de l'éperon.

Val-Revermont (Pressiat), Mont-Châtel, vue aérienne de l'église mérovingienne au nord de l'éperon.

Cl. D. Billoin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Val-Revermont (Pressiat), Mont-Châtel, vue aérienne de l'église mérovingienne au nord de l'éperon.
Crédits Cl. D. Billoin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin, « Val-Revermont (Pressiat) (Ain). Mont-Châtel »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 309-310.

Référence électronique

David Billoin, « Val-Revermont (Pressiat) (Ain). Mont-Châtel » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17466

Haut de page

Auteur

David Billoin

université Paul-Valéry-Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

université Paul-Valéry-Montpellier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals