Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 2. – Prospections

Allier. Lit de la rivière Cher dans le département de l'Allier

Responsable d’opération : Olivier Troubat
p. 332

Entrées d’index

Année de l'opération:

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Fédération française d’études et de sports sous-marins

Texte intégral

1Les opérations de prospection subaquatique du lit du Cher ont été poursuivies dans les gorges du Cher pour la 4e année consécutive, cette zone ayant été demandée prioritairement par la Cira puis le CTRA. La jonction avec la zone avale déjà prospectée est à présent réalisée, depuis l’entrée au sud de la rivière dans le département de l’Allier jusqu’à Reugny au nord. La prospection dans la zone nord du val de Cher a été reprise cette année.

2Dans le val de Cher, l’exploitation de sablières dans la 2e moitié du xxe s. a provoqué une incision importante du lit, détruisant les vestiges archéologiques sur la majeure partie de la zone prospectée, jusqu’au sud du pont de Reugny.

3À Reugny deux blocs taillés ont été trouvés, en particulier un grand bloc technique de moulin de 700 kg en diorite rouge, matériau utilisé dans les constructions du val de Cher de l’Antiquité à la période carolingienne. Il pourrait s’agir d’un vestige du moulin d’Arnay, mentionné dans un texte de 1301, dont le hameau est proche.

Un moulin des ier s. av. au ier s. apr. J.-C. ou un duit des iie s. av. au ier apr. J.-C.

4La découverte majeure de la campagne 2017 s’est déroulée à l’embouchure du ruisseau de Malorges, sur la commune de Reugny. Un barrage de bois et de blocs a été relevé sur 31 m de long. Une longueur complémentaire paraît se prolonger sous les deux rives. Il est constitué de pieux de chêne qui composent son squelette et de blocs de carrière et de gros boulets de rivière, répartis tant en amont qu’en aval de l’axe des pieux. Sa largeur d’origine était d’environ 5 m.

5Ce pourrait être un dispositif classique pour les barrages de moulin et nous en avons relevé plusieurs du haut Moyen Âge, tant en amont (Saint-Victor) qu’en aval (Bruère-Allichamps). L’originalité du dispositif réside dans de gros arbres en bois blanc, probablement des saules, qui ont été plantés en alignement sur le barrage. Ils constituent un ouvrage végétalisé inédit jusqu’à présent. Les datations ont été faites tant sur les pieux que sur le bois de ces arbres, montrant qu’ils ont été plantés volontairement en alignement sur le barrage, pour constituer un solide enracinement. Ces datations sont en effet de même période, centrées à 1 σ entre le ier s. av. J.-C. et le ier s. apr. J.-C.

6Toutefois, la plantation d’arbres d’alignement, dès l’origine de la construction du barrage, est troublante. Il est difficile de comprendre un barrage de moulin conçu dès le départ, avec des obstacles au débordement, les arbres provoquant logiquement des embâcles. Il semble que l’ouvrage ne soit pas submersible et qu’il soit prévu pour détourner complètement le cours de l’eau. Il pourrait s’agir de la protection d’un autre ouvrage en aval ou encore d’une orientation du cours de la rivière. Ce dernier type d’usage est courant à des époques postérieures, notamment pour concentrer le débit de l’eau au moyen de duits pour faciliter la navigation. Cette interprétation peut être compatible avec les datations à 2 σ pondérées par le début de croissance des arbres entre le iie s. av. J.-C. et le ier s. apr. J.-C. La question reste en suspens, la navigation du Cher étant officiellement possible en amont à partir du moulin d’Enchaume entre Saint-Victor et Vaux, mais n’est prouvée pour l’instant qu’à partir d’Urçay en aval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Troubat, « Allier. Lit de la rivière Cher dans le département de l'Allier »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 332.

Référence électronique

Olivier Troubat, « Allier. Lit de la rivière Cher dans le département de l'Allier » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17761

Haut de page

Auteur

Olivier Troubat

Fédération française d’études et de sports sous-marins

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Troubat

Fédération française d’études et de sports sous-marins

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals