Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI. 1. – Opérations de terrainFontaine-le-Port (Seine-et-Marne)...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 1. – Opérations de terrain

Fontaine-le-Port (Seine-et-Marne). Barbeau

Responsable d’opération : Philippe Bonnin
p. 331

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Groupement de recherches archéologiques subaquatiques

Texte intégral

La Seine à Fontaine-le-Port, lieu-dit Barbeau

1Le site de Barbeau à Fontaine-le-Port est localisé en bord de Seine à 70 km en amont de Paris. En 1178, une abbaye cistercienne royale y est consacrée, puis démantelée à la Révolution.

2Des prospections subaquatiques menées au droit du site ont été réalisées en 1998, 2004 et de 2015 à 2017 ; elles ont mené à la découverte de structures fluviales et d’un bateau.

Structures linéaires de pieux

3En rive gauche, il existe une ligne de piquets espacés régulièrement, vue sur environ 15 m, orientée dans l’axe du courant et interprétable comme appartenant à une pêcherie.

4À la suite de fortes crues et d’un phénomène hydrodynamique lié à la configuration de la rive, divers vestiges ont été révélés en rive droite : six gros pieux en chêne, une souche d'arbre, un piquet pointu couché, un grand bois couché en chêne de 3,5 × 0,37 m et divers autres bois couchés. Un des pieux présente deux mortaises non traversantes opposées montrant qu’il s’agit d’une pièce de charpente récupérée. Un autre a été daté des xie-xiie s. (915 ± 15 BP), mais il est postérieur au plus d'une centaine d'années, compte tenu du nombre de cernes de croissance de l'échantillon.

5Cette structure médiévale est un vestige d’une chaussée transversale en biais destinée à dévier et concentrer le courant vers la rive droite où aurait pu se trouver un moulin flottant. Cette hypothèse s’appuie sur un texte de 1229 qui mentionne un tel moulin, un plan de 1738 qui mentionne une ancienne palée interrompue par ce qui semble être un pertuis et une carte de 1848 qui montre un thalweg compatible avec cette situation.

Bateau médiéval

6En 2015, une épave de bateau entièrement recouverte d’une épaisse couche de pierraille a été découverte au même endroit, par 3 m de fond. Elle a été partiellement reconnue lors des observations et des sondages réalisés en 2015, 2016 et 2017.

7Il s’agit d’un bateau dont la technique d'assemblage, dite à « bordé premier », d'origine scandinave, a été utilisée durant tout le Moyen Âge et particulièrement en Europe du Nord. Le bateau est bordé à clin riveté, monté sur une quille dans un premier temps, puis garni de membrures ajustées à la forme du profil intérieur. Il est daté du xiiie s. (760 ± 35 BP).

8La quille est plate et large. Les bordages font de 2 à 2,5 cm d’épaisseur et sont assemblés entre eux par des rivets en fer bien conservés. L’étanchéité est réalisée par lutage au poil animal. Les membrures ont une section de 12 à 15 cm et celles qui ne sont pas monoxyles sont munies d’allonges axiales.

9Le bateau est orienté dans le sens du courant, la proue à l’aval. En traçant une enveloppe à partir de ce qui a été vu, on peut estimer que sa longueur est d’au moins 15 m, son maître-bau d’environ 4 m pour un creux de 0,77 m. C’est donc un bateau à faible tirant d’eau dont le fond est bombé.

10La poupe est endommagée car elle a dû être exposée directement au courant avant d’être recouverte. La quille y est érodée, l’étambot absent et le bordé disparu ou défoncé. Ailleurs, les pièces entrevues sont en place et intactes mais un peu désolidarisées sous le poids des pierres et du gravier. Attendu que l’aval, pas encore reconnu, est recouvert d’une épaisse couche protectrice, son état de conservation pourrait être bon.

11La coque montre des réparations par planchettes clouées, destinées à restaurer l’étanchéité. La présence d’ébauches de pièces en bois et de copeaux montre qu’il était probablement en cours d’entretien. Ces indices ainsi que le bon état de conservation pourraient témoigner d’un naufrage catastrophique suivi d’un enfouissement rapide.

12La forme du bateau est abondamment répandue dans l’iconographie médiévale, avec une tonture prononcée, notamment du xiiie s. au xve s., où l’on voit nettement les têtes de rivets en fer, caractéristiques du montage à clin. Dans l’état des études fluviales françaises actuelles, ce type d’embarcation est singulier dans le cours supérieur de la Seine et même au-delà, où l’on trouve traditionnellement des constructions sur sole au tirant d’eau plus faible, mieux adaptées aux faibles profondeurs des rivières. Les points de comparaison archéologiques les plus proches sont en Grande-Bretagne : rivière Chet (Loddon), Graveney, Blackfriars 3 (Londres). Ceci pose la question de l’origine du bateau : s’agit-il d’une fabrication locale –dont il serait la première découverte–, ou d’une construction exogène ?

13La fonction du bateau de Barbeau reste à identifier. Un bateau de charge est le plus probable mais l’hypothèse d’un bateau moulin n’est pas à écarter. La connaissance du centre du bateau sera déterminante sur ce point mais il est encore enfoui sous environ 100 tonnes de pierres et graviers à enlever pour observer l’intérieur du bateau et l’étudier intégralement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bonnin, « Fontaine-le-Port (Seine-et-Marne). Barbeau »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 331.

Référence électronique

Philippe Bonnin, « Fontaine-le-Port (Seine-et-Marne). Barbeau » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17745 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17745

Haut de page

Auteur

Philippe Bonnin

Groupement de recherches archéologiques subaquatiques

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Bonnin

Groupement de recherches archéologiques subaquatiques

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search