Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 3. – Projets collectifs de recherche

Saint-Agnant (Charente-Maritime). Marais de Brouage

Responsable d’opération : Pierre-Philippe Robert
p. 333-334

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : PCR Les marais charentais au Moyen Âge et à l'Époque moderne

Texte intégral

1La prospection pédestre du territoire de la commune de Saint-Agnant a permis la localisation de ports mentionnés (cartulaires, cartes…) et la découverte de ports hypothétiques selon une palette plus ou moins large d'indices. La sédimentation lente du golfe de Brouage a entrainé l'envasement des chenaux, le déplacement des ports et engendré différents états du marais (sartière, marais salant, marais gât).

2Les moines du prieuré de Montierneuf relevant de l'abbaye de la Trinité de Vendôme édifient un port au xie s. Le chenal de la carte IGN, improprement appelé chenal du Moulin du port, fait référence à un port sur le second canal de la Charente à la Seudre, dont le creusement est interrompu par la Révolution. Le cadastre napoléonien en dénommant la Prise du moulin du port situe le port dans le marais au bord du chenal disparu de Saint-Agnant. Le moulin à vent figure sur la carte de Claude Masse et une enquête de la fin du xviie s. nous apprend que le port ne peut être atteint que par des barques de moins de 25 tonneaux.

3Le port médiéval a été localisé au niveau du village de Saint-Agnant. Il occupe un large vallon qui demeure dans l'espace public non urbanisé. On y accède par deux chemins perpendiculaires à l'ancien rivage et situés sur les bords du vallon. Le chemin de Roule-tronc relie la chapelle de Saint-Sornin distante de 200 m d'une fontaine christianisée à la limite du marais. Des terrassements sont visibles sur la berge dont l’un se distingue par sa forme triangulaire qui se prolonge dans le marais. La construction du port est contemporaine de celle du moulin à eau. La prospection a localisé les moulins et identifié le fossé amenant l'eau de la rivière Arnoult aux moulins. Le fossé est une tranchée profonde d'environ 10 m, réutilisée au xvie s. pour le moulin à eau de Saint-Sornin, à la fin du xviie s. par le premier canal de la Charente à la Seudre et à la fin du xixe s. par une ligne de chemin de fer.

4Les donations aux moines de droits seigneuriaux sur le sel et sur les accostages font connaître le nom de chenaux disparus. Le travail de repérage des chenaux conduit à proposer un essai de restitution de leur tracé au xiiie s. et d'un état du vaste estuaire de la Broaga devenue la rivière de Brouage.

5Le port, non mentionné, que nous appelons le port du Pont-Thibaud, est une hypothèse construite sur plusieurs indices : le plan du site de forme trapézoïdale, sa position au croisement d'un chemin côtier et d'un chemin perpendiculaire au rivage et les traces de construction le long d'une berge terrassée.

6Le nom du port de La tonnelle est cité dans un aveu du prieuré de Montierneuf de la seconde moitié du xve s. Il est clairement localisé au village de Villeneuve et occupe un large vallon formant un lieu d'échouage facile. Sur le flanc nord, un chemin descend du village vers un petit promontoire rocheux. Les carrefours de chemins multiples, le tracé compliqué du fossé séparant les communes de Saint-Fort et de Saint-Agnant ainsi que les traces de construction suggèrent un lien fort entre le village de Villeneuve et le bois de Saint-Fort de l'ancienne forêt du Baconnais.

7L’étude, dans le marais, de structures portuaires légères dédiées au transport du sel ou de structures plus importantes consiste à rechercher les traces de canaux disparus. Elle permet l'observation de la mise en culture de l'ancienne saline, le nivellement de surfaces agricoles et l'établissement d'un réseau d'irrigation et d'assainissement. La connaissance des chenaux porte sur les différentes appellations qu'ils ont pu avoir et sur leurs changements de cours. Elle est une approche découpant des zones susceptibles de conserver des traces de marais salants anciens.

Saint-Agnant, Marais de Brouage, les Ports de Saint-Agnant.

Saint-Agnant, Marais de Brouage, les Ports de Saint-Agnant.

Cl. P.-P. Robert

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Agnant, Marais de Brouage, les Ports de Saint-Agnant.
Crédits Cl. P.-P. Robert
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/17773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Philippe Robert, « Saint-Agnant (Charente-Maritime). Marais de Brouage », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 333-334.

Référence électronique

Pierre-Philippe Robert, « Saint-Agnant (Charente-Maritime). Marais de Brouage » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17773

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals