Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Vallerois-le-Bois (Haute-Saône). Château de Valleroy

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 310

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Éveha, SG Investigations Archéologiques

Texte intégral

1L'intervention archéologique menée au château de Valleroy sur la commune de Vallerois-le-Bois en Haute-Saône s'est déroulée sur deux années, 2016 pour le terrain et 2017 pour la post-fouille. La fouille concernait l'emprise de la basse cour, c'est-à-dire toutes les constructions au NE de la haute cour, de la cour et des logis. Elle a été réalisée à la demande des propriétaires du château.

2Tous les parements des maçonneries de l'entité de la basse cour ont fait l'objet d'un examen et d'un relevé, à l'exception des maçonneries masquées par la végétation ou d’autres matériaux qui bloquaient l'accès. Ces analyses ont mis en évidence huit phases de construction, dont quatre phases principales. Elles concernent la construction primitive bâtie entre 1348 et 1426, le développement de la basse cour dans les années 1590, une phase de reconstruction vers les xviie-xviiie s. et les stabilisations engagées depuis les années 1990.

3La construction de la basse cour primitive prend place entre 1348 et 1426. La fouille archéologique de 2011 prouve que les tours aux angles de la cour haute sont installées avant 1426, mais que les courtines sont déjà présentes avant. La haute cour et le logis sont érigés au cours du xive s., sans autre précision, alors que la courtine orientale de la basse cour a pour terminus ante quem la date de 1348, selon la datation radiocarbone effectuée sur la sépulture découverte en 1998, au moment de la fouille du vide sanitaire du quartier Vaudrey. La basse-cour primitive n'adopte donc pas le tracé actuel. Sur le flanc oriental, les maçonneries du logis témoignent de la continuité des constructions à l'emplacement des communs. L'implantation ancienne est donc avérée mais elle n'est pas fonctionnellement identifiée. Les données architecturales sont insuffisantes et les fouilles archéologiques de 1996 réalisées par la Shaarl ne permettent pas de dire s'il s'agissait d'un bâtiment, de plusieurs bâtiments ou d'une courtine. Une première basse-cour est créée après 1348 (date 14C) mais avant la prise de possession par les Vaudrey (1526). Les analyses de la porterie et de la courtine orientale attestent l'existence d'une première cour dont la porterie ferait l'angle NO et dont la surface en serait réduite d'un tiers.

4À partir de 1526, la famille Vaudrey engage de lourds travaux dans le château. La basse cour est développée dans les années 1590 comme le prouve le millésime de « 159- » sculpté sur la façade de la porterie. Tous les agrandissements occidentaux sont liés à cette phase de travaux, notamment la construction des façades du quartier Vaudrey. Les logis nord et les deux tours nord sont eux aussi construits dans cette même phase de travaux. La cour primitive est conservée mais on lui adjoint des communs et des espaces connexes sur son flanc nord. La physionomie de la basse cour actuelle est donc créée pendant cette importante phase de travaux.

5Au cours des xviie-xviiie s., une série de reconstructions est perceptible sur les communs nord et plus particulièrement sur la courtine. Toute l'extrémité ouest du château est ainsi reprise sans que nous puissions en connaître les causes. Les maçonneries les mieux conservées, comme la courtine, montrent que de multiples aménagements mineurs ont été réalisés et que la dernière phase de grands travaux date des années 1990. Ces stabilisations furent menées par les propriétaires actuels dans le but de sauvegarder les vestiges du bâti.

6L'étude de la basse cour permet de mieux connaître l'évolution architecturale d'un édifice de taille modeste et montre comment un château est devenu une demeure. Le développement moderne est maintenant assez bien cerné avec l'étude en 2002 de la tour maîtresse. La construction primitive n'est en revanche que partiellement atteinte par les investigations. De plus, en complément des réponses apportées par l'archéologie du bâti, des datations archéométriques sur le logis permettraient de préciser la date de son installation. Un certain nombre de questions restent en suspens, par exemple l'absence de fossé et le lieu d'implantation de la tour maîtresse primitive. Ainsi, malgré plusieurs investigations, Valleroy suscite encore de nombreuses interrogations sur son organisation et son évolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Vallerois-le-Bois (Haute-Saône). Château de Valleroy »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 310.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Vallerois-le-Bois (Haute-Saône). Château de Valleroy » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 07 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17470

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Archimède UMR 7044

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Archimède UMR 7044

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals