Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Koungou (Mayotte). M'Tsanga Miangani

Responsable d’opération : Marine Ferrandis
p. 313-314

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Drassm

Texte intégral

1Cette opération programmée de diagnostic archéologique, effectuée sur le littoral de Koungou à M’Tsanga Miangani, fait suite à une intervention de relevé stratigraphique en décembre 2015. Quatre tombes en grande partie détruites par l’érosion marine avaient été identifiées dans la coupe du talus côtier. L’analyse chronologique de la céramique découverte en stratigraphie avait permis d’identifier une occupation de la période du xie-xiiie s., illustrée par les influences stylistiques des phases Dembeni (la plus ancienne de l’île, ixe-xie s.) et Hanyoundrou (xie-xiiie s.).

2La fragilité du site, impacté continuellement par les grandes marées, a motivé en 2017 une intervention archéologique plus poussée, visant à fouiller les sépultures en coupe pour leur conservation et l’étude des rites funéraires. Des sondages ont été réalisés sur l’ensemble du plateau côtier, d’une superficie d’environ 750 m2, afin d’évaluer l’emprise du cimetière. Les objectifs étaient également d’affiner la chronologie du site et de fouiller une sépulture située sur la plage et en grande partie détruite.

3L’opération s’est effectuée sur dix jours en juin 2017. Six sondages d’une superficie totale de près de 52 m² ont été ouverts par assistance mécanique, puis fouillés manuellement dès l’atteinte des vestiges. La morphologie du site, marquée par de forts dénivelés positifs pouvant atteindre plus de 4 m, a, par endroits, fortement contraint la fouille et l’analyse.

4La découverte de six sépultures a permis de constater une étendue du cimetière sur près de 18 m à l’est et 6 m au sud, suggérant une superficie minimum de 108 m². Les tombes présentent une orientation particulièrement variée et se caractérisent en surface par un enclos rectangulaire de dalles (basalte, beach-rock ou corail) fichées à la verticale dans le sol, en rang simple ou parfois double. Ces observations se retrouvent dans d’autres sites funéraires à Mayotte, datés de la même période, tels que Bagamoyo et Antsiraka Boira.

5Le squelette de la sépulture fouillée sur la plage était incomplet, seuls les ossements des membres inférieurs, de la main et du bassin droit ont pu être étudiés. L’analyse anthropologique a permis d’identifier une femme âgée de plus de 60 ans, inhumée en position dorsale, les jambes en extension et orientée NNO-SSE, les pieds au SSE. Elle était parée d’une ceinture de perles en pâte de verre et coquillage, témoins des échanges commerciaux pratiqués entre l’Afrique et la zone indopacifique. Le remplissage superficiel de sa tombe conservait une coupelle en terre cuite, d'un diamètre de 10 cm, décorée d'un engobe rouge ; les analyses chimiques de cette céramique ont permis d'identifier des molécules de viande et de fruit, suggérant ainsi son usage comme offrande alimentaire.

6La mixité de ces cultes funéraires rappelle les études effectuées sur la nécropole d’Antsiraka Boira, qui mettent en évidence un syncrétisme culturel où l’islam tend progressivement à s’imposer comme religion principale.

7Une structure de moellons de corail scellés au moyen d’un mortier de chaux grossier a été découverte dans l’angle SO d'un sondage, associée à un tesson de céramique de la période Dembeni. Sa fonction pourrait être liée à de l’habitat de même qu’à un lieu de culte voué à l’islam au vu de l’orientation des murs, NNE-SSO. Le niveau d'occupation du cimetière, d’une épaisseur d’environ 0,40 m, comportait, outre des vestiges mobiliers isolés (céramiques, perles, ossements de poissons et d’animaux terrestres), un amas détritique de coquillage concentré autour d’une dalle en beach-rock, témoin d’activités domestiques liées à la pêche. C’est la première fois qu’un tel dépôt halieutique est mis au jour à Mayotte. L’analyse des coquillages par un conchyliologue suggère que ces derniers ont été prélevés sur le littoral à marée basse ou le long de la barrière de corail. L’état très fragmentaire des coquilles montre qu’elles ont été fracassées par percussion directe au moyen de blocs de pierres présents dans l’assemblage, la dalle ayant servi de support. L’absence de foyer ou de charbon de bois sur le site conduit à penser qu’une fois extraits de leurs coquilles, les mollusques auraient été transportés jusqu’au village pour leur consommation en partage.

8L’évaluation chronologique de 2015 a été confirmée par des analyses 14C et par l’apport de nombreux tessons de céramique locale mais aussi d’importation, tels le chloritoschiste (pierre ollaire d’origine malgache) et la céramique islamique de type sgraffiato. En outre, la découverte hors stratigraphie de deux tessons de la phase Tsoundzou suggère une réoccupation des lieux au xixe s.

9L’ensemble des vestiges archéologiques mis au jour dans les sondages est scellé entre 0,40 m et 1,40 m de remblais anthropiques. Leur vulnérabilité n’est donc pas manifeste. En revanche, deux tombes situées en bordure de la coupe et exposées à l’impact érosif de la nature et de l’homme, sont en grand danger de dégradation. Une troisième intervention sur le site est donc à envisager, mais devra s’accompagner d’une solution de protection pour le plateau côtier.

Koungou, M'Tsanga Miangani, sépulture féminine datant du xie s.

Koungou, M'Tsanga Miangani, sépulture féminine datant du xie s.

Cl. M. Ferrandis, 2017

Haut de page

Table des illustrations

Titre Koungou, M'Tsanga Miangani, sépulture féminine datant du xie s.
Crédits Cl. M. Ferrandis, 2017
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Ferrandis, « Koungou (Mayotte). M'Tsanga Miangani »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 313-314.

Référence électronique

Marine Ferrandis, « Koungou (Mayotte). M'Tsanga Miangani » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17507

Haut de page

Auteur

Marine Ferrandis

association Archéologies

Haut de page

Responsable d’opération

Marine Ferrandis

association Archéologies

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals