Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
V. – Installations artisanales
V. A1. – Céramique, terres cuites, verrerie : opérations de terrain

Barbery (Calvados). Les tuileries de Barbery

Responsable d’opération : Jean-Baptiste Vincent et Anne Bocquet-Liénard
Notice rédigée avec Adrien Dubois
p. 323-324

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Craham

Texte intégral

1L’enquête pluridisciplinaire – équipe composée de chercheurs de deux laboratoires de l’université de Caen (Craham UMR 6273 et LETG-Caen UMR 6554) et du service archéologie du département du Calvados et de l’Inrap – commencée en s’est poursuivie en 2017. Parmi les nombreuses anomalies interprétables comme des fours mises en évidence par la prospection magnétique en 2016, beaucoup ne figuraient pas sur le plan de 1783, ce qui suggérait qu’il pouvait s’agir de fours antérieurs à cette date. Deux d’entre elles, très proches l’une de l’autre, présentaient des dimensions différentes qui pouvaient être liées à celles des structures ou à leur enfouissement relatif. Un espace de 403 m2 comprenant ces deux anomalies a donc été fouillé en 2017.

2Les deux fours mis au jour, à une trentaine de centimètres sous la terre végétale, se distinguent à de nombreux titres. Tout d’abord, ils présentent des dimensions différentes (7 m × 2,50 m pour l’un ; 4,10 × 1,80 m pour l’autre). Ils se distinguent également par leur plan. Si les deux couloirs de chauffe, séparés par un muret central, forment dans les deux cas un rectangle, l’alandier du grand four est ogival, tandis que celui du petit est semi-circulaire. Leur état de conservation, lié à leur mode de construction, est également très différent. Le petit four, construit directement sur le sol naturel, n’est conservé que sur une dizaine de centimètres, tandis que le grand, installé dans une grande fosse réalisée à cet effet, présente encore des élévations de 1,20 m. La datation radiocarbone, confrontée à celle obtenue par archéomagnétisme, (Philippe Lanos et Philippe Dufresne, CNRS, Iramat-CRP2A), permet de situer la dernière cuisson du grand four dans l’intervalle 1416-1448 et celle du petit four dans l’intervalle 1619-1647 avec 95 % de confiance.

3Le grand four se prête, du fait de son état de conservation, à de nombreuses observations. Au sommet du muret central haut d’environ 80 cm, des briques légèrement inclinées, posées à intervalles réguliers, constituaient le départ d’arcs dont l’autre extrémité venait reposer dans des empochements situés dans les murs latéraux du four. Ces arcs composés de briques parallélépipédiques retrouvées dans le comblement du four étaient destinés à soutenir le chargement. Les élévations ne sont cependant pas suffisamment conservées pour que l’on puisse déterminer l’emplacement de l’enfournement et du défournement. En revanche, on y observe les traces de différentes réfections, liées à la dégradation de la paroi à la suite des cuissons répétées. L’installation de ce four dans une excavation et sur un sol argileux a rendu nécessaire la construction d’un système de drainage, observé sur plusieurs mètres grâce à une tranchée (orientée est-ouest) réalisée à la pelle mécanique en direction du ruisseau situé en contrebas.

4Cette tranchée a également permis de documenter plusieurs systèmes de fosses et fossés, sans doute liés à l’extraction ou au travail de l’argile. Cependant, la densité d’établissements mise en évidence dans cet espace par la prospection magnétique n’autorise pas pour l’instant à rattacher ces structures à une unité de production précise. En vue de mieux cerner l’organisation de ces établissements et de repérer en particulier les halles de séchage, les habitations, les dépotoirs et les chemins liés à la production et que la fouille n’a pas permis de révéler, une prospection électrique a été réalisée pendant l’opération. L’analyse des résultats, en cours (Guillaume Hulin, Inrap, METIS), permet d’obtenir la morphologie précise de certains fours et de repérer un grand bâtiment dont la fonction est encore indéterminée ainsi que de nombreuses anomalies encore indéfinies.

5La fouille a permis de récolter un grand nombre de terres cuites architecturales dont l’étude morphologique et métrologique est en cours : tuiles plates à crochet décentré et perforation, tuiles gironnées et faîtières, carreaux de pavement et calles d’enfournement dont l’étude permettra de documenter l’organisation de la charge dans le four.

6D’autres analyses ont été menées en 2017, par Mathilde Perrin qui a effectué son stage de DUT mesures physiques au sein du Craham et du LETG-Caen sur les carottes de matières premières argileuses réalisées en 2016 (observations macroscopiques, analyses granulométriques et analyses chimiques) ainsi que par Marc-Antoine Thierry qui a procédé aux analyses pétrographiques avec la collaboration de Xavier Savary (département du Calvados) des matériaux argileux et des terres cuites architecturales (tuiles, briques et pavés). L’ensemble des résultats semble mettre en évidence l’utilisation d’un seul type de matériau argileux, présent aujourd’hui encore à la Queue de l’étang, là où les sources écrites mentionnaient l’exploitation de l’argile au xvie s. Enfin, une étude d’archives (Adrien Dubois, Craham) a permis d’identifier les étapes, les coûts et les acteurs de la production : tout concourt à mettre en évidence une production proto-industrielle à l’époque moderne ; la question reste ouverte pour le Moyen Âge pour lequel les sources sont beaucoup moins nombreuses.

7L’enquête se poursuivra en 2018 par des études en laboratoire des matériaux utilisés pour la construction des fours et de la diffusion de la production sur les sites d’utilisation de la plaine de Caen.

Barbery, les tuileries de Barbery, vue par drone des deux fours et du drain.

Barbery, les tuileries de Barbery, vue par drone des deux fours et du drain.

Cl. A. Poirier, Arpanum

Haut de page

Table des illustrations

Titre Barbery, les tuileries de Barbery, vue par drone des deux fours et du drain.
Crédits Cl. A. Poirier, Arpanum
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Dubois, « Barbery (Calvados). Les tuileries de Barbery », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 323-324.

Référence électronique

Jean-Baptiste Vincent, Anne Bocquet-Liénard, Adrien Dubois, « Barbery (Calvados). Les tuileries de Barbery » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17598

Haut de page

Auteur

Adrien Dubois

Craham

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Jean-Baptiste Vincent

Normandie Université

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Anne Bocquet-Liénard

Normandie Université

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals