Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
V. – Installations artisanales
V. B3. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines, Wegsheid, Sewen (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s.

Responsable d’opération : Bernard Bohly, Patrick Clerc, Pierre Fluck et Joseph Gauthier
p. 326-328

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Texte intégral

1Le projet collectif de recherche Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. regroupe différentes actions (prospections, sondages et fouilles) qui s’inscrivent dans une volonté de comprendre l’évolution des savoir-faire et l’organisation socio-économique de la production d’argent, cuivre et plomb sur une période de neuf siècles. En 2017, les opérations ont été poursuivies sur deux secteurs : au nord des Vosges moldanubiennes, sur le massif de l’Altenberg et à Sainte-Marie-aux-Mines, qui fait l’objet de plusieurs opérations dirigées par Joseph Gauthier (carreau Sainte-Barbe ; mine Giro), Pierre Fluck (cité ouvrière de Fouchelle) et Patrick Clerc (mine Patris). Ces opérations ont été accompagnées de prospections géophysiques menées par Nicolas Florsch. Sur la bordure méridionale des Vosges, Bernard Bohly a poursuivi ses opérations sur la haute vallée de la Doller, en se concentrant sur les secteurs de Sewen (mine Knapphütte ; mine Leimkritter) et de Wegscheid (mine Reichenberg). La phase extractive est donc à l’honneur avec quatre chantiers souterrains, au-delà de l’étude des techniques d’abattage et des dynamiques d’exploitation, c’est elle qui est la plus à même de poser les bases de la chrono-géographie des exploitations. Le carreau Sainte-Barbe aborde les étapes de traitement du minerai et d’équipement des mineurs pour les xiie, xve et xvie s., et le site de Fouchelle constitue un terrain d’étude exceptionnel des conditions de vie des mineurs aux xvie-xviie s.

2Situées à quelques dizaines de mètres l’une de l’autre, les mines Patris et Giro exploitent deux branches proches du faisceau filonien de l’Altenberg (galère argentifère majoritaire, présence de cuivre gris). Dans la mine Patris, la fouille a concerné la galerie d’allongement du travers-bancs, après passage du filon. Le front de taille final, atypique, témoigne des efforts des mineurs, probablement au xie s., de faire face à des bancs de roche plus dure que les gneiss variés, majoritaires sur ce secteur. Sur le filon, la galerie a été fouillée jusqu’à un puits qui constitue le premier ouvrage pouvant être directement lié à l’extraction de minerai. Sa fouille débutera en 2018. Le phasage chronologique de la mine a un peu évolué. L’essentiel des travaux paraît toujours avoir été réalisé dans la première moitié du xie s., séquence renseignée par l’analyse dendrochronologique d’une planchette en place, et cohérente avec les datations 14C de scories mises au jour sur le carreau de la mine. La fréquentation de la mine au xvie s., déjà connue grâce à la datation par 14C d’un petit foyer en 2016, est confirmée par la datation dendrochronologique de poteaux de soutènement trouvés en place au croisement avec le filon. Malgré cela, cette fréquentation moderne ne semble pas avoir eu de conséquence en matière d’extraction à l’époque moderne. Dans la mine Giro, des travaux ont été réalisés au niveau 0 et au niveau -20 m. En bout de travers-bancs au niveau d’entrée, un puits remontant à la surface sur une hauteur de 12 m a été décombré. Sa large section (1 × 2 m) écarte l’hypothèse d’un puits d’aérage, sans apporter aucune alternative satisfaisante. Une centaine de bois ont été mis au jour à sa base, dont environ la moitié sont ouvragés. Montants et barreaux d’échelle se distinguent et pourront peut-être procurer une première datation par dendrochronologie. Au niveau -20 m, une partie de la galerie sur filon a été fouillée. Y ont été prélevés les raccords métalliques d’un tuyau en bois dont ne subsistent que des filaments ligneux épars. Ce mobilier est à l’étude, partant sur l’hypothèse d’un système d’aérage forcé destiné à alimenter en air les parties profondes de la mine. L’exploration des espaces concernés a permis de réévaluer l’ampleur du réseau, avec un chantier d’extraction descendant jusqu’au niveau -60 m. La topographie du réseau laisse également entrevoir une connexion possible avec une mine voisine dont une partie a été datée du haut Moyen Âge dans les années 1980.

3À Sewen, secteur de la Knapphütte, deux des ouvrages étudiés présentaient des caractéristiques analogues à ceux observés à Enzengesick et datés de la fin du Moyen Âge. On y note l’usage d’une technique particulière de percement : le travail au feu, après préparation à la pointerolle, par une longue saignée destinée à repartir la chaleur. La date obtenue (abattage : automne-hiver 1605-1606) situe avec surprise cet ouvrage peu avant les débuts de l’utilisation de la poudre. Cette ultime étape d’abattage manuel vient donc compléter les résultats des années précédentes et permet progressivement d’acquérir une bonne connaissance de l’évolution des techniques de percement dans la région. Un important mobilier ligneux a été mis au jour, dont une gouttière monoxyle et une auge destinées à l’exhaure, ainsi qu’un manche de couteau composite.

4À Wegscheid, le fort potentiel de la mine Reichenberg présenté l’an dernier n’a été qu’abordé, en raison d’importants travaux de sécurisation du porche. Sur ce site bien renseigné par les archives, deux époques d’exploitation sont connues pour le xvie s. avec un abandon en 1525 et une reprise en 1568. Sur la rive droite du Soultzbach, le boisage de tête du puits Notre-Dame a procuré une fourchette de datations comprises entre 1451 et 1500, ancrant solidement l’exploitation de ce filon dans la seconde moitié du xve s. Dans la mine, un exemple de travail au coin a pu être relevé dans un chantier d’extraction surmontant un puits, sans qu’il soit possible de le rattacher à l’une ou l’autre des périodes d’exploitation. Sur le carreau, une forge minière a été décapée, révélant un ensemble complexe de murs en cours d’interprétation.

5Un autre carreau minier est en cours de fouille, à Sainte-Marie-aux-Mines, sur le site Sainte-Barbe. À la suite d’une prospection magnétique (2015) et de sondages (2016), une zone de fouille extensive a été ouverte dans l’espoir de dégager les vestiges d’une fonderie des xie-xiie s., attestée par des niveaux de scories fayalitiques mises au jour dans une tranchée en 2012. Les premiers niveaux dégagés correspondent à la phase d’activité du xvie s., avec un grand bâtiment de 5 x 9 m de côté comprenant dans l’un de ses angles un foyer de forge. Les niveaux d’occupation ont été dégagés et seront fouillés au cours de la campagne 2018. Une carte électrique a été dressée sur la partie ouest du carreau, révélant la présence d’autres structures bâties probablement en lien avec l’activité minière. Sur la pente de la halde de la même mine, une tranchée profonde a percé les niveaux d’installation de l’atelier minéralurgique du xve s. fouillé entre 2013 et 2016. Elle permet, sans atteindre la base des couches de halde, d’avoir un aperçu de l’important travail de nivellement qui a précédé l’installation de la plateforme au xve s. Ce choix d’implantation interroge toujours. Des indices tendant à l’expliquer seront peut-être découverts au cours de la fouille du plateau de la halde qui a commencé cette année.

6Enfin, la dimension sociale de l’activité minière est explorée sur le site du village ouvrier de la Fouchelle à Sainte-Marie-aux-Mines. La campagne 2017 a vu l’achèvement de la fouille de la partie méridionale de la « rue haute ». Le groupe de maisons F2A comprend deux habitats agencés de manière classique avec deux pièces, cuisine et Stube, soit un plan de base identique à ceux des maisons déjà fouillées. Ils se distinguent néanmoins par des pièces annexes, aménagées en fonction des opportunités du terrain, qui rendent ces logements plus spacieux que la normale. Une étude pétrographique des matériaux de construction a mis en évidence la très grande diversité des pierres utilisées. Les trois-quarts environ sont issus du creusement de la plate-forme. Le quart restant est d’origine plus éloignée, charrié par l’eau depuis différents sommets plus ou moins proches et certainement recueilli à quelques centaines de mètres du site. Un gros bloc de kératophyre de la vallée de la Bruche pose question quant à son acheminement. L’occupation de ces habitats date, comme l’ensemble du village, des xvie et xviie s. Un abondant mobilier domestique a été mis au jour, dont de nombreux carreaux de poêle aux motifs classiques et des taques de cheminée en fonte. Ces dernières figurent des motifs bibliques et étaient probablement intégrées à la structure des poêles. Des éléments mobiliers en lien avec le travail des fonderies attestent de la présence de familles d’ouvriers possiblement logées par les concessions minières dans ce qu’il convient d’appeler une cité ouvrière.

7Depuis l’extraction jusqu’à l’aménagement de l’habitat ouvrier, ce sont différents aspects de la société minière que les opérations de ce PCR renseignent. L’approche environnementale connaît une pause sur le plan écotoxicologique, entre la fin des travaux menés par le laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249) et ceux, tout juste commencés, du LIEC (UMR 7360) sur les milieux aquatiques (dans le cadre du projet Regio mineralia). Une approche innovante, l’analyse par spectrométrie proche infra-rouge (Spir), a néanmoins été menée sur les paléosols fossilisés sous les haldes. Un test a été effectué sur celle de la mine Patris et les premiers résultats sont encourageants. La prairie que l’on connaît de nos jours n’existait pas au temps de l’ouverture de la mine. Cet ensemble de travaux pluridisciplinaires réalisés sur des sites à fort potentiel s’intègre parfaitement dans la dimension transfrontalière du projet Interreg en cours. Les échanges réguliers avec les collègues allemands à l’occasion de workshops communs ont permis de multiplier les éléments de comparaison, notamment dans les domaines minier et minéralurgique. Si aucune opération de type fouille programmée n’existe à l’heure actuelle en Forêt-Noire sur des sites miniers, la mise en commun des connaissances de part et d’autre du Rhin constitue le préalable au montage de projets de ce type. Le PCR Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. favorise donc plus que jamais le développement d’une recherche pluridisciplinaire à l’échelle du Rhin supérieur.

8Ce PCR est majoritairement financé par le Service régional de l’archéologie d’Alsace et le Feder via le programme Interreg V Rhin supérieur (projet Regio mineralia). Il est porté sur les plans administratif et logistique par l’Asepam à Sainte-Marie-aux-Mines et le Groupe archéologique les Trolls à Soultz. Outre les responsables d’opérations, plusieurs chercheurs concourent aux différentes études menées. La prospection géophysique est dirigée par Nicolas Florsch (Ummisco UMI 209), l’étude micromorphologique assurée par Anne Gebhardt (Inrap – LIEC UMR 7360), l’étude paléo-environnementale (Spir) par Damien Ertlen (Live UMR 7362) et les observations pétrographiques conduites par Estelle Camizuli (Edytem UMR 5204). La céramique de poêle fait l’objet de la thèse de Delphine Bauer (Cresat EA 3436). Jean-François Bouvier (Asepam) et Daniel Rudler (Maison de la Géologie) contribuent à la direction de secteurs et à la rédaction des rapports.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bohly, Patrick Clerc, Pierre Fluck et Joseph Gauthier, « Sainte-Marie-aux-Mines, Wegsheid, Sewen (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 326-328.

Référence électronique

Bernard Bohly, Patrick Clerc, Pierre Fluck, Joseph Gauthier, « Sainte-Marie-aux-Mines, Wegsheid, Sewen (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17646

Haut de page

Auteurs

Bernard Bohly

Articles du même auteur

Patrick Clerc

Articles du même auteur

Pierre Fluck

Articles du même auteur

Joseph Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Bernard Bohly

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Patrick Clerc

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pierre Fluck

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Joseph Gauthier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals