Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 3. – Projets collectifs de recherche

Langeais (Indre-et-Loire). PCR Épaves et naufrages – Épave de Langeais

Responsable d’opération : Virginie Serna
p. 332-333

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Drac Centre-Val de Loire

Texte intégral

1Le travail entrepris dans le cadre du PCR « Épaves et naufrages » et de la fouille programmée de l’épave de Langeais poursuit la réflexion engagée depuis trois ans sur les naufrages en milieu ligérien pour les périodes médiévale et moderne en région Centre-Val de Loire. L'étude se décline aujourd’hui au gré de l’histoire du chaland de Langeais dans toute sa complexité, « modèle » d’un naufrage permettant de construire une histoire en trois temps.

Le temps de la navigation : une histoire d’archives

2Le procès-verbal d’avarie et le procès-verbal de reconnaissance lié au naufrage du chaland de Langeais permettent de reconstruire l’histoire du chaland naufragé.

3Parti de Cosne ou de Nevers, le chaland de Langeais a fait escale à Orléans, grand port de commerce, afin de prendre une cargaison complémentaire. Sur les quais, le batelier Poismule a reçu sa lettre de voiture, adressée au citoyen Carrier de Nantes et signée Hannapier, commissionnaire orléanais habitué à ce type d’expédition. Chargé à la fois d’un fret marchand et d’une cargaison militaire venue d’amont, le bateau est parti pour une navigation avalante à gré d’eau, avec six autres bateaux, vers Nantes. Le train de bateaux était constitué de six chalands, le bateau de Langeais étant le tirot, deuxième bateau dans le train tiré par le chaland de tête. Cette navigation dite « en train de bateaux » à la descente évoque une navigation à trois fois deux bateaux, solidement brélés côte à côte, légèrement décalés, avalant pour une navigation au bournayage. Arrivé à proximité de Langeais, le tirot a heurté le battis de pieux du clayonnage de Langeais. Ce clayonnage, construit dès 1781, témoin de la politique des grands travaux des ingénieurs du xviiie s. en Loire, avait pour fonction de diriger les eaux vers le chenal navigable, de protéger les propriétés riveraines et surtout de conserver les « chantiers » de Bel-Air, terme ligérien désignant des espaces spécifiques servant à l’accostage et au halage des bateaux.

4Le tirot a coulé le 5 mars 1795, en aval de Langeais. Des témoins ont assisté à la scène et ont pu témoigner dans le procès-verbal de naufrage dont nous avons retrouvé la trace. Le procès-verbal de reconnaissance, dressé neuf jours plus tard, renseigne sur la récupération de la cargaison et sur ce qui n’a pu être récupéré. Le bateau a été abandonné sur place ainsi qu’une partie de la cargaison (les boulets avec 13 caissons, 20 roues et des planches de cuivre, 5 barils de fer blanc, 3 paniers de faïence ainsi que des pots de parfumeurs, etc.).

L’épave immobile, la Loire changeante (xviiie s.-2015) : une histoire de dynamique fluviale

5Le chaland abandonné avec sa cargaison, formant obstacle à l’écoulement, a provoqué une sédimentation à l’origine de la création d’un atterrissement qui s’est végétalisé, formant rapidement une île. L’île aux Bœufs a ainsi annexé plusieurs javiots de Loire, fossilisant et protégeant l’épave et sa cargaison, restés invisible jusqu’en 2011. La construction du pont de Langeais en 1849 a induit une nouvelle dynamique fluviale qui a modifié la position du chenal navigable. De nouveaux équipements liés à la maîtrise et conduite de l’eau ont été construits, notamment des épis en T, transversalement au courant, provoquant un comblement recherché entre les atterrissements et un déplacement du chenal navigable vers la rive droite. Le port de Langeais, au départ localisé en rive gauche sur la carte du cours de la Loire vers 1755, a pris place en rive droite comme on peut le voir sur le cadastre napoléonien de 1829, complété par une gare d’eau. Cette dernière n’est pas encore comblée en 1858, comme en atteste la carte de la Loire par l’ingénieur Coumes de 1848, complétée en 1858 par l’ingénieur Collin. En 2013, l’enlèvement du tablier effondré en 1945 perturbe le lit du fleuve en aval et a pour effet de provoquer un effet de chasse. Le lit s’incise. À l’occasion de l’étiage prononcé de l’été 2013, les membrures du chaland de Langeais apparaissent aux yeux des riverains et usagers du fleuve. La déclaration du site suit deux ans après. L’expertise en août 2015 puis la demande de fouille programmée se met en place au sein du PCR.

L’épave : un site archéologique

6La fouille programmée a porté en 2017 sur une reconnaissance des éléments architecturaux du chaland de Loire. L’emprise du site de naufrage s’étend sur 900 m de long dans le chenal actif de la Loire. L’épave se situe dans le chenal principal, confiné aujourd’hui en rive droite sur une zone à pente relativement faible. Le chenal se réduit à une bande d’environ 125 m en bordure de l’île aux Bœufs. L’évolution morphologique de la Loire dans ce secteur, comme nous l’avait montré l’étude bathymétrique de S. Rodrigues et P. Jugé en 2016, s’inscrit dans un contexte érosif renforcé par la présence d’anciens ouvrages de navigation. La destruction du site est en cours ; les éléments en connexion relevés en 2016 avaient disparu un an après. Pour autant, de nombreuses pièces du bateau sont encore en place, disjointes parfois, mais gardant une grande cohérence mécanique qui rend tout à fait réalisable une analyse architecturale du bateau. Les observations sur l’extrémité arrière du bateau (bordé, gros-bord, membrures, jettros et arronçoirs), sur le fond de la coque du chaland (planches de sole avec leur calfatage, palâtrage), sur la charpente intérieure de la coque (râbles et courbes) montrent un état disloqué de l’épave. La courbe CRB51 avec une gournable, la planche de sole PL60 avec palâtre, PL61 et ses trois gournables, IND9, IND10 ont été prélevés, dessinées, étudiées et analysées. La courbe CRB51 montre le système d’assemblage d’une membrure sur le bordé avec cette spécificité ligérienne, appelée l’encouturement. Son relevé a permis d’envisager une première hypothèse sur l’angle d’ouverture et la forme du bateau. Les éléments de palatrage et les réparations montrent un bateau usagé, rhabillé et réparé de nombreuses fois.

7L’étude du contexte historique par P. Serna et économique par D. Plouviez viennent confirmer l’analyse des documents d’archives exceptionnels que constituent les procès-verbaux d’avarie et de reconnaissance. La date de l’échouage conduit à resserrer la focale sur les guerres de la Révolution. Des questions restent posées : d’où provient la cargaison militaire ? Vers où va-t-elle ? Pour qui ? Que faisaient ces caissons à munitions sur ce chaland ? Allaient-ils servir à renforcer des batteries côtières près de l’arsenal de Rochefort ou bien sécuriser une zone de troubles civils ? On sait maintenant que la date de février 1793, déclenchement de la guerre contre l’Angleterre et les Provinces-Unies, ouvre le front maritime et contraint à la réactivation de tous les réseaux d’approvisionnement de la marine française. Les boulets d’artillerie de marine observés dans la cargaison sont destinés à rejoindre sans aucun doute les arsenaux atlantiques (Brest, Lorient ou Rochefort). La présence de caissons d’artillerie de type « Gribeauval » conduit en revanche à trouver un autre destinataire que la Marine : sans doute l’armée de l’ouest qui combat dans cette zone suite au soulèvement vendéen de mars 1793.

8L'étude de l'épave devrait se poursuivre en 2018.

Langeais, PCR Épaves et naufrages – Épave de Langeais, relevé topographique de l’épave de Bel-Air.

Langeais, PCR Épaves et naufrages – Épave de Langeais, relevé topographique de l’épave de Bel-Air.

DAO P. Thonniet, Citeres-Lat, 2017

Haut de page

Table des illustrations

Titre Langeais, PCR Épaves et naufrages – Épave de Langeais, relevé topographique de l’épave de Bel-Air.
Crédits DAO P. Thonniet, Citeres-Lat, 2017
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Serna, « Langeais (Indre-et-Loire). PCR Épaves et naufrages – Épave de Langeais », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 332-333.

Référence électronique

Virginie Serna, « Langeais (Indre-et-Loire). PCR Épaves et naufrages – Épave de Langeais » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17769

Haut de page

Auteur

Virginie Serna

ministère de la Culture

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Virginie Serna

ministère de la Culture

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals